vendredi 3 mars 2017

Douceur italienne




Rêver d’un autre ailleurs quand la fatigue quotidienne s’accumule. Et décider, sur un coup de tête, de boucler rapidement sa valise afin de franchir la barrière des Alpes. 

Au sommet du col alpin, la neige règne encore en maîtresse, même si le vent chaud du Sud, soufflant en rafales depuis quelques jours, a provoqué une fonte accélérée du manteau neigeux. En continuant la route pour descendre plus bas dans la vallée, un autre monde s’offre à moi, baigné par une douceur toute italienne. Et soudain, après un dernier virage dans ce voyage inattendu, une nappe d’eau grandiose surgit dans un décor magique : le lac Majeur s’étale sous mes yeux émerveillés. 

Lestées de leurs neiges éternelles, les Alpes valaisannes dessinent un liseré blanc à l'horizon. Les 4000 mètres ne sont pas très éloignés mais, au bord de l’eau, règne une douce atmosphère qui contraste singulièrement avec les paysages alpins. Les colosses couverts de glace se taisent, conscients qu’ici, ils ne sont plus maîtres du spectacle mais simples figurants. 

A la naissance du monde, un peintre romantique a créé un tableau sublime en posant sur la toile du lac les trois îles Borromées. Entre la rigueur des sommets suisses et la douceur d'Italie, Isola Madre, Isola Bella et Isola Superiore s’offrent ainsi avec faste aux yeux ravis des voyageurs. 

Le palais de Isola Bella surgit fièrement au-dessus des flots, gardien de pierre orgueilleux. Au printemps et en été, ses jardins luxuriants et colorés embaument l’air avec leurs allées plantées de bambous et de bananiers, eux-mêmes cernés par des camélias, des azalées et des rhododendrons. Les citronniers côtoient les buissons de roses et les lauriers en fleur éclairent les buis taillés à la française dans un jardin baroque unique. Au soleil couchant, l’opéra des audacieuses sculptures étagées sur les terrasses de verdure s’embrase de mille feux.

Pourtant, à cette saison qui n’est plus celle de l’hiver glacé mais pas encore celle du gai printemps, les îles s’éveillent à peine dans les rayons timides du soleil. Les arbres ne sont pas encore en fleurs et les oiseaux lissent leurs plumes, attendant un signe clair du ciel pour entamer la symphonie du renouveau. Pourtant flotte dans l’air un effluve hésitant qui virevolte entre les nuages. Indécis, il regarde la terre et le lac, ne sachant encore si le moment est venu d’accrocher aux arbres nus des bouquets de fleurs délicates. 

Sur la berge somnolent quelques barques. Elles regardent langoureusement le lac, rêvant de balades lointaines sur une multitude des vagues argentées. 

Je suis montée à bord d’une frêle embarcation de bois et, larguant avec bonheur les amarres, je me suis éloignée lentement, voguant vers le milieu du lac. 

Les odeurs imaginaires des citronniers et des camélias ont bercé mon voyage sur les flots scintillants au soleil couchant. J’ai navigué longtemps, glissant vers ton paradis secret, au creux de l’alcôve mystérieuse de tes bras, brasier incandescent dans la pâleur orangée du crépuscule. Puis, me laissant couler dans le gris bleuté de tes yeux j’ai plongé avec ivresse au fond des abysses amoureux.

Et dans la nuit silencieuse, sous le regard attendri de la lune et des étoiles, je suis devenue une princesse dans les dédales de ton palais rempli de folies baroques. 






Dédé © Mars 2017

85 commentaires:

  1. quelle douceur... tu me donnes aussi envie de passer le col... bon séjour! bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elfi. Le séjour est terminé, restent les souvenirs de la douceur et de la beauté. C'est un très bel endroit, pas si éloigné que cela finalement. Bises alpines madame l'artiste.

      Supprimer
  2. Coucou bonjour Dédé

    Tu as une aisance à décrire ce qui t'entoure qui me fascine. J'ai envie de mobter dans cette barque pour faire, comme Ulysse, un grand voyage.. si si même dans cette oetite barque de rien du tout.

    Je sens la lassitude et l'impatience de pouvoir t'échapper de ce quotidien qui plombe les jours et les saisons... un entre-deux en somme comme cetre période qui sait nous faire saliver et la précédente encore un peu présente mais qui nous échappe déjà.

    Heureusement que tu rêves bien et que tu aimes nous emmèner avec toi. Rassure-toi, dans ce palais où se trône ce magnifique buste, je saurai me faire discrète. hé hé ☺

    Je te souhaite une belle journée et enjoy le week-end est là... dans quelques heures.

    Mes bisous ��❤��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour la reine de l'informatique et de la poésie! Les petites barques sont les plus romantiques je trouve. Où est le romantisme sur les gros bateaux de la flotte Costa?!

      Tu as bien décrypté, les semaines sont difficiles, le travail est fatiguant et les bouffées d'oxygènes des fins de semaine n'en sont que plus nécessaires et attendues avec impatience.

      Il y a plein de salles dans le beau palais. Je sais que tu trouveras ton bonheur, dans une aile du grand bâtiment. :-)) Bisous alpins dame Michèle et merci de ta visite.

      P.S. Tu n'as pas la médaille d'or non plus aujourd'hui. Il y a du relâchement. :-)

      Supprimer
    2. Je vois ça mais j'étais en train de te répondre chez moi ☺
      pfff... va falloir que je révise mes priorités ☺😊
      Bisous

      Supprimer
    3. :-)C'est compliqué les blogs.

      Supprimer
  3. Magnifique!! Quand j'en ai assez du blanc de l'hiver la-haut dans ma montagne, je fais aussi une petite virée vite fait dans le sud, mais moi, c'est juste après Domodossola, la descente du val Cannobio qui m'amène le dimanche matin au marché du même nom pour un dépaysement bienvenu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Claude! Je vois bien le parcours que tu empruntes. Et le dépaysement est bienvenu. Cette douceur toute italienne, ces marchés vivant et colorés, les maisons au bord de l'eau et ce Lac Majeur si paisible au pied des montagnes. Bises alpines et belle fin de semaine.

      Supprimer
  4. Bonjour Dédé,

    Votre écriture est pleine de couleurs, de parfums, d'ambiances détendues et agréables... Votre texte irradie un bonheur rare, que l'on vous souhaite de retrouver encore et encore... Usez sans réserve de votre talent poétique, jamais vous n'en abuserez...

    Bon week-end, Dédé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Monsieur aux grandes oreilles! Est-il si rare ce bonheur? Je ne l'espère pas. Talent poétique? Merci monsieur pour ce compliment. Et quant à vous, dressez vos grandes oreilles pour entendre la musique de l'eau, des montagnes et du soleil. A bientôt.

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Merci! Oui, chut. On ne va pas faire de vagues sur le lac. ;-)

      Supprimer
  6. Une belle escapade all'italiana, sur ce lac que je connais bien moi aussi, Lagh Maggior, Verbano... et on imagine les vagues qui lèchent et clapotent doucement sur la coque des barques et les galets... Quelle jolie pause en fin d'hiver tu as faite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Edmée. C'est une très belle région. Je ne me lasse pas d'y aller. Il y a une douceur de vivre que l'on ne trouve pas chez nous. Et j'adore la cuisine italienne. Merci de ton passage.

      Supprimer
  7. J'adore l'Italie le pays de mes ancêtres qui ont immigré...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi eu des ancêtres là-bas. Sur une île. ;-)
      Il me semblait bien que tu avais le sang chaud quand tu t'énerves sur ton blog! :-)

      Supprimer
  8. Superbe, que c'est beau!!! Bise, bon vendredi dans la joie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Bises jusque de l'autre côté de l'Atlantique. ;-)

      Supprimer
  9. Moi aussi j'ai par ma mère des cellules stromboliennes sans le sang et l'Italie me parle toujours.
    Une escapade que j'ai toujours en tête.
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est donc de cela que te vient ce tempérament de feu. :-)
      J'ai aimé voir le Stromboli, il y de cela quelques années. Baci Bella!

      Supprimer
    2. Et du côté de mon père un lointain ancêtre irlandais... je cumule !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Effectivement. Tu cumules les qualités. 😁

      Supprimer
  10. Oh oui! J'aime cette douceur italienne avec ce merveilleux lac, les beaux villages. J'ai aussi le souvenir d'une course d'école aux îles Borromées avec les visites des jardins aux douces senteurs.
    Merci chère Dédé pour tes mots qui donnent envie de faire une petite escapade :-) Des mots remplis de poésie.
    Je te souhaite un tout bon week-end et mes bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les jardins sont absolument magnifiques. Le seul défaut d'Isola Bella, c'est que c'est une île... et quand il y a beaucoup de touristes, on se sent vite étouffé.
      Les petites escapades sont nécessaires pour avoir un équilibre, en tous les cas pour moi. Merci Denise de ton passage et à bientôt. Bises à la dame du bout du lac.

      Supprimer
  11. Bonjour Dédé,
    Cette Italie du Nord est vraiment très belle et le lac majeur une merveille.
    Je connais juste le lac du Bourget et d'Annecy dans les Savoies .... j'imagine une petite ressemblance ?
    Merci pour ces belles photos accompagnées d'un écrit qui nous fait voyager. Belle fin de journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lac d'Annecy est très beau aussi mais nettement moins grand. Je trouve que l'environnement dans lequel baigne le Lac Majeur est plus diversifié. Cette région des lacs italiens est pour moi une petit microcosme au Sud des Alpes, avec un climat plus doux que le lac d'Annecy. Quant au lac du Bourget, je connais moins.
      Merci et à bientôt. Bises et bonjours aux princesses blanches.

      Supprimer
  12. Quel joli voyage ! Pour terminer princesse des abysses amoureux, c'est tentant, lac Majeur ou pas...
    Et maintenant j'ai la chanson dans la tête ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pastelle! Je te conseille quand même le Lac Majeur! Une petite perle.
      Bises!

      Supprimer
  13. Quelle belle façon de nous entraîner dans ces dédales de beauté cernés par les montagnes fières bordées de neige. Le lac Majeur dont Mortimer shuman lui avait dédié une chanson, comme ces quelques vers:
    "Il neige sur le lac Majeur
    Les oiseaux-lyre sont en pleurs
    J'entends comme un moteur
    C'est le bateau de cinq heures
    J'ai tout oublié du bonheur
    Il neige sur le lac Majeur"
    Quel bonheur de larguer les amarres et d'aller rejoindre aux fins fonds de tes rêves, celui qui t’étreint de ses bras réchauffants et apaisants.
    Magnifique texte dont tu as toujours le secret d'embaumer nos cœurs.
    Merci Dédé. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou mon cher poète. Une douce chanson que celle-ci. Je n'ai jamais vu la neige sur le Lac Majeur mais j'ai pu admirer,(à l'abri!) un superbe orage de printemps avec de magnifiques éclairs sur le lac. Un grand spectacle. Et le lendemain il a plu des trombes d'eau toute la journée. 😊 Merci pour tes mots ici. Chacune de tes visites est un plaisir. Je me réjouis de relire tes mots bientôt? Bises!

      Supprimer
    2. Je suis sur une mer plate ces jours-ci, je ne me sens pas remué, je me laisse aller au gré des vagues. Bises oisives

      Supprimer
    3. ...des vaguelettes plus précisément.

      Supprimer
    4. La tempête des mots viendra. Mais en l'attendant repose-toi. 😊

      Supprimer
  14. Quel envoutement ! Je me suis laissé emporté sans méfiance...
    Bravo à ses sens qui sont tiens, nôtres, miens. Que sais-je ?
    L'Italie n'est pas loin de moi, pourtant je ne m'y risque pas...
    Curieux...
    Bonne nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais aller faire un petit tour. Il y a de belles choses à voir. J'aime cette douceur de vivre. Si tu veux je te suggère des endroits via mail 😊 bises!

      Supprimer
    2. Dédé,
      Quand j'ai effacé mon précédent blog, l'adresse mail a suivie dans le drain de mon esprit...
      Pour l'Italie, je n'irai pas. Je n'ai ni le temps, ni l'envie, ni l'argent...
      Et puis seul, c'est d'un ennui !
      Bref, merci de ton offre si généreuse.
      Belle journée...

      Supprimer
  15. On peut avoir un tempérament de feu, et une âme poétique, n'est-ce pas Dédé.... tes mots sublimes m'envoûtent et réchauffent mon coeur esseulé... là où tu nous entraînes dans cette belle douceur italienne..
    Merci pour ce texte une fois encore merveilleux.
    Bonne soirée, presque une bonne nuit;
    bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou dame enchanteresse des mots. Ton coeur n'est pas esseulé. Je t'envoie mes pensées. Et nous voguons ainsi vers la douceur des bords du lac. Bisous !

      Supprimer
  16. un bel endroit pour un voyage en amoureux
    je t'envie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a encore de la place dans le palais. L'aile sud est libre. Je demande à l'intendance de préparer les appartements. Bises

      Supprimer
  17. L'Italie, ça me rend un peu folle...
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu? Beaucoup? Passionnément?et pourquoi? Belle fin de semaine.

      Supprimer
  18. Glisser sur l'eau
    grimper sur les montagnes
    rejoindre le ciel

    Destin de princesse
    à la peau pâle
    sous la lumière sélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour monsieur le poète. Que ces mots sont beaux,délicatement posés comme les rayons du soleil sur le lac. Merci Pascal et bises alpines.

      Supprimer
  19. Coucou ma Dédé !
    Une prose bien poétique qui me laisse encore toute chose.
    Tu es la reine de la plus belle plume.
    Sympa l'endroit et ta dernière photo me laisse rêveuse.
    Bises et bon wouik, ma Dédé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma chère Claude! L'endroit est beau et j'espère que les rayons du soleil italien t'ont réchauffée. Bisous alpins!

      Supprimer
  20. Coucou Dédé.
    Presque une chanson!!!
    Très bon weekend, A + 🏟

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te laisse m'accompagner à la guitare? Bises!

      Supprimer
  21. En regardant ce lac, on se sent tout de suite réchauffé. Aujourd'hui j'étais au bord du lac Léman, autre ambiance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui. Le Lac Léman devait être agité mais c'est comme cela que je le préfère. 😊 A bientôt!

      Supprimer
  22. Quel joli conte ! le genre de rêve merveilleux dont on souhaite ne jamais se réveiller.
    Tout le contraire de la chanson triste qu'Étienne Roda-Gil a écrite pour Mortimer Shuman, dont les paroles (assez obscures) font peut-être référence à l'automne 1943.
    Ta photo me donne envie d'aller visiter cette partie de l'Italie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Merci pour ce lien intéressant qui donne une dimension historique à ce texte. Un très triste épisode dans cette si belle région. N'hésite pas à aller la visiter. C'est un enchantement. Bisous. 😊

      Supprimer
  23. J'aime beaucoup cette photo du lac

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu de douceur dans ce monde de brutes.

      Supprimer
  24. Le lac Majeur, les îles Boromées, je ne pense pas les avoir visités en vrai mais j'ai vu un beau reportage à la télévision qui m'avait enchantée >

    http://www.france3.fr/emissions/des-racines-et-des-ailes/diffusions/21-09-2016_504147

    D'autant il me semble qu'il avait aussi été question du lac Léman et d'Evian

    Quel contraste en effet lorsque l'on passe la crête et que l'on descend sur la vallée au sud ! C'est la même chose dans les Pyrénées. J'aime beaucoup tes deux photos, la première qui est ample et a du relief grâce aux différents "sujets" dont certains dans l'ombre. La seconde intime avec la toute jeune fille en biscuit aux feuilles d'acanthe qui tourne pudiquement la tête et dont la nuque se reflète dans le miroir. Sa joue parait lisse comme d'avoir été beaucoup caressée et pas seulement par un trait de lumière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Cergie. L'émission dont tu parles est une émission de qualité. J'ai découvert des endroits extraordinaires en la regardant.

      Je ne connais pas vraiment les Pyrénées mais comme tu le dis, ce doit être assez semblable comme contraste.
      Les Alpes font une véritable barrière entre le Sud et le Nord et le temps peut singulièrement changer selon que l'on passe d'un côté à l'autre.

      Merci pour les compliments concernant les deux photos. Il est vrai que sur la première, j'ai tenté d'avoir plusieurs plans pour donner ce relief, presque à genoux dans les pierres de la plage. ;-)
      Tu as l'oeil aussi pour la 2ème. J'ai voulu effectivement choisir une photo plus intime, en rapport avec la fin du texte.
      Tu es une remarquable analyste de billet de blog. Je te donne la palme d'or sur ce post-ci.
      Bisous!

      Supprimer
  25. Je comprends tellement ce besoin de larguer les amarres et de partir vers le Sud! débrancher, ne fut-ce que pour un week-end, laisser derrière soi la grisaille, les soucis, les embrouillaminis de toutes sortes... Et puis, ces îles Borromées ont de si beaux noms : Bella, Maggiore, Madre. Rien qu'à les prononcer, on s'évade! Autre avantage : leur proximité de la Suisse, elles offrent un Sud tout proche. Suis contente pour toi!D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison: fuir un peu le quotidien parfois difficile mais savoir aussi y revenir plus fort des découvertes engrangées lors des voyages et des escapades.
      La Suisse a l'avantage certain d'être un peu au centre de cette Europe de l'ouest, du coup, on n'est pas très loin de l'Espagne, tout près de la France et de l'Italie, ce qui nous donne plein de possibilités de se faire plaisir. Et puis ne nous mentons pas, chez nous aussi, il y a plein de beautés à contempler.

      Merci de ton passage et une belle semaine pour toi, si possible lumineuse dans les coeurs, plus qu'à l'extérieur! Bises!

      Supprimer
  26. je me laisse bercer par ce beau bleu tendre!
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Eki pour ton passage et j'espère que tu as passé un bon moment au bord de ce lac. A bientôt et belle journée.

      Supprimer
  27. J'ai toujours eu comme projet d'aller en vacances au bord des lacs italiens, mais je ne l'ai pas encore fait! Ton billet me donne encore plus envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite plus! ;-) Le lac de Garde est superbe aussi, paraît-il.

      Supprimer
  28. Superbement cadrée ta première photo et la deuxième laisse deviner toute la douceur de la rencontre amoureuse.
    Bravo Dédé pour tes talents d'écriture et de photographe ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Fifi. C'est toujours un plaisir de t'avoir comme lectrice et comme critique de photo. Toi qui manies si bien ton APN, je suis flattée de tes compliments. Merci de ton passage et à bientôt pour de nouvelles aventures. Bises!

      Supprimer
  29. En totale symbiose avec ce billet, qui mec rappelle de merveilleux souvenirs de vacances, sur tous les lacs italiens.

    La statue est sublime .

    RépondreSupprimer
  30. Coucou ma Dédé !
    Pour répondre à ta question, les petits oiseaux disparaissent tout comme les abeilles à cause des pesticides et autres cochonneries que les paysans foutent dans leurs champs, dans leurs vignes et dans leur vergers. Par contre ce matin j'ai entendu le faisan, Jacquot. Cela fait deux ans que je ne vois plus d'écureuils non plus et jusqu'à ce jour point de pic-verts non plus.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'être humain ne se rend pas compte toujours de son impact sur la nature. Espérons qu'ils le fassent avant qu'ils ne soient trop tard. Bises

      Supprimer
  31. Un très beau billet qui me parle, j'étais là, à cet endroit, il y a deux ans, et j'avais pu admirer ce si beau paysage. Merci Dédé de me remémorer un joli voyage, grâce à tes mots, à ta photo (celle du haut).
    Belle soirée à toi. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de te rappeler ces bons souvenirs. Les jolis souvenirs restent toujours gravés dans un petit coin de notre coeur et nous pouvons les ressortir de temps en temps pour sourire à la vie.
      A bientôt et bisous!

      Supprimer
  32. Très belles photos ! C'est très agréable de te lire! Quel talent tu as !
    Quelle chance de pouvoir, comme ça, d'un coup de tête, boucler sa valise et franchir la barrière des Alpes ! Ca fait rêver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si le paysage est beau, je suis souvent inspirée. :-) Oui, je pense que j'ai de la chance d'habiter si près de cette Italie que j'aime tant. Merci de ton passage l'ami aux mains de velours dans des gants de cuisine. (les autres ne vont pas forcément comprendre mais nous on se comprend). :-))

      Supprimer
  33. La mer est étale: place à l'harmonie.

    RépondreSupprimer
  34. Réponses
    1. Oui, c'est un lac, assez grand d'ailleurs.

      Supprimer