vendredi 23 février 2018

Songe d'une nuit d'hiver

Samarcande 2014



Je dédie ce texte à mon cher poète Bizak. Le lire, c'est voyager. Il sait parler aux étoiles du ciel, aux grains de sable du désert et aux perles de pluie.

Cliquer ici pour le voyage musical

 ****
Alors que le blanc devient peu à peu la couleur dominante de mon quotidien sis au pied des montagnes et traversé des bourrasques de l’hiver, mon esprit s’essouffle dans le froid et aspire à l’évasion par-delà les frontières, cherchant une destination où les senteurs d’un monde oublié s’envolent à l’infini.

L’âme vagabonde en volutes et soudain, le blanc disparaît pour laisser place à un soleil oblique qui disperse le brouillard et rend lumineuse la route traversant le désert. Celui du Karakoum, dont les dunes sont comme des vagues figées aux contours ambrés et mystérieux, m’appelle et m’enveloppe de ses bras tentaculaires. Et dans mon échappée qui me fait parcourir des distances irréelles surgit soudain la ville mythique, dont le simple nom a fait vibrer tant de voyageurs aux longs cours.

A l’ombre de ses somptueuses coupoles défilaient de longues caravanes en provenance de cet Occident si lointain. Chargées d’or, de pierres et de métaux précieux, de textiles, d’ivoire et de corail, elles croisaient celles de l’Orient transportant fourrures, céramiques, cannelle, épices de toutes sortes et armes en bronze.

Alors que le jour se lève et éclabousse d’une lumière dorée les murs de la cité, la rue s’éveille, diffusant peu à peu des bruit scintillants, spectacle de tous les instants. Aux pieds de la mosquée de Bibi Khanoum, sous les mosaïques bleues qu’on dirait ciselées par des magiciens venus d’un autre monde, une mélopée envoûtante retentit s’enroulant autour des céramiques délicates dans ce monument prestigieux, perles sublimes au milieu d’une cité intemporelle. Et les notes rebondissent sur les pavés, fugitives, avides de vastes étendues, m’entraînant dans une transe langoureuse.

Plus loin, le marché aux épices délivre des parfums suaves qui transportent aux confins de l’Orient. Alors qu’on grille des milliers de chachliks répandant un fumet de graisses brûlées, le marché aux fleurs se pare de couleurs éclatantes, comme des milliers de palettes de peintres oubliées. Tout proche, le bazar des légumes et des fruits regorge de richesses offertes par la terre des oasis de verdure. Le suc des melons, des raisins et des figues se mêlent pour former un délicieux nectar, entêtant, qui une fois goûté parcourt tout le corps, l’irradiant de décharges sublimes, comme si le soleil déversait ses rayons directement dans le cœur.

Dans cette foule et cet océan de couleurs, les hommes s’interpellent dans des idiomes chantants, donnant l’impression que toute l’Asie centrale s’est donnée rendez-vous au milieu des mosquées et de leurs minarets graciles. Parcourant encore des ruelles animées, j’atteins enfin la grandiose place du Registan, encadrée par ses trois écoles coraniques et face à ces glorieux témoins du temps passé, j’oublie tout, minuscule particule d’une grande Histoire qui me dépasse.

Après avoir poussé la porte d’une belle demeure traditionnelle, dans une délicieuse fraîcheur, je déguste un repas digne des Mille et une Nuit, sous une treille chargée de lourdes grappes d’un raisin d’encre. Alors que les étoiles s’allument une à une dans un ciel immense, je respire la douce fragrance d’un monde multiple dont les contours s’estompent lentement sous les doigts délicats de la brume impavide.

L’air est transparent et je perçois son souffle à travers chaque pulsation de mon coeur. J’entends le cri des enfants dans la rue puis l’odeur douce du narghilé s’invite entre les briques des murs encore chauds, dans ce crépuscule peint de délicates teintes rougeâtres. Et dans la nuit qui succède à tant d’autres nuits, je reste immobile, longtemps. Le temps égrène ses heures et se dilue dans une vapeur erratique englobant tout. La lune psalmodiant doucement des litanies sulfureuses, les paroles deviennent inutiles. Shodlik sourit, ses yeux d’un vert profond scrutant les étoiles brillant dans les miens. La vodka chante dans nos verres.

Et comme ailleurs sur cette terre, au sommet du Stromboli crachant son venin de feu, dans les dédales de Syracuse baignée par la mer si bleue, au Cap Nord balayé par le vent et sur l’île de Skye illuminée par des arcs-en-ciel fulgurants, je sens que je tiens au creux de mes mains un peu de ce monde vibrant de clameurs et de vie. Ce monde-là nourrit, emplit, traverse et creuse comme une rivière fait son lit. Et dans cette pulsation de l’eau, de la vie et des hommes, je sens que le vide qui m’assaille parfois ne peut que se combler.

Malgré les bourrasques de flocons au-dehors, je suis retournée, le temps d’un songe, emportée par un grain de sable du Karakoum, à Samarcande.

****


Samarcande 2014


Dédé © Février 2018

109 commentaires:

  1. Coucou,
    Cette architecture, ces mosaïques me touchent beaucoup, quelle beauté, et quel travail artistique d'une grande harmonie.
    Dans tes mots, les goûts et les couleurs, merci.
    Bises et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pascale. Cela m'avait aussi beaucoup touchée lors de mon voyage mais plus encore la gentillesse des autochtones. Bises alpines.

      Supprimer
  2. par ce froid annoncé ... j'aime voyager avec toi dans les pays ou règne la lumière et le chaud...mais syracuse n'est qu'un souvenir...
    bises et bise froide :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sibérien ce froid. Brrrr. Allez, voyageons. Bises zurichoises ce matin.

      Supprimer
  3. Bonjour, Samarcande, j'en rêve ! je te souhaite une bonne journée, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai rêvé longtemps puis je l'ai enfin vue. Bisous

      Supprimer
  4. Opposition entre le froid et le blanc qui t'entourent , que tu vis au quotidien , et l'ocre, le bleu, le chaud de cet outre méditerranée qui t'inspirent de si belles lignes. Tu nous emmènes en voyage, au pays du rêve et de l'accueil dont ils ont la clef. Bizak, celui que je nomme avec amitié et tendre respect "le Prince du désert" mérite bien ton post de ce jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais besoin de m'évader alors j'ai ressorti des photos et j'ai composé. Bizak est content et les autres aussi. Youpie.

      Supprimer
    2. @ Chinou: Merci pour ta gentillesse et ta générosité,Chinou, c'est beaucoup d'égards pour moi.

      Supprimer
    3. Bon je n'avais pas mis de copyright sur « prince du désert » mais c'est quand même moi qui l'appelle comme ça à la base ! :-)

      Supprimer
    4. Rendons donc à Célestine ce qui est à Célestine. ;-)

      Supprimer
    5. je rigolais !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Des pays que j'aimerais connaître. Merci du voyage plein de poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de m'avoir suivie ma chère Martine.

      Supprimer
  6. Je ne sais pourquoi je n'éprouve pas une attirance consciente pour ce monde oriental. Pourtant adolescente je dessinais sans relâche des harems, des odalisques heureuses, des montagnes de fruits et des envols de perroquets distrayant leur langoureuse rêverie. Quelque part donc... ça me parle. Et lire ton magnifique texte me l'a rappelé. Donné, en quelque sorte. Offert ce fastueux et odorant voyage dans la moiteur de Samarcande...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais rêvé de cet Orient fastueux. Quand j'y suis allée, j'ai été à plusieurs reprises envahie par mes émotions et mes rêves devenus réalité. Cela a été un très beau voyage dont je suis revenue transformée. Bises!

      Supprimer
  7. Il y a tant de voyages : ceux qu’on nous raconte, ceux qu’on lit, ceux qu’on projette, ceux qu’on fait, ceux dont on rêve, ceux dont on se souvient, ceux dont on a tant besoin… Les voyages sont au cœur de nos quotidiens. Ils sont là, dans nos projets et dans notre mémoire.
    Le voyage est un songe, un baume, un espoir, une expérience. Il peut même être là, s’offrir à nous aujourd’hui, lors d’un parcours banal que nous effectuons d’une manière peu banale, avec des yeux grands ouverts, éblouis.
    Il y en a un ce matin, qui nous attend dans ton blog, Dédé, qui nous capte et nous invite à entrer dans le monde des mille et une nuits. Une invitation sensuelle, colorée, pour animer cette journée grise et opaque de février. Grâce à toi, l’image de la princesse Saray Mulk Khanum va m’accompagner durant cette journée. Merci à toi pour tes images et tes mots captivants. Je te souhaite une toute belle journée. D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma Dad. Les meilleurs voyages sont ceux que l'on rêve et que l'on fait ensuite. Ce qui a été le cas pour moi pour cette destination bien précise. Bises zurichoises ce soir.

      Supprimer
  8. Deux vraies perles, cette photo et ce texte : magnifique, merci.

    RépondreSupprimer
  9. bonjour Dédé , un pays que je ne connais pas et ces monuments sont magnifiques j'aime ! et j'écoute la chanson et découvre aussi ! merci pour ce beau texte bisous beau weekend a +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Bébert. Toujours enthousiaste. Cela me fait plaisir. Bisous!

      Supprimer
  10. Tu me fais trop d’honneur, chère amie Dédé, en me dédiant ton texte si magnifique et noué de joyaux perlés. Je sais parler aux étoiles, aux grains de sable, aux perles de pluie, mais pas avec autant de magie, ni de beauté, chère poétesse. Tu chemines tes mots avec délicatesse pour leur faire déployer ces mille fastes d’antan d’un orient longeant l’Asie par la route de la soie, comme tu le cites si bien en rappelant les fabuleuses caravanes qui sillonnaient les immensités de ces déserts pavés de dunes et autres oasis de verdure aux airs d’Eden.
    Oui, Dédé, tu manies les mots comme un orfèvre cisèle ses gemmes aux mille couleurs, nous laissant extasiés devant toutes ces panoplies de douceurs, de beauté, et de rêves.
    Merci de tout cœur, pour ton texte sublime, Dédé.
    Mes bises oasiennes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello mon cher poète du désert. Cette destination de voyage et de rêves me faisait penser à toi. Je suis ravie de t'avoir enchanté. C'est aussi cela la magie des blogs: faire plaisir et faire découvrir les talents de chacun. Bises joyeuses et affectueuses.

      Supprimer
    2. Oui, c'est la magie des blogs et tu en es l'étoile rayonnante.
      Mes bises dorées

      Supprimer
  11. De part les bouts du monde, il y a des villes dont le nom à un puissant pouvoir d'évocation, tout aussi lointain que familier ... Samarcande en fait partie. L'image se construit sur un planisphère, à partir de quelques réminiscences imprécises, et de beaucoup de rêve. Comme dans ce texte que tu nous offres, songe partagé, souvenirs d'un voyage passé. Merci pour cette lumineuse échappée, ce décor et ces visages.
    Des bises, d'où qu'elles soient !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Et cela fait tellement de bien de se retrouver là-bas, à boire un délicieux thé de menthe alors qu'ici, un vent polaire transperce même les doudounes les plus épaisses. Bises en provenance de la Suisse allemande.

      Supprimer
  12. Bonjour Dédé,

    Ces murs de mozaïques sont magnifiques et tes photos me donnent envie de soleil et de chaleur. Merci pour ce voyage dépaysant.
    Bises et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Caroline. J'ai été subjuguée par la beauté de ces céramiques turquoises et bleues, suspendues entre le ciel et la terre. Un véritable travail d'orfèvres. Bises

      Supprimer
  13. Tellement beau, c'est superbe!!! Bise, bon vendredi tout en douceur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et un bon dimanche pour toi bien au chaud. Bisous

      Supprimer
  14. Coucou ma Dédé !
    J'ai déposé un com sur ta précédente publication.
    Je fais faire pareil de main pour celle-ci et je te dirai tout.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux tout savoir effectivement. 😊 bisous

      Supprimer
  15. Bonjour ma chère Dédé, j'attendais ce vendredi pour voir ton billet qui est de toute beauté. Pendant que je te lisais, je rêvais aussi et me voilà à nouveau sur terre. Ce dépaysement est magnifique et je suis admirative devant cette belle architecture aux mosaïques d'un bleu incroyable. Une vie si différente qui remplit d'émotions.
    Gros bisous chaleureux... la bise est glaciale!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma chère Denise. Contente de t'avoir fait rêver et transporter dans de lointaines contrées magiques. Bisous et bon dimanche au chaud!!

      Supprimer
  16. magnifique voyage imaginaire... Samarcande un nom qui m a toujours fait rêver depuis que j ai lu et vu le retour à Samarcande d Haroun Tazieff... rêvons encore un peu... bizzz bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Tiens je n'ai pas lu ledit livre. Je note! Bisous et bon dimanche.

      Supprimer
  17. Bonsoir Dédé,

    Un billet d'un exotisme à faire rêver de chaleur avec les gelées qu'il y a en ce moment en ile-de-France!
    Bisous frigorifiés!
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Oui. On a bien besoin d'évasion dans un doux pays. Même si l'Asie centrale connaît aussi des hivers très rigoureux! Bisous sibériens.

      Supprimer
  18. Ce qu'il y a de bien avec l'imagination c'est qu'elle permet de voyager sans se déplacer. L'imagination n'a pas de frontières et ouvre les portes de l'évasion. C'était un beau voyage bien dépaysant !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore un peu de thé vert? 😊

      Supprimer
    2. Oui avec juste un morceau de sucre !!

      Supprimer
    3. D'accord. Monsieur est servi. 😊

      Supprimer
  19. Quel bonheur de te suivre sur la route de la soie et rien que pour ces "lourdes grappes d'un raisin d'encre" et les "mosaïques bleues" je relirai ton texte si prenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Relis autant de fois que tu veux ma chère Thérèse. C'est fait pour ça. 😊

      Supprimer
  20. Coucou Dédé
    Tu nous mène dans le voyagee du rêve!
    Samarkand (tout ce que je connais des lieux est: "La Maison dorée de Samarkand Livre de Hugo Pratt"..
    Voici qui pourrait être un projet de voyage!!!
    Je vais aller faire un tour chez "Bizak".
    Passe un bon weekend.
    Bises, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Daniel. Le voyage du rêve ou le rêve du voyage? A choix! Je ne connais pas le livre que tu cites. Je vais aller voir tout ça. Bises et belle fin de dimanche.

      Supprimer
  21. Pour écrie ainsi
    tout en sensibilité
    avec douceur et émotion
    je suis suis sûr
    que dans une vie antérieure
    tu étais une princesse des mille et une nuits

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je suis toujours une princesse. Enfin plutôt la reine des neiges ces temps-ci. 😊

      Supprimer
  22. Bonjour dédé,
    Tu es très imaginative et par l'esprit tu voyages dans les plus beaux endroits.
    C'est l'opposition entre le froid et tes étendues de neige et la chaleur envoutante de cette destination.
    il ne manque que les senteurs.
    Merci pour ce joli voyage. Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elisa. Imaginative? Disons que les souvenirs de cette destination sont encore bien présents dans mon esprit même si c'était il y a déjà quelques années. Bisous!

      Supprimer
  23. L'esprit est un merveilleux tapis volant qui nous permet de voyager à notre guise dans le temps et l'espace....heureux sont ceux qui savent rêver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou le cascadeur! Mieux vaut un tapis persan volé qu'un tapis volant percé... une réplique dans un album d'Astérix. Je ne me rappelle plus lequel malheureusement.

      Supprimer
  24. Bonjour Dédé, j'aime beaucoup tes lectures car elles me plongent dans des couleurs et des senteurs, sans oublier des flash de perception. Un doux moment de Vie. Bon Dimanche avec des bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jean-Pierre. J'avais envie de partager ces souvenirs de cette belle destination alors qu'il fait si froid dehors. Bises et beau dimanche aussi.

      Supprimer
  25. Merci, chère Dédé, pour tes photos superbes et ton texte qui me transporte au pays des Mille et une Nuits. Un songe d'hiver que je vais tenter de rejoindre en allant au lit et espérant rêver des merveilles que tu nous contes si bien.
    Bon dimanche, Dédé, bon courage pour affronter le froid sibérien qui nous arrive pour quelques jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma chère Tilia. Dis donc. Tu veilles tard pour écrire tes commentaires. J'espère que tes rêves t'ont menée bien loin et que la destination était belle! Le froid est bien mordant déjà et il paraît qu'il va encore s'accentuer. Le printemps un jour peut-être? Bisous chaleureux.

      Supprimer
  26. Merci pour la découverte du poète Bizak, et pour le voyage musical. Tes photos sont parfaites comme toujours et ton texte si bien décliné que l'on si croirait...

    RépondreSupprimer
  27. petit coucou de fin de semaine... temps pourri... j espère que ça va vite passer... bon didmanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le soleil brille pourtant mais il fait un froid de canard. Bon dimanche.

      Supprimer
  28. Bonjour
    Tu nous transporte avec tes mots dans un monde merveilleux!
    Cette escapade mentale redonne un nouveau souffle dans la vie de tous les jours!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou la louve. On a bien besoin de chaleur et de douceur. Bisous aussi.

      Supprimer
  29. Tu es experte dans l'art de conter et de convoquer pour nous, lecteurs attentifs et imaginatifs, bien des souvenirs ou simples traces de rêves envolés aux destins éphémères. Comme l'écrit un de tes visiteurs, il ne manque que les senteurs. Je rajouterai le bruits et les rumeurs aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Pour les senteurs, il faut plisser le nez et inspirer profondément. Si, si, essaie, cela fonctionne. :-)

      Supprimer
  30. Tu nous offres cette fois un beau voyage qui réchauffe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a bien besoin de chaleur ces jours-ci!

      Supprimer
  31. En effet, question lumière, couleurs, décors, comment imaginer plus grand contraste?
    Mais les mots poétiques, comme des émaux précieux, sont toujours au rendez-vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est cela qui est beau dans notre monde: les contrastes, les différences, le soleil et la neige, la montagne et le désert et j'en passe et des meilleurs. Merci de la visite dans mon songe. Bises alpines

      Supprimer
    2. Merci pour le voyage musical!
      J'ai modifié les couleurs du fond et du texte.
      Bises normandes, par un beau froid sec et ensoleillé.

      Supprimer
    3. J'adore cette musique. Elle me transporte. Au-delà des frontières. Bises alpines dans le brouillard et un froid glaçant...

      Supprimer
  32. Bonjour Dame Dédé,

    Votre texte est une vraie page des mille et une nuits... Merci pour tant de senteurs, de lumières diverses, de sons qui s'entrechoquent... Je me réjouis de votre prochaine page :-)

    Bonne semaine, avant tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Monsieur aux grandes oreilles. Il est vrai qu'avec la grandeur de vos oreilles, vous devez entendre plus que d'autres lecteurs ici ou ailleurs les sons qui s'entrechoquent. :-)) Maintenant je me pose la question de la grandeur de votre nez... car s'il est proportionnel à la taille de vos oreilles, vous devez aussi sentir mille parfums.
      Merci à vous pour vos passages toujours enthousiastes et très appréciés. Si, si. Dès que je vois le bout de vos oreilles, je suis contente de savoir que vous arrivez pour me lire. Belle semaine froide. :-)

      Supprimer
  33. merci pour ce merveilleux songe!
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
  34. Les Mille et une nuits au cœur du froid polaire, songe d'une nuit d'hiver, en radiateur de tout l'être !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tout cela bien calée dans son fauteuil ou sa chaise de bureau. :-) Le pied total quoi.

      Supprimer
  35. Bonjour
    Je te souhaite un bon mardi!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  36. Bonjour, j'ai écouté le morceau musical, j'aime assez; je te souhaite une bonne journée, quelques flocons sur Paris et sa région, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Francine. J'adore ce genre de musique qui me fait voyager. A chaque fois que je l'écoute, je suis saisie par les émotions, cela me rappelle tous les bons souvenirs de ce beau voyage. Bises alpines ensoleillées mais sibériennes.

      Supprimer
  37. Ton songe en cette nuit d'hiver, Dédé, dédié à notre ami Bizak, m' a permis une superbe promenade à travers cet Orient que je ne connais point, mais dont je ressens ici les senteurs, les musiques, la beauté des ors, des perles, et des turquoises.
    Merci à toi ...
    bise de la Provence qui devrait se réveiller demain matin sous la neige.... mais pas ici !
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma poétesses provençale! L'Asie centrale est une très belle région, malheureusement pas toujours stable au niveau géopolitique. Les USA et la Russie se font une guerre diplomatique (larvée depuis des années) concernant les réserves de gaz dans le désert du Karakoum et la production de coton. Mais dès qu'on entre dans ces villes mythiques, le temps s'arrête et c'est le rêve devenu réalité. Et surtout les gens sont très gentils et très accueillants.
      Attention, même si tu n'as pas de neige aujourd'hui, il doit faire encore très froid. Mets ton bonnet et tes gants et aussi ton écharpe. Je t'embrasse bien fort!

      Supprimer
    2. Merci Dédé pour toutes ces précisions... en prenant soin de moi.... ce que j'apprécie... non pas de neige. 0° seulement... pas trop de gelée sur les vitres des voitures... nous n'avons pas ressenti ici le froid sibérien... pourtant tous les départements qui nous entourent sont sous la neige, le froid... les bouches-du-rhône sont privilégiées je l'avoue ! l'écharpe oui, toujours, les gants peut-être, mais pas nécessaires... quant au bonnet, pas pour l'instant....
      bisous.
      Douce journée à toi, au chaud peut-être !
      Den

      Supprimer
    3. Bonne journée! Pour moi mi au chaud mi au froid. ;-)

      Supprimer
  38. Toutes les couleurs de l'Orient, tous ses parfums, toutes ses beautés, toute la musique d'une douceur de vivre que l'on ressent au détour de chaque phrase, tout cela, je l'ai ressenti. J'ai voyagé. J'ai rêvé. Moi aussi. Superbe évasion. Merci.
    Et puis, j'adore le titre de ce blog, et ce qu'il suggère. Un bel endroit, ici.
    Bon mercredi.
    Fabrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue ici Fabrice. J'espère que vous aurez plaisir à me suivre dans mes allées, dans mes rêves, mes voyages, mes réflexions, et mes voyages photographiques également. Quant au titre, il veut effectivement tout dire. ;-) A bientôt alors pour de nouvelles aventures!

      Supprimer
  39. Superbe photo d'un magnifique endroit. Et le voyage au travers de tes mots au pays des mille et une nuits de nos rêves d'enfants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sophie. Rêvons, sans nous arrêter jamais.

      Supprimer
  40. Pfffiou !
    Je viens de voir qu'en rigolant sur le copyright de l'appellation "Prince du Désert", j'ai omis de te parler de ton billet...
    Mais quelle indélicatesse de ma part. Je te prie de me pardonner.
    Je suis un peu en surbooking en ce moment.
    Et pourtant ton billet est merveilleux, et invite au rêve et au voyage.
    Les parfums, les couleurs tout est en place pour donner l'envie d'arpenter ces rues, ces palais enchantés, et ces paysages fabuleux.
    Merci Dédé pour ce billet coloré, loin de la blacheur immaculée de tes montagnes.
    j'aime beaucoup ce vent chaud du désert.
    Et mon ami Bizak doit être aux anges.
    Bises étoilées
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma belle. Mais pas de soucis! Rassure-toi, les billets restent, on passe quand on veut, quand on a le temps, quand on a l'envie. C'est la liberté et heureusement non?
      Merci donc d'être revenue et de laisser ce commentaire qui me conforte dans l'idée que j'ai fait plaisir à celui à qui je l'ai dédié et à celles et ceux qui sont venus partager ce songe avec moi. Nous avons tellement besoin de rêves et de beauté. J'avais besoin de me rappeler tous ces beaux souvenirs dorés alors que le blanc m'envahit depuis des mois. Bises alpines et en même temps ouzbeks. ;-)

      Supprimer
  41. je croyais entrevoir Corto Maltesse dans ce billet voyageur autour de la méditérannée
    un billet qui m'a réchauffé un froid de gueux nous fait penser au fin fond de ta Suisse il nous manque la neige qui arrive cette nuit
    juste pour quelques photos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut mon barbu. C'est un peu plus loin que la Méditerranée quand même. ;-) Tout proche de la "mer d'Aral".
      Quant au froid que tu vas ressentir, cela fera de toi un homme, un vrai. :-))
      Mais j'attends les photos hein. Bises!

      Supprimer
  42. Coucou Dédé
    Oui nous attendons la neige de Bergson!!!!
    Nous ici en Vendée nous avons ce matin une couche de disons un peu moins de un demi cm...si, si !
    Pas facile de faire des images crédibles.
    Bises, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Daniel. Je me demande si notre ami Bergson ne va pas tout garder pour lui. :-)
      Enfin, si tu veux un peu de neige, je t'en envoie en exprès. :-) J'en ai beaucoup trop!
      Si tu veux faire illusion avec tes photos, mets-toi au ras du sol, on aura l'impression qu'il y a un beau tapis blanc immaculé. :-) Belle journée et bises.

      Supprimer
  43. bonjour Dédé , merci pour tes articles et photos si belles et .... gros bisous belle fin de semaine a +
    ps : oui l'arbre qui sort de la photo est un pin parasol et ... j'aime aussi les arbres hi hi merci pour tes visites et es coms ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Bébert. Ah oui, un pin parasol! Il y en a aussi en Ecosse au bord de la mer, je les trouve très beaux. Bises!

      Supprimer
  44. Comme toi j'ai aimé le texte de Bizak et je me retrouve ici, ailleurs, loin et je profite un moment de ce soleil avec les clichés de ce merveilleux bâtiment digne des Mille et unes nuits !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Marine. Profite bien du soleil car ici, c'est neige et vent. Pauvres petits oiseaux dans ma mangeoire, ils sont tout ébouriffés.

      Supprimer
  45. Bonjour, les animaux se sont adaptés au froid, depuis le temps; les jaguars et les lions ont un rocher chauffant, quant aux girafes si la température est inférieure à 12 degrés, elles ne sortent pas; trop fragiles; je te souhaite une bonne soirée, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que tricoter des pulls à col roulé pour les girafes, cela demande du travail. :-)

      Supprimer
  46. Bonjour Dédé
    Splendides mosaïques qui donnent envie d'aller sur place les admirer plus longtemps à loisir.
    Bises savoyardes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Si tu as l'occasion, cela vaut vraiment la visite. Et le pays n'est pas encore trop envahi par les touristes, c'est le bon moment pour y aller. Bises alpines.

      Supprimer
  47. Plusieurs essais de coms !!
    Bonsoir Dédé, ce simple mot de" Samarcande" me fait rêver depuis toujours !
    Merci, un joli billet !
    Te lire, c'est voyagé aussi !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Noëlle. Si on n'a pas de profil blogger, il est vrai que c'est difficile parfois sur cette plateforme de laisser des commentaires. J'en suis désolée. Alors si tu as l'occasion une fois d'y aller, cela vaut vraiment la peine. C'est de la magie à l'état pur. Merci de la visite et bises alpines.

      Supprimer