vendredi 2 février 2018

Tableau marin

Océan fougueux à la Gomera


Il est le bateau quittant le port
Avec des rames caressant les flots
Fier bâtiment ou fragile esquif
Il file sans réfléchir sur l’océan fringuant

Je suis la lame frôlant le sable
Avec des éclairs irradiant les coques
Triste perle ou joyeux phénix
Je roule sans faillir dans la houle haletante

Nous vivrons tel un tableau marin
Toi l’agile coursier et moi le flux déferlant
Nous respirerons comme les voiles éthérées
Toi le mât élancé et moi le tulle vaporeux

Nous partirons dans la métamorphose
Dissous au monde des vivants
Et dans le secret de notre amour
Nous vaincrons les assauts du temps

 Dédé © Février 2018

145 commentaires:

  1. Sur les flots du vent léger,
    Tu fuses vers les horizons lointains,
    Quels mots si pleins de rêves
    Tu as dans ton havresac
    Pour longer les vastes océans.

    Merci Dédé pour ce joli poème qui me donne des ailes pour te suivre.
    Bisous chère poétesse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou mon cher Bizak. On va former une escadrille avec toutes celles et ceux qui ont des ailes et qui volent au-dessus des océans. Merci mon cher de ta visite et bises alpines.

      Supprimer
    2. Oui j'aimerais prendre un envol avec ma chère poétesse, jusqu'au bout du monde et écouter tes mots surfant sur ton coeur plein d’allégresse. Je t'embrasse fée des océans

      Supprimer
  2. Tu trouves la neige même au bord de la mer ⛄️ Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Elfi. Je n'ai pas bien compris le sens de ton commentaire. Parles-tu des ces remous sur la photo qui donnent l'impression d'un tapis neigeux? ;-) Bises et passe une belle fin de semaine.

      Supprimer
    2. C’est ce que moi, j’ai compris.

      Supprimer
    3. Ah oui! Le fameux tapis. :-))) Il vaut mieux ne pas se prendre les pieds dedans. :-)

      Supprimer
  3. Une bien belle ode à l'amour , pleine d'espoir puisqu'à deux, l'amour est très fort et marche vers l'éternité.
    Un bon week end pour toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ma belle. L'amour rend plus fort, c'est sûr. Il permet de soulever des montagnes, d'avoir des projets plein la tête et de savoir que l'autre nous soutient. C'est beau mais ce n'est pas tout le temps simple. Il y a parfois des orages mais les arcs-en-ciel et le soleil reviennent. Belle fin de semaine à toi aussi.

      Supprimer
  4. Jolie inspiration poétique qui ne peut me déplaire. La mer, le vent, tous ces éléments quand ils décident de nous épater, y a pas à dire ce sont des champions.
    Belle journée ☺️ Dédé
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Michèle. Je m'essaie à la poésie libre, je n'ai pas trop l'habitude! ;-) La mer est belle mais je trouve que l'océan donne plus une impression de puissance et là, l'océan atlantique, j'aurais pu le regarder pendant des heures, avec ce bruit de vagues qui se fracassaient sur la côte. C'était merveilleux et vivifiant. Bises alpines.

      Supprimer
  5. Coucou Dédé
    Toute en volupté cette poésie...
    Bises, très bon weekend, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Daniel. Des volutes de volupté. :-) Bises mon cher et belle fin de semaine.

      Supprimer
  6. "
    ...
    Dans les clapotements furieux des marées,
    Moi, l’autre hiver, plus sourd que les cerveaux d’enfants,
    Je courus ! Et les Péninsules démarrées
    N’ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.
    ...
    "
    Extrait de "Le Bateau ivre".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Olala. Citer Rimbaud après mon petit poème sans prétention...:-)) Je n'ai plus qu'à aller... me rhabiller. Je me rappelle de mes jeunes années de collège durant lesquelles nous devions analyser les poèmes de Monsieur Arthur. C'était une grande prise de tête. Mais que c'est beau ce qu'il écrit, le bateau qui illustre les errances du poète. Merci Daniel et rebises.

      Supprimer
    2. Citer est certes plus moins fastidieux ...lol

      Supprimer
    3. Mais c'est participer! :-)

      Supprimer
  7. Un texte évoquant l’amour au long cours. Une photo de rivage à la composition originale. L’image est réaliste, mais la disposition des pierres évoque aussi autre chose, de moins figuratif : les obstacles à surmonter avant de pouvoir prendre le large. Des envies de mer en soi et le besoin de risquer pour atteindre les flots tonifiants. Merci à toi et toute belle journée, chère Dédé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Dad. J'aimais bien ce premier plan avec ces cailloux arrondis par le flux et le reflux de l'océan. Ils donnaient une distance à franchir pour aller à l'océan furieux (dans lequel je ne me suis pas baignée!). Comme tu le dis, il y a toujours des obstacles à franchir avant d'atteindre l'objectif que l'on s'est fixé. Toi et moi le savons bien. Quant à l'amour au long cours, il travers bien des tempêtes et des remous. Mais il ne s'en trouve que renforcé. Bises alpines et à bientôt.

      Supprimer
  8. bonjour Dédé , superbe photo accompagné par ce beau texte poétique plein de douceur et si bien dit !! bisous beau weekend a+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Bébert, fan de mes photos. :-) Merci pour la visite marine du jour et bisous aussi à vous deux! Soyez sages. :-)

      Supprimer
  9. Des étendues d'eau pour faire l'équilibre avec les épaisseurs de neige et le soleil comme dénominateur commun ! Bonne journée Dédé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Claude. De retour chez nous, je me dis aujourd'hui que cet océan fougueux est bien loin. Mais les vagues de neige sont bien présentes et rappellent que la nature est multiple mais toujours belle, ici ou ailleurs. Belle journée à toi aussi et profite bien de cette journée qui s'annonce ensoleillée.

      Supprimer
  10. être deux pour braver la tempête !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Oui, c'est bien cela. Et après la tempête, la mer se calme et permet une belle navigation, main dans la main. ;-)

      Supprimer
  11. J'aime beaucoup la tulle et le mât... la complémentarité dans l'opposé et pourtant... l'indispensable. La complétude. Et avec le roulis, l'un s'appuie et l'autre soutient, mais une fois c'est l'un est l'autre et l'autre est l'un :)

    Bises sous la bruine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Edmée. J'aurais dit plutôt LE tulle que LA tulle. ;-) Quelle tuile le français. :-))
      Tu as bien décrypté ce que je voulais dire, être deux et en même temps ne former qu'un. Bises alpines sous le soleil, certes un peu voilé mais bien présent.

      Supprimer
  12. Bonjour Dédé,

    Très bel endroit et bien photographié. Je l'imagine un jour sombre, ça doit être superbe.
    Bises et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Caroline. Je ne pouvais pas rester plus longtemps pour avoir le jour sombre. Je n'étais que de passage mais j'ai trouvé superbe ces rouleaux. Je n'ai pas l'habitude de cela moi qui habite là-haut sur la montagne. L'océan me fascinera toujours même s'il me fait un peu peur et que je n'ai pas du tout le pied marin. :-)) Bisous et belle fin de semaine.

      Supprimer
  13. une grosse envie de m'assoir sur le gros rocher et d'attendre la vague

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou mon barbu. Attention, le gros rocher est sans cesse battu par les vagues et il est très glissant. Je ne pense pas que ce soit le meilleur endroit pour profiter de l'océan. A moins que tu sois vêtu d'un très très bon imperméable et que tu protèges ta barbe. :-))

      Supprimer
  14. Tout comme l'impermanence des choses, le paysage marin est changeant, tantôt calme et apaisant, tantôt sauvage et imprévisible, mais c'est ce qui le rend si beau. Tout comme l'amour. Ton poème est très réussi, Dédé, et ta photo aussi. :-)
    Belle fin de semaine, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Françoise. Pour la montagnarde que je suis, le paysage marin me fascine toujours. J'aime voir les vagues qui meurent sur le rivage, le bruit du ressac, et cet air iodé fait tant de bien aux poumons. Dans la contemplation de la mer et de l'océan, je retrouve la force que je connais en admirant la montagne. Merci pour les compliments. Je ne suis pas une grande adepte de la poésie, je m'y essaie de temps en temps. :-)) Ce n'est pas trop mal apparemment. Bises alpines et merci de ta visite ma chère Françoise.

      Supprimer
  15. Bonjour Dédé
    Jolie photo ! Une image qui donne envie de grands horizons, de partir au loin, de fuir les tracas de la vie moderne, de l'afflux d'informations sans intérêt que nous distillent les médias et au premier lieu les chaînes de télévision, de ne plus entendre les politiques nous raconter n'importe quoi pour assurer leur propre réélection...
    Certains parlent de leur profond désir de s'évader, de partir loin, à l’étranger, faire un tour du monde… Certains d’entre eux ont même déjà fait le pas, ils sont sur les routes ou sur les mers.
    Alors prendre un bateau comme ton poème nous y invite, larguer les amarres ...
    Bises savoyardes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Christian le savoyard. ;-) Je suis entièrement d'accord avec toi. Le quotidien qu'on nous présente constamment à la télévision, dans la presse qui se délecte de scandales, chez les politiciens qui s'écoutent parler, franchement, tout cela donne à penser que les choses sont bien compliquées. Alors partir, soit en montagne, ou alors en bord de mer, dans la campagne ou dans la forêt, cela fait tellement de bien, permet de s'évader, de respirer et de voir les choses avec plus de légèreté. Mais pas besoin de faire le tour du monde, faire le tour de l'endroit où on vit permet parfois de découvrir des choses belles mais à côté desquelles on passe tous les jours sans s'en vraiment les voir.
      Toi le matelot, tu sais comment larguer les amarres. ;-) Bises alpines.

      Supprimer
  16. Un joli poème pour une belle photo maritime.
    Merci pour ce partage qui lui aussi vaut bien une montagne ;-)
    Bises et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Pascale. Une vraie montagne ou une montagne à vaches? :-)) Bises alpines au sel marin. :-))

      Supprimer
  17. Je ne suis pas très portée sur la poésie mais j'apprécie l'exploit tout de même, merci!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Martine. Alors oui, un exploit pour moi. :-)) Je suis contente que tu l'apprécies. C'est presque comme une ascension de l'Everest ou la traversée de l'Atlantique à la nage. Bises!!

      Supprimer
  18. Quel beau texte, qui donne des ailes à tous les poètes avides de mots insensés et furibonds comme les océans quand ils sont en fracas, et de mots doux et caressants comme l'amour du ciel et de la terre quand ils fusionnent à l'horizon.
    J'aime vraiment beaucoup ton poème, chère marine autant qu'alpine
    Bisous étoilés
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello dame Céleste. Je crois que c'est la première fois que je m'essaie à la poésie sur ce blog. Cela n'a pas été sans mal. J'ai opté pour la poésie libre car faire des vers... ouarf. :-)) Trop fatiguant. Mots furibonds et doux, comme les amours passionnés, sur les mers ou sur les terres. Merci de ta visite et de ton appréciation, toi qui manies la langue française avec brio. Bises alpines et marines.

      Supprimer
  19. Très , très beau poème!
    La photo , très belle aussi, me plonge dans mon élément favori.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Miss. Tu aimes la mer, les bateaux, le large. Moi j'aime voir des montagnes qui cadrent mon horizon. Mais je ne dis pas non de temps en temps à un océan en furie. Merci de la visite et de tes mots, toujours appréciés.

      Supprimer
  20. Bonjour "Miss dédé"
    Quelle belle image. Elle donne le goût du large, oublier le mauvais ....
    C'est si bon de s'évader que ce soit en montagne ou à la mer. On oublie nos soucis, on se vide la tête comme on dit !
    Merci pour ton très beau poème.
    Une bise des Alpes du Sud via direction tes Alpes Valaisannes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Miss Elisa des Alpes du Sud. D'où l'expression "avoir envie de prendre le large". C'est vrai que l'image du jour fait un peu penser à cela. Mais même si j'ai envie de prendre le large bien souvent, je reviens toujours au bord car c'est moins houleux. ;-) Et en retour une bises des Alpes valaisannes en direction des Alpes du Sud. (Il s'en passe des choses au-dessus de nos têtes). :-))

      Supprimer
  21. Une belle énergie, j'aime beaucoup la sensation face à cette photo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. ça déménage ces vagues. :-)

      Supprimer
  22. La photo est superbe et le poème magnifique. Les deux font rêver...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Sophie. Alors évadons-nous dans la rêverie. On en a souvent besoin. Bises!

      Supprimer
  23. Réponses
    1. Cela sent la mer. Mais vous y êtes habituées les bestioles! N'est-ce pas?

      Supprimer
  24. Une véritable inspiration ce poème et ta photo est superbe, bon weekend

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Robert. Il y a du remous chez moi, ça change des montagnes. :-) Belle fin de semaine à toi aussi.

      Supprimer
  25. Se trouver à cet endroit où tu as pris la photo doit être un magnifique moment chère Dédé avec la magie et la féerie de regarder ses merveilleux rouleaux qui viennent s'écraser sur les rochers et se transformer en belle mousse blanche. Ta photo est de toute beauté et j'aime infiniment tes mots.
    Bon week-end et mes bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma chère Denise. C'était un très beau moment même si mon appareil n'a pas trop aimé ces particules iodées qui se déposaient sur son boîtier. Il me disait qu'il préférait être dans le calme de la forêt. Je lui ai dis de cesser ses jérémiades et de bosser. Et là, il a obéi. Je suis restée un bon moment à mitrailler jusqu'à avoir les bons rouleaux et la bonne luminosité. J'en avais presque mal aux genoux. ;-) Merci pour ton commentaire et je te souhaite une belle fin de semaine toute douce. Bises alpines.

      Supprimer
    2. Oups... de regarder CES merveilleux rouleaux... Désolée!

      Supprimer
  26. Tu nous enroules
    dans les vagues de tes mots
    et nous déposes
    sur la plage de ta poésie
    comme un galet
    sous le bleu du ciel
    de tes pensées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et nous voguons sur les vagues du temps. ;-) Bises alpines mon ami poète qui fait parler les galets.

      Supprimer
  27. Un poème d'écume et d'embruns, de houle et d'horizon lointain où l'esprit se perd

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou le cascadeur. Cela change des montagnes habituelles hein! Un peu d'horizontalité ne fait pas de mal de temps en temps. ;-) Bises et à bientôt.

      Supprimer
  28. j aime beaucoup cet hymne à l amour... même si je n y crois plus depuis bien longtemps hélas... gros bisous bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Chris. Il faut y croire car il y a toujours des petites graines d'amour à quelque part. J'en suis sûre. ;-) Bisous!

      Supprimer
  29. Bonjour, un très joli texte; ma foi je me téléporterais bien vers ce petit coin de ciel bleu ! bonne soirée, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Francine. Je comprends, avec toute cette eau qui ne veut plus partir. J'espère que tout va bien pour toi malgré ces conditions météorologiques difficiles! Bises alpines et belle soirée.
      P.S. Le niveau de la Seine va redescendre...lundi. Enfin!

      Supprimer
  30. admirable photo et de bien jolis mots. Éternelle impermanence de la vague," je suis la vague et je suis l'océan, j'arrose la côte du Kerala,j'entoure la statue de la Liberté et emplis le port de Papeete. J'ai porté le navire de Colomb, et la grande Armada" (A. Desjardins)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Emma. Quelle belle vague qui traverse les temps, emporte nombre de voyageurs dans des contrées inconnues et mouille des rivages si divers. Merci pour cette évocation de Desjardins!

      Supprimer
  31. Bonsoir Dédé,

    Quelle merveilleuse image océanique. Et ton texte l'accompagne très bien!
    Bises bretonnes du moment!
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Mo. Moins habituée à la mer, je l'évoque de temps en temps, pour m'évader et m'emplir les oreilles de son roulis gracieux. Bises alpines.

      Supprimer
  32. Bonjour Dédé, je vois ta belle photo et ton texte, et un sentiment de liberté un peu plus fort que d'habitude se fait sentir. Je fini une belle journée, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Jean-Pierre. Alors heureuse que tu t'évades et te libères. Profite! ;-) Bises et à bientôt!

      Supprimer
  33. Tout est beau dans cette publication, la photo et ton poème.
    J'en ai pris une bonne dose de mer au mois de novembre, sur des bateaux tanguant et roulant ;
    et j'ai vu des montagnes aussi, sans neige.
    Bises hivernales

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Claude. Les montagnes sans neige, est-ce que ce sont des vraies montagnes? ;-) Je t'embête! Elles devaient être tout aussi belles et tu as dû faire le plein d'énergie durant tes vacances en novembre. Bisous!

      Supprimer
  34. Je me souviens des soirs là-bas
    Et des sprints gagnés sur l'écume
    Cette bave des chevaux ras
    Au ras des rocs qui se consument

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou K. La mer bave... elle ne sait pas se tenir. ;-))

      Supprimer
  35. quelle belle image et un poème qui me plaît beaucoup

    belle fin de la semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Willy et bienvenue ici. A bientôt pour de nouvelles aventures!

      Supprimer
  36. Un beau poème. J'aime l'océan et la petite musique des vagues qui viennent clapoter sur la plage .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Daniel. La musique des vagues était quand même assez forte ce jour-là. ;-) Et on en avait plein les yeux.

      Supprimer
  37. Belle ode à l'amour des vagues et de l'océan fougueux,
    à l'écume du temps,
    à la poussière d'eau enlevée par le vent
    à la crête de la houle pantelante des lames
    à la bruine, aux embruns, aux galets déposés sur la plage.
    aux rouleaux d'eau en furie...

    L'appel salé qui se brise en éclats sur le promontoire des songes
    respire l'effusion caressante, l'iode bienfaisante au corps et au coeur !

    Merci Dédé pour ce poème libre que j'aime beaucoup et ta photo bien revigorante !

    Bisou d'une Provence aérée en bourrasque...
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma poétesse. Tu as raison, je voulais écrire une ode à l'amour, à la fois douce vague, tempête tumultueuse, ressac mais toujours voyage. Ton élan poétique rejoint le mien et nous apporte un air iodé vivifiant pour cette fin de semaine. Je t'embrasse et espère que la Provence s'accommode des grosses bourrasques de vent. Bises alpines ma belle.

      Supprimer
  38. Il faut bien des tempêtes pour arrondir les angles mais cela peut se faire si l'on regarde ces rochers témoins de ces remous.
    Magnifique poème!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Thérèse. Tu as raison, les tempêtes arrondissent les angles et envoient valser au loin les contrariétés quand le vent retombe. Les rochers d la photo sont polis par les vagues. Et dire que Bergson veut aller s'asseoir sur le gros caillou. Il n'y arrivera pas. :-)) Bises alpines.

      Supprimer
  39. Ce billet me fait irrésistiblement penser à cette chanson d'Isabelle Aubret:
    "La mer sans arrêt, roulait ses galets
    Les cheveux défaits ils se regardaient
    Dans l'odeur des pins du sable et du thym
    Ils se regardaient tous deux sans parler
    Comme s'ils buvaient l'eau de leurs visages
    Et c'était comme si tout recommençait ..."
    L'impermanence prend tout son sens ici, loin de tes montagnes. Beau complément que cette belle photo réaliste qui contraste avec ton envolée envolée romantique. Bises charentaises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Espiguette. Merci de m'avoir rappelée cette superbe chanson. Elle nous emmène au-dessus des océans, là où tout est pur dans les nuages. Merci de ta visite et bisous!

      Supprimer
  40. Le navire, métaphore de l'aventurier que nous sommes tous,
    La mer, qui à la fois soutien, caresse, et veille,
    Voilà une alliance qui pourrait amener partout,
    Surtout en des rivages emplis de mille merveilles...

    Heureux week-end 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Monsieur aux grandes oreilles. Je ne vous savais point poète et je découvre que vous maniez le vers au rythme du balancement de vos grandes oreilles. C'est une belle ode à la mer que vous nous laissez en partage. Je pense que vous avez le pied marin. ;-) Bises alpines et belle semaine.

      Supprimer
  41. merci pour cette petite croisière littéraire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Sir Gérard. J'aime bien mener les gens en bateau. :-))

      Supprimer
  42. je viens faire un bisous à ma montagnarde des mers hi hi... bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Merci des bisous. Une brassée de bises alpines en retour pour une belle soirée!

      Supprimer
  43. Bonjour
    Très beau poème à l'aspect romantique!
    Belle photo aussi!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou la Louve. Eh oui, je suis un peu romantique à mes heures perdues. :-) Bisous!

      Supprimer
  44. Une image magnifique, pleine de lumière!
    Tes mots nous entraînent au large sur les bateaux de l'amour qui voguent contre vents et marées...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Marie. J'aime bien cette image "de bateaux de l'amour". Ils voguent, traversent le temps, les océans. Toujours et toujours. Bises!

      Supprimer
  45. Les chevaux de Neptune ont emporté ton imagination sur leurs dos et ton poème accède aux sommets du lyrisme.

    Sublime photographie ! les petits nuages en écho au flux immaculé font émerger de ma mémoire les paroles de cette chanson.

    Bises hivernales (quelques flocons pourraient bien venir danser prochainement dans ma contrée) et bonne semaine, Dédé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Tilia. Le tableau de Crane est superbe et permet d'imaginer les chevaux fougueux dans les rouleaux de ma photo! Quant à l'évocation du fou chantant, elle me remplit d'émotion. J'aime beaucoup cette chanson et ne peux l'écouter sans avoir des larmes au coin de yeux.
      Pour ce qui est des petits flocons, il faut leur parler avec douceur et ils seront très gentils. Et faire attention à ne pas glisser sur les trottoirs... et bien se couvrir! :-) Belle semaine et bisous!

      Supprimer
  46. Coucou Dédé.
    Le Rhino chez Lucie semble impressionner !!!
    Quand à l'ours blanc, dans la neige, sans doute peut il passer plus inaperçu...
    Il ici ce matin, la température avoisine les zéro, presque la Sibérie pour nous, lol
    Que la semaine te soit douce.
    Bises, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Daniel! Ben oui, tu aimerais te retrouver nez à nez avec un rhinoféroce en pleine tempête hivernale? :-))Bises et belle semaine à toi aussi.

      Supprimer
    2. Ben! non bien sur bien que peut de chance et une malchance pour lui de se retrouver das la neige, le temps des Rhinocéros laineux et révolue.
      Quand nous avions visite le Zoo de Thoiry nous en avions vu de magnifiques spécimens, j'ai été beaucoup affligé quand j'ai appris que l'un deux avait été abattu pour lui voler ces cornes..

      Supprimer
    3. Ah mais si il y a encore un rhino à poil laineux, c'est le rhinocéros de Sumatra

      Bises de la morne plaine enneigée !

      Supprimer
  47. J'entends le bruit des rouleaux sur les cailloux en regardant ta photo et j'imagine ce mouvement rythmé en lisant tes mots, la rencontre de deux âmes, de deux êtres différents qui s'unissent et se renforcent l'un l'autre...

    Ta photo est magnifiquement composée, trois bandes avec le ciel léger, la plage massive et ce gros rocher luisant, comme une ponctuation au milieu et sur le coté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Miss Cergie. Tu as raison, je me suis appliquée pour le cadrage de la photo, à genoux dans les cailloux. :-) Mes genoux s'en souviennent encore! :-) Pour ce qui est du gros caillou, notre ami Bergson veut monter dessus mais je l'en ai dissuadé, trop glissant et trop lisse! :-)

      Supprimer
    2. "Miss Cergie" me rappelle Olivier...

      Tes genoux ne sont pas aussi osseux que ceux du Saint Sulpice de Daniel tout de même ?

      [Et PAF ! Le 110ème commentaire !]

      Supprimer
  48. J'ai regardé ce qu'était l'ours d'Orlinski. Il semble qu'il y en ait plusieurs, dont celui-ci qui a des airs, en moins lisse, de l'Ours blanc de Pompon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, il est moins lisse et je n'aime pas trop ces sculptures que je trouve un peu "agressives". Sais-tu qu'un richissime propriétaire dans ma région a mis un King-Kong d'Orlinski dans son jardin, devant le grand chalet en bois précieux? Il est même éclairé la nuit! Il fait peur. :-))

      Supprimer
    2. ZUT ! Je me suis fait avoir (par toi je crois !)

      T'es vraiment une mauviette toi ! Tu n'as pourtant pas deux zans comme mon Little Jo qui a peur de tout (des zânes par exemple quoiqu'ils les aime, de s’asseoir dans le petit siège du chariot de supermarché, de tomber dans un trou de 50 cms ou de sa chaise haute (mais là je le comprends)

      Bonne fin de journée, bises enneigées (mais cela ne va pas durer)

      Supprimer
    3. ça se voit que tu n'as jamais rencontré King-Kong la nuit! :-)))

      Supprimer
    4. Moi j'aime pas être de nuit dehors, même dans mon jardin, j'ai l'impression qu'un tigre va arriver en tapinois, ce n'est pas ma p'tite haie qui va l'n empêcher. Et pis tu sais bien qu'il y a des tigres en Région Parisienne et même à Paris (cf épisode récent)

      Supprimer
  49. un tableau iodé et vivifiant bien capté et très beau texte. Bon lundi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de la visite. Respirons à pleins poumons. :-)

      Supprimer
  50. je rajouterai tu as la plume aisée

    RépondreSupprimer
  51. Merci de l'épisode de ce matin de la vie de Dédé, je ne savais pas que tu fournissais une mangeoire aux oiseaux des cieux et de la terre. Les miens se couchent tôt mais ce matin ils sont là depuis un moment déjà, un peu désemparés car ils ont du mal à accéder aux endroits de nourrissage à cause de la neige qui les recouvre. Alors ils se perchent, ils s'ébrouent et avec le nombre ils vont finir par tout dégager

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce qui concerne la neige en région parisienne c'est une cata. Elle n'était pas annoncée. Du moins dans les prévisions météo du Parisien de lundi alors qu'il commençait à neiger et la radio n'en parlait pas non plus. Tu sais il est dangereux de rouler toute l'année avec des pneus neige pour des épisodes de trois jours par an et encore. Ma fille dans le Rhône en a et ils lui sont utiles (en Allemagne aussi les pneus neige sont obligatoires)
      Les transports en commun ne sont pas non plus à la hauteur et on comprend pourquoi les bus ne circulent pas : ils se mettent en travers. Des personnes ont été en galère pour rentrer chez elle, nous n'avons pas le parisien ce matin dans la boîte et les poubelles ne passeront peut-être pas. Pat a renoncé à une réunion à Paris ce matin et apparemment il n'est pas le seul (il vient d'appeler)

      Supprimer
    2. Coucou. Merci pour ces quelques précisions qui donnent un éclairage sur la situation. Pour ce qui est des pneus neige, ils ne sont pas seulement bien sur la neige mais également très utiles lorsque les températures sont froides: meilleure adhérence sur la route. En Suisse, les autorités se demandent s'il ne serait pas nécessaire de rendre les pneus neige obligatoires car il y a encore des petits malins qui roulent en plein hiver avec des pneus d'été et ce sont des dangers publics. Il vaut mieux rester chez soi en île de France aujourd'hui apparemment. Et si tu as le temps, il faut tricoter des moufles et des petits bonnets pour tes oiseaux car les températures vont encore baisser par chez toi. Belle journée quand même!

      Supprimer
  52. Dédé s'il te plait, je me mets à genoux, je rampe, je bave, je pleure, je me fouette avec des orties...Ton URL ne doit pas comporter https...

    RépondreSupprimer
  53. Je pensais neige en venant chez toi et puis voici l'Océan, que j'aime tant et qui me fait lui aussi tant rêver...
    Merci pour ce texte qui nous emporte vers l'aventure... ou la réflexion, c'est ainsi que j'imagine me dégager de notre bas quotidien, dans ces moments de Pleine Conscience qui me permettent de me détacher de ce qui fait souffrir.
    Je t'embrasse Dédé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Marine. Oui, parfois je fais parler l'océan au lieu des montagnes et de la neige. Méditer en pleine conscience, s'embarquer sur les flots, s'ancrer dans les présent, se détacher. Vaste programme. Pas simple. Je t'embrasse aussi.

      Supprimer
  54. Bonjour
    Je te souhaite un bon mercredi!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  55. petit coucou juste pour te dire que je pense à toi... bizzz

    RépondreSupprimer
  56. Bonjour, plain soleil à Paris, mais neige et verglas au programme, la neige ça va, mais pas le gel ! je te souhaite une bonne journée, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. J'ai vu aux informations que l'hiver avait fait son retour dans les rues parisiennes. J'espère que tu as profité pour faire de belles photos. Bises alpines et attention sur les trottoirs verglacés!

      Supprimer
  57. Oh là là .... ta photo me fait rêver ! Pourtant j'aime la montagne mais là je crois que je lui fait des infidélités !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elisa. Rassure-toi. Je ne dirai rien à la montagne. 😊

      Supprimer
  58. Un petit bijou... tout doux, mais fort.
    Aimer, c'est prendre la mer.
    Tenir la main de l'aimé quand les vagues sont dangereuses...
    La photo, pleine de soleil, est un beau cadeau. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut à toi poète. J'aime faire des petits cadeaux tout doux à mes lecteurs. 😊 bises alpines.

      Supprimer
  59. Tient, c'est peu habituel de voir la mer chez toi... J'ai failli, aller à la Gomera et puis ça n'a pas pu se faire

    RépondreSupprimer
  60. ah oui Dédé , c'est un pur régal de revoir cette photo magnifique et ce beau texte ... !! merci pour tes visites et ... gros bisous belle semaine a +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle semaine à toi aussi Bébert! Bisous

      Supprimer
  61. Où l'on découvre que tu t'ancres aussi bien dans les flots marins que les montagnes alpines... Tes vers roulent et se déroulent avec la même force et la même fluidité que les flots de la mer.
    C'est magnifique! Vraiment!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Je ne suis pas très versée en technique de la poésie. Mais je m'y essaie, de temps en temps. ;-) Merci de la visite et bon retour sur la blogosphère après toutes ces émotions.

      Supprimer