vendredi 21 juillet 2017

Espoir





Le coup a été si violent qu’il faudra du temps pour m’en remettre et surmonter tous les obstacles. Mais j’ai foi en cette force qui peut faire qu’un être humain, malgré l’épreuve, continue de vivre et d’œuvrer pour des lendemains meilleurs. Cette volonté pousse les choses à naître, à grandir et à s’épanouir, même dans l’adversité.

Je songe au nombre de fois durant ces derniers mois où j’ai vu la beauté, la fragilité et la grâce étouffées et bafouées par des mauvaises pousses. 

Aujourd’hui, je marche dans cette montagne, dans ce grandiose silence et je poursuis mon chemin. J’ai l’impression que mon cœur est dans mes mains, plus que dans ma poitrine. Meurtri, je le transporte avec d’infinies précautions, comme si j’étais la messagère de ce qui se passe au fond de moi. Et toi tu te retournes parfois, veillant à la sûreté de mes pas, présent et aimant. 

Je ne le sens que confusément encore. Mais je crois que je serai, toute ma vie durant, plus riche et transformée de cette épreuve et de ce chagrin. 

Mais maintenant, je ne fais qu’avancer, sans trop savoir quelle sera ma destination. 

Il y a un temps pour tout.


Dédé © Juillet 2017

81 commentaires:

  1. Bonjour Dédé,

    Si l'on vous a fait du mal, il faudra vous défendre, et consacrer toutes vos forces à réparer cette injustice. Il est heureux qu'en pareilles circonstances, vous puissiez encore être sensible à la beauté. Celle qui se dégage de votre photo est émouvante, tant cette nature colorée dégage d'harmonie...

    Je vous souhaite le meilleur, et je vois que déjà vous imaginez transformer votre chagrin en une qualité qui vous accompagnera pour la vie... Bon week-end :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher monsieur aux grandes oreilles. Quand je vois apparaître le bout de vos grandes oreilles ici, je frétille de lire vos mots, toujours justes et soutenants. Je vous rassure, je serai toujours sensible à la beauté des montagnes. Elles ont toujours été présentes pour moi, quand je n'allais pas bien. Je me rappelle d'une période de ma vie si compliquée. Dès que je voyais les montagnes de mon enfance et le clocher de mon village (mon clocher), mon petit coeur se soulevait dans ma poitrine et je pouvais respirer plus librement. C'est fou n'est-ce pas? Je vous embrasse monsieur aux grandes oreilles et je souhaite que le bout de vos grandes oreilles soient caressées ce week-end par une douce brise de bonheur. ;-)

      Supprimer
  2. avancer, se dépasser et dépasser l adversité... arriver à admirer la nature, profiter des petits bonheurs de chaque jour, une recherche bien difficile... mais à mon sens la seule façon de retrouver la sérénité
    bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Christiane. Tu as raison, avancer est la meilleure chose, être dans l'action, tenter de voir le bout du chemin de l'adversité, se mettre sur la pointe des pieds pour voir au-dessus de l'obstacle. Je t'embrasse et merci de ta fidélité ici.

      Supprimer
  3. Malgré les coups bas, chère Dédé, l'adversité, tu demeures celle que tu es, toujours, belle et immense, grande et haute dans tes mots écrits, ta sensibilité, pour notre plus grand plaisir. Je crois que tu devrais pouvoir être reconnue dans ton intégrité et ta bonne foi. Je te souhaite d'avoir ce courage, et battante, je sais bien que tu le possèdes déjà.
    Une heureuse journée, en partage sur les chemins chagrinés, parsemés ici et là de nouvelles routes ouvertes à tes accomplissements.
    Je t'embrasse très fort.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma chère Den, ton commentaire m'a fait pleurer d'émotion. C'est si précieux de savoir qu'il y ait des gens qui voient au-dedans de nous-mêmes et qui se rendent compte de ce qu'on essaie d'être tous les jours, au quotidien. Merci de ton soutien et de tes mots, empreints de douceur et de chaleur provençale. Bises alpines ma chère Den. Prends bien soin de toi.

      Supprimer
    2. Je ne voulais sûrement pas te procurer une aussi grande remontée d'émotion, ...jusqu'aux larmes, mais te dire, simplement, que je sais la personne que tu es, jour après jour... merci à toi.
      Gros bisous amicaux.
      Den

      Supprimer
  4. Les mots que tu choisis avec cette volonté sont ta force Dédé, étayés par cette nature dont tu sais si bien communiquer les bienfaits: de belles raisons d'espérer. J''espère que les nuages vont vite se dissiper, bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ma chère Thérèse. Cela fait tellement longtemps que l'on se côtoie. Tu fais partie des anciennes qui viennent toujours me rendre visite. On a partagé tellement de choses. Et on continue de le faire, dans nos mots, nos photos, nos émotions, nos partages. Merci de ta visite et de tes mots qui renforcent... ma force. Bises alpines.

      Supprimer
  5. Un jour, un médecin acuponcteur réputé m’avait dit ces mots que je n’ai jamais oubliés : « Qu’il se tienne debout face au soleil ou soit traîné dans la boue, un être humain sera toujours celui qu’il est. Nous ne sommes pas ce qu’on nous fait subir. Nous sommes ce que nous sommes. » En l’occurrence, Dédé, tu es une belle personne, pleine de courage, de force, d’interrogations. Prête à te battre pour ce à quoi tu crois. Ça me réjouit de savoir que tu prends de l’altitude. Profite de la sagesse des sommets et passe une très belle semaine. D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma Dad. Je n'avais pas fini de sécher mes petits yeux après le commentaire de Den et voilà que je recommence avec toi. Il est sage ce médecin, très sage. Et merci de me redonner ses mots qui sont comme un baume. Il a raison, on n'est pas ce qu'on nous fait subir! Si je pouvais le dire à qui de droit, je le dirai mais pour l'instant, je me tais.
      Je prends de l'altitude les fins de semaine, c'est ma bulle, c'est mon bonheur. Merci pour ta visite et bises alpines.

      Supprimer
  6. Bon jour Dédé,
    La vie n'offre pas que de jolies choses, parfois ce ne sont que des bourrasques, parfois ce sont des tsunamis, ces cyclones...
    Tant qu'on est vivant, il reste toujours ces instants de bonheurs irremplaçables même s'il n'est pas toujours facile de continuer de les voir quand les temps sont trop durs.
    C'est vrai que les épreuves nos transforment mais nous enrichissent aussi. Parfois, nous avons beaucoup à en apprendre.
    Je te souhaite le meilleur pour panser le chagrin.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Pascale. En ce moment, c'est un peu le tsunami, mais je m'accroche à la moindre aspérité, comme dans l'escalade. Il y a des petits moments de bonheur, je les attends, j'essaie de les vivre à fond quand il arrive, même si tout au fond, c'est un peu cassé. Mais je vais y arriver. Merci pour tes mots, justes. Bises alpines.

      Supprimer
  7. je suis toujours en admiration .. ta photo est beau et net du premier plan au dernier..
    notre vie est plein de cailloux comme sur cette belle image.. faut mettre des chaussures adaptés...courage ...bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elfi. Moi j'aime bien les cailloux quand même. Enfin, si j'habitais en bord de mer, tu dirais que la vie est pleine de grains de sable qui se mettent dans les rouages. Pour ce qui est des chaussures, j'ai les grosses chaussures de randonnée en haute montagne, les chaussures de trail (que j'ai testées pour la première fois la semaine passée en prenant cette photo) et aussi les chaussons d'escalade. Je crois être parée. Et quand je devrai mettre des coups de pieds aux fesses de certaines personnes, j'ai mes vieux docs martens en cuir. :-)) Bises alpines.

      Supprimer
  8. la photo est belle... mon français n'est toujours pas parfait :)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il mio italiano non è perfetto. :-))))

      Supprimer
  9. Bonjour Dédé. Les peines, les souffrances, les déceptions, la vie aussi nous rendent plus solides même s'il y a des caps plus durs à surmonter que d'autres. Nous avons naturellement toujours tendance à nous retourner vers les moments où tout était bonheur et joies et à les regretter, c'est naturel. Mais la vie est aussi très courte et il faut rester ouvert à toutes les belles choses qui nous entourent, ce sont elles qui nous aident à surmonter nos chagrins. Et quand je vois un beau paysage de montagne tel que celui que tu présente, je vais mieux, même fugacement mais je vais mieux. La nature nous ressource, la nature nous apaise, elle est un refuge et une compagne amie.
    Tes mots me touchent toujours parce qu'ils sont proches de ce que je ressens moi-même. Bonne journée Dédé et bises bretonnes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Marie. On essaie toujours de se rappeler les bons souvenirs, c'est vrai. Parce que cela nous fait du bien, nous permet d'avancer et d'y croire encore. Tu as raison quand tu dis que le vie est courte et il nous appartient de ne pas nous laisser emporter par la rancoeur et la souffrance. Mais ce n'est pas toujours simple de voir le soleil derrière les nuages. Contente que ma photo te fasse du bien. Allez, on s'accroche. Bises alpines!

      Supprimer
  10. Bonjour Dédé

    La force est dans l'espoir et la volonté que tu mets à atteindre ces montagnes et à les gravir pour toucher ce ciel reposant sur leurs cimes.

    Courage et bisous ♥️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Michèle. Toi aussi, tu me mets un gentil commentaire. Cela me fait du bien de lire tout cela ce matin. Je me réjouis de revoir les montagnes ce WE. J'attends cet après-midi avec impatience pour y retourner. Je t'embrasse très fort et te souhaite une belle fin de semaine.

      Supprimer
  11. Merci encore pour tous ces commentaires "remonte-pendule". Ils sont précieux.

    RépondreSupprimer
  12. Je voudrais que les épreuves et les chagrins nous rendent meilleurs, et que la vie grâce à ces dépassements nous soit plus douce, ce n'est pas toujours vrai...
    Merci Den pour cette très belle page
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi que les épreuves nous rendent plus forts et que la sérénité ne se cache pas trop loin. Merci Marine pour ton passage et je te souhaite une belle fin de semaine. Bises alpines!

      Supprimer
  13. Je t'ai appelée Den, pardonnes moi, je ne me trompais pas...
    J'espère que cette souffrance est apaisée par un si beau spectacle de montagne que tu nous montres et que j'aime tant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La montagne panse bien des plaies... ;-)

      Supprimer
  14. Bonjour chère Dédé, je suis très émue en te lisant, je ne sais pas trop ce que tu traverses en ce moment mais je suis avec toi de tout coeur... Parfois la vie nous réserve de grosses épreuves, et c'est difficile de passer à travers mais il faut surtout ne pas lâcher... On grandit à travers ces épreuves, si on m'avait dit cela lorsque mon cher André est décédé (ça fait 10 ans), je ne l'aurais pas cru mais j'en ai fait du chemin depuis... et oui, j'ai grandi à travers cette terrible épreuve, mais il faut surtout prendre le temps de vivre sa peine... Ce qui m'a beaucoup aidé à passer à travers, c'est ma passion pour notre si belle nature et la photographie! Bon courage à toi, je te serre bien fort dans mes bras, gros bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Maria-Lina. Oui, tu as parcouru bien du chemin et il me semble, en parcourant ton blog, que tu as trouvé une certaine sérénité. Mais cela n'a pas dû être simple et tu as dû surmonter plein d'obstacles. Tout cela t'a fait grandir. Sans doute. Tu peux être fière du chemin accompli. Je ne vis pas la même épreuve. Et aucune épreuve ne peut être comparée à une autre. Mais je sais que j'ai du courage et des mains qui se tendent sur le chemin. Et tout cela est précieux. Tu as tendu ta main à travers l'océan et c'est apaisant (tu as quand même un bras très très long). ;-) Je t'embrasse et te remercie de ton message qui réchauffe et fait du bien.

      Supprimer
  15. Bonjour chère Dédé, tout d'abord j'admire ta photo, c'est si beau et serein. Je pense savoir que tu es forte et une battante mais parfois les coups de vent sont violents et il faut du temps pour retrouver son équilibre. Avec le temps et du réconfort, petit à petit, les journées semblent plus belles. Profite aux maximum de tes belles montagnes, grimpe, grimpe... on est si bien au sommet.
    Sache que je pense très fort à toi en souhaitant que la tristesse dans ton coeur parte à tout jamais pour laisser la place au bonheur. Que la vie te sourie.
    Je t'embrasse bien fort ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma chère dame du bout du lac. Le coup de vent est particulièrement violent. Moi qui faisais parler le vent il y a quelques semaines en arrière. ..c'était peut-être prémonitoire. La tempête est forte, la mer démontée, les montagnes en colère. Mais je sais que de l'autre côté, le soleil brille. Merci de ta visite et passe une belle fin de semaine. Bises alpines.

      Supprimer
  16. Parfois les cailloux sur notre chemin se font si gros
    qu’ils nous cache notre devenir et pourraient nous empêcher d’avancer
    mais comme tu le dis si bien
    Il faut croire en la force de la vie pour les surmonter
    et pas après pas
    l’instant s’éclaircira
    Amitié Dédé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou l'homme poète. Les cailloux, de gros deviendront moyens puis petits et se transformeront ensuite en tous petits cailloux blancs que je suivrai pour arriver à la lumière. Merci de ton passage et belle fin de semaine. Bises alpines.

      Supprimer
  17. La vie est rarement une ligne droite, il arrive toujours un moment où elle nous attend au tournant. C'est alors qu'il faut savoir changer de cap en se plaçant vent arrière. De cette manière, c'est notre histoire qui nous pousse à avancer. Tandis que vouloir avancer avec le vent en pleine face revient à se heurter à l'histoire de ceux qui cherchent à nous déstabiliser, voire nous détruire. Ces mots appartenant en partie au vocabulaire de la navigation à voile ne sont bien sûr pas adaptés pour une montagnarde telle que toi ;-) Mais c'est ce que j'ai trouvé de mieux pour illustrer ma pensée.
    Cheminer sur les cailloux, pour moi c'est aussi pénible que sur le sable. Sur les cailloux, il faut sans cesse veiller à ne pas perdre l'équilibre quand l'un d'entre eux roule sous nos pas. Et sur le sable sec, ce sont les muscles des mollets qui fatiguent vite un peu pour la même raison, le sable s'écrasant sous nos pieds à chaque pas.
    Quant à la destination, elle apparaîtra au détour du chemin et tout s'éclairera pour toi, n'en doute pas. Notre destinée est dans la main de l'ange. Il veille sur nous, faisons lui confiance.
    Alors "bon vent" chère Dédé, qu'une brise légère te guide sur ton chemin, qui pour l'instant est, hélas, plus semé de ronces que de roses.
    Bises, légères d'un jour d'été ensoleillé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Tilia. Tu parles de langage marin. Je vais le transposer à mon expérience de l'escalade. La vie est une grande paroi. Il y a des possibilités de voies plus ou moins faciles où on sait où mettre les pieds et les mains. Et il y a des endroits lisses extrêmement difficiles à gravir car on ne sait où s'aggriper. Mais on a toujours un corde et un acolyte pour nous guider et nous assurer. Alors on grimpe et suivant où on arrive, on peut se reposer et admirer les sommets environnants. Et la plénitude de l'instant nous envahit.

      Pour l'instant je suis plutôt dans une voie difficile mais j'ai des mains qui se tendent et une belle corde pour m'assurer. Alors j'entrevois quelque chose de meilleur. Bientôt je l'espère.

      Merci pour ton beau commentaire ma chère et je t'embrasse très fort.

      Supprimer
  18. Les épreuves de la vie te forgent une âme plus forte, car les chemins de vie sont souvent parsemés d'obstacles. Il faut savoir te relever quand tu tombes, car là est ta confiance en la vie et qui te permet d'aller au bout de tes efforts et tu verras alors lumière jaillir au moment où tu t'attends le moins. La montagne, ta chère montagne de donnera toujours des moments de tendresse et de joie quand tu sais l'appréhender et l'aimer.
    Je te souhaite, Dédé toujours plus de profondeur dans tes espérances en la vie.
    Bises encourageantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou mon ami poète. Merci pour ton passage ici et pour tes mots empreints de sagesse et de poésie. Toi qui parles si bien du désert, tu sais aussi parler de la montagne avec chaleur et respect. Merci et mille bises chaleureuses.

      Supprimer
  19. L'important est de fouler le chemin, et non la destination. beaucoup évaluent le chemin et ne le foulent pas...
    Et oui : l'épreuve nous rend plus fort...
    Alors je vous attends au prochain virage...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gilles. Je suis en plein effort mais le prochain virage n'est plus très loin. J'espère aussi que la buvette d'alpage va sous servir de bons macaronis du chalet. 😊 Bises alpines.

      Supprimer
  20. Je ne sais pas qu'elle est ton épreuve...Mais je suis avec toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou mon filou. Moi je dis que c'est bien que tu sois là. Tu gueules haut et fort pour les choses justes. 😊 Bises!

      Supprimer
  21. Oh oui les épreuves nous apportent beaucoup en engrais pour grandir, et les personnes les plus fortes et réconfortantes sont celles qui ont été vraiment bousculées. Mais comme tu dis chaque chose en son temps, il faut en effet accepter de prendre ce chemin épineux et caillouteux, avoir peur, pleurer, tenter la rébellion, pleurer encore, et avancer sans savoir où ça conduit...

    Tous mes voeux de courage - je sais que tu n'en manques pas mais je n'aime pas trop non plus cette "consolation" qu'on nous jette "tu es forte, tu t'en sortiras". Le prix est aussi cher à payer pour les forts que pour les autres, il ne faut pas l'oublier!

    Tuas raison, ta newsletter ne m'est pas arrivée et pourtant j'ai bien fait l'inscription et la confirmation etc... Caprices des blogs :)

    Belle journée et bises liégeoises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que même si on est fort, le prix des épreuves est cher payé. Mais notre capacité à rebondir nous laisse entrevoir un chemin plus paisible. Merci ma chère de ce beau commentaire qui redonne foi en cette vie. Bises alpines et merci du soutien liégeois.

      Supprimer
  22. Je te l'avais écrit je crois, que peut être tu réaliserais que cette épreuve était une chance, au final. Je suis heureuse de te voir penser dans ce sens. Et la photo est magnifique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que c'est pour un mieux effectivement mais ce n'est pas encore gagné. En tous les cas j'essaie de soigner le moral. Merci de tes mots. Bises alpines.

      Supprimer
  23. petit coucou du week que j espère très beau et agréable pour toi... bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. A toi aussi un beau dimanche. Bisous

      Supprimer
  24. La marche en montagne renforce notre amour de la vie et notre volonté de continuer d'avancer envers et contre tout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La marche en montagne me donne encore plus l'envie de fuir la ville et ses contraintes. 😊 Bises alpines cher voyageur.

      Supprimer
  25. Je ne sais pas ce qui s'est passé, Dédé, est-ce encore à cause de cette personne malveillante que tu souffres ? Si c'est elle, elle ne mérite pas que tu te rendes malade pour elle. Je sais que c'est facile à dire, je sais. Mais peut-être est-ce une autre raison qui te peine ainsi. Tu dis que tu seras plus riche et transformée de cette épreuve et de ce chagrin. Oui, c'est ce que je te souhaite, ma toute belle. Je t'embrasse très fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Françoise. Si ce n'était qu'une personne...mais il y en a plusieurs. Mais je surmonterai l'épreuve et en sortirai sans doute plus forte encore. Mais le chemin sera long. Merci et bisous

      Supprimer
  26. Bonjour Dédé,
    On dit que les grandes peines sont muettes ... et je le crois.
    Puis on dit que ce qui ne nous fait pas mourir nous rend plus fort.... et ça aussi je le crois.
    Je pense comme Pastelle ... peut-être que cette épreuve est une chance ? Pour le moment tu n'arrives pas à te rendre compte mais dans le futur tu analyseras mieux la situation.
    Présentement le traumatisme est fort et tu dois prendre du recul. Tu es une personne de ressources, tu es jeune, tu es en bonne santé .... tu verras sois confiante les choses vont s'arranger et ensuite tu seras bien et apaisée.
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elisa. Je pense que c'est une chance... mais je n'en suis pas encore totalement persuadée. Il va falloir du temps. Mais on dit que le temps fait toujours son oeuvre. Alors, je passe les étapes, les unes après les autres. Pour un mieux. Ce n'est d'ailleurs pas difficile d'aller vers le mieux alors qu'on sort en quelque sorte du pire. Je t'embrasse madame maman tortue. ;-)

      Supprimer
  27. Bonjour,
    Je ne sais pas quelles épreuves tu as pu subir et je ne voudrais pas être indiscrète mais je te souhaite de surmonter tout cela. Comme tu sembles courageuse, je pense que tu y arriveras.
    Bonne semaine,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mo. Je surmonte, petit à petit, lentement mais sûrement. Et puis au bout du tunnel, il y a toujours de la lumière. Merci du passage et belle semaine!

      Supprimer
  28. un endroit idéal pour réfléchir et méditer. Superbe photo.
    Bonne fin d'a.midi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'était un très bel endroit et le ciel était magnifique. Il y avait des vagues de nuages. Très poétique. Bises alpines et douce nuit.

      Supprimer
  29. La photographie est juste sublime, à tous points de vue. Ou plutôt, du point de vue que tu as choisi. Elle en dit plus que le texte très hermétique. Je ne comprends ni ne devine de quoi il s'agit. Mais tu as trouvé la porte de sortie. A toi, les charentaises ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Je préfère parfois rester hermétique dans mes textes. Par pudeur sans doute. Mais je laisse transparaître quelques émotions. Et elles sont vraies. 

      Quant à la porte de sortie...je la vois dans le lointain mais je n'y suis encore pas et je ne sais donc ce qu'il y a de l'autre côté. Bises alpines à la Charente.

      Supprimer
  30. Coucou Dédé.
    Le chemin semble pavé de cailloux. Il s’élève vers de magnifiques sommets, que tu es sur le point d’atteindre...
    Bises, belle semaine, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Daniel. Il est pavé de cailloux mais le sommet au loin est beau. Donc l'approche est moins difficile. Bises alpines et belle semaine.

      Supprimer
  31. Coucou ma Dédé !
    Quelle magnifique photo !
    Il y a les beautés de la nature et la laideur de ce monde.
    Je sais c'est facile à dire mais il faut voir que le bon côté des choses, dans la mesure du possible.
    Il y a forcément un meilleur ailleurs, de l'autre côté des emmerdes.
    Bises campagnardes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma Claude. C'est souvent le point de vue qui crée l'objet. Selon la façon avec laquelle on conçoit les choses, elles deviennent plus faciles à vivre ou l'inverse. Mais cet exercice est difficile. Transformer les choses négatives en choses positives demande du temps et un travail sur soi conséquent. Un jour, j'y arriverai. J'ai cet espoir. Je t'embrasse et à bientôt.

      Supprimer
  32. le chemin est pentu et empierré mais tu est presque de l'autre côté : courage !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou barbu! J'ai de bonnes godasses. ;-)

      Supprimer
  33. Allez, tu es presque au bout; dès que tu seras passée entre ces quelques sapins, tu vas traverser les paturâges et atteindre les derniers névés. Là tu peux poser ton fardeau, respirer, souffler... respirer, savourer .... respirer, sourire......respirer et être fière de toi qui es là, la tête haute alors que, regarde bien le pierrier que tu viens de franchir, il se mettra un jour en travers de la route de certains qui n'auront ni ta force, ni le soutien d'autrui pour les aider à s'en sortir. La vie est ainsi faite de hauts, de bas qui ne grandissent que les honnêtes gens dont, sans aucun doute, tu fais partie. Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Chinou. Merci pour ce commentaire "remonte-pente". ;-) Je crois faire partie des honnêtes gens mais ce qui est triste, c'est que cela ne paie pas toujours. Dans quel triste monde vivons-nous? Heureusement, il y a autour de moi, ici sur ce blog et dans ma réalité de tous les jours, des gens qui m'entourent et qui ont foi en moi. C'est précieux. Merci encore et bises alpines. Amitiés aussi.

      Supprimer
  34. Bonjour Dédé je découvre votre blog via chez Elisa , et wowww !!! superbe photos , la montagne sauvage j'adore ça , loin des foules , merci de l'évasion , le cliché est aussi d'excellente qualité , joli texte aussi :) , bonne journée , amitié d'Auvergne

    http://voyagesphotographiques.over-blog.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue ici. Je passe régulièrement chez Elisa. Les liens se créent via nos blogs. Merci du passage et des compliments. La montagne, c'est mon élément. J'y suis bien mieux qu'ailleurs. A bientôt!

      Supprimer
  35. La leçon de la nature et de la montagne, que tu assimiles si bien.
    Amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Miss. Je suis une bonne élève, n'est-ce pas? ;-) Bises alpines.

      Supprimer
  36. je m'arrête à chaque croix pour prier pour les helvettes
    ça ne marche pas ?
    c'est que je suis un mécréant menteur !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, continue à prier. N'oublie pas aussi l'aumône. J'ai besoin d'argent. ;-)

      Supprimer
  37. ne pas fermer les yeux devant un tel paysage et avancer dans la joie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Gérard. "Avancer dans la joie", je m'y emploie. ;-)

      Supprimer
  38. Quelque soient tes problèmes du moment, tes photos sont grandioses, Dédé !!! Quel message d'encouragement que cette beauté rendue et partagée par tes soins pour chacun d'entre nous, mais en ce moment pour toi surtout. Nourris toi d'elle, elle est la ressource suprême. Plein de schmouty d'Alsace ♥♥♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fifi. La beauté de la nature, comme un baume sur les soucis. Je t'embrasse aussi et à bientôt.

      Supprimer
  39. Un petit coucou en passant ma chère Dédé, et prendre de tes nouvelles... j'espère que tu vas mieux, enfin je le souhaite...tes sentiers, tes si belles montagnes, et le silence qui s'en dégage te permettront de retrouver, enfin, ta sérénité dans un espoir qui te nourrit et te grandit.
    Je pense à toi, et te transmets toute ma force..
    Amitiés.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours difficile ma Den... mais j'ai espoir de lendemains meilleurs. Bises alpines et merci de tes passages ici ou ailleurs.

      Supprimer
  40. J'ai beaucoup pensé à toi, même quand j'étais loin de la blogo.
    Mais j'avais loupé ce message.
    Il est pourtant écrit avec force et délicatesse en même temps.
    Accroche toi à l'espoir, chère âme !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou belle âme. Merci de ton message ici. L'espoir est là, fluctuant, balloté mais il existe bel et bien. Bises alpines et merci.

      Supprimer
  41. ah oui quel magnifique vue ! un régal de voir tes photos ! merci gros bisous belle semaine A +

    RépondreSupprimer