vendredi 5 mars 2021

Majesté

 


Massif de la Bernina, Les Grisons, Suisse

 

Je ne m’habituerai jamais à la beauté, celle de ces montagnes majestueuses qui se dorent au soleil d’hiver, dans un froid mordant. Elles ne disent rien et pourtant, elles expriment tout, leur grandeur mais surtout la petitesse de l’homme qui, un jour, lorsque tous les glaciers auront disparu, criera son désespoir de se heurter à la pierre trop rugueuse de son orgueil démesuré.

Dédé © Mars 2021

104 commentaires:

  1. Quel spectacle somptueux Dédé : on s'y croirait ; comme chez Philippe Delerm "la vie est en relief"..... entre la pierre rude et la blancheur immaculée de sa neige qui invite à la glissade ! quel bel attrait sur ta page matinale qui démontre une fois de plus la pauvreté imparfaite de l'homme et la beauté éternelle des montagnes, ce précieux ornement des Grisons chez toi,... dans l'impermanence des choses dans ce monde transitoire...
    Merci beaucoup .....
    douce journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Den. Attention aux glissades car c'est bien un glacier au pied des montagnes et tu risquerais de tomber dans une crevasse! Quand l'être humain aura compris que nombre de ses actions sont négatives pour la nature, peut-être qu'il sera trop tard. Espérons quand même et vivons au plus près de nos consciences. Bises alpines et belle fin de semaine.

      Supprimer
    2. Tu ne sais pas si bien dire, Dédé, il y a 40 ans je l'ai effectuée la glissade sur un mont des Alpes. Partie tôt le matin avec deux jumeaux guides avec d'autres personnes, en haute montagne. Cependant, pas très habituée à ces marches-là, pas très bien chaussée, vêtue d'un Kway, et en retard sur le temps imparti à la descente, nos guides nous ont dévié de notre tracé initial, avons coupé à travers les glacis et les éboulis.... et j'ai glissé, glissé, sur une descente de 7, 8 mètres, me fracassant sur un amas pierreux. Un peu sonnée, quelques bleus aux cuisses, clopinant en revenant au camping, mais pas plus que cela, par chance. Dans cette descente impromptue, je criais LE CANON, LE CANON ! il s'agissait de l'appareil photo de mon époux... tout neuf... et lui (l'appareil) comme moi sommes redescendus avec quelques retards, et quelques reproches - à moi et surtout aux guides - et notre inconscience - ... L'appareil a continué à capturer de belles photos, et moi honteuse de cette erreur qui aurait pu m'être fatale, j'ai retrouvé ma petite famille : Faby avait 8 mois, et Maryline 6 ans !

      Supprimer
    3. Ouf! Plus de peur que de mal! Pour toi... et pour le CANON. :-)

      Supprimer
  2. De très belles images, mais comme tu le dis pour combien de temps encore? L'humain ne sait pas admirer ce que la nature offre, il vaut toujours la conquérir et ce faisant il ne fait que la détruire, les plus beaux sommets du monde sont devenus les poubelles des prétendus aventuriers.
    Amicalement
    Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nombre d'individus ont pris conscience de certaines choses mais c'est aussi au niveau politique et économique que les choses doivent changer. Je suis aussi d'accord avec toi sur les aventuriers pollueurs, qui, sous prétexte de la performance sportive, ont des comportements totalement irresponsables quant à leur manière de traiter la montagne. Bises alpines Claude.

      Supprimer
  3. C'est vrai, on ne s'habitue jamais à tant de splendeur, et c'est tant mieux.
    Merci pour le partage, bien à toi,

    ANNE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, heureusement, car l'on deviendrait blasé. Bises alpines.

      Supprimer
  4. Coucou Dédé
    Sublime montagne si bien par toi contée...
    Très bon weekend, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore, je ne dis pas tout ce que les montagnes me racontent. Si tu savais... ;-) Bises alpines.

      Supprimer
  5. Bravo, Dame Dédé, pour tant de beauté, de ciel bleu et de neiges immaculées...

    Et quel privilège, que d'avoir été témoin de cette apparition, d'avoir senti la morsure du froid dans ses membres, d'avoir ajouté aux dimensions de ta photo celle du temps partagé...

    Très bon week-end, Dédé ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Monsieur aux grandes oreilles. Vous oubliez le vent, qui soufflait en rafales ce jour-là et qui rendait la prise vraiment difficile. J'avais les doigts gelés, le nez qui coulait et les oreilles qui s'allongeaient. Mais au final, le Piz Bernina m'a gratifié d'une vision idyllique à cette altitude. Merci Dame Nature d'être si généreuse pour les pauvres humains que nous sommes. Bises alpines et très bon WE également.

      Supprimer
  6. Bonjour Dédé
    Magnifique photo qui me fera toujours rêver.
    J'aime bien : "La pierre trop rugueuse de son orgueil démesuré...", Félicitations.
    Merci et bon vendredi !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou le gitan. Parfois j'ai des envolées lyriques... :-) Merci de la visite et bises alpines.

      Supprimer
  7. L'homme se comporte bien souvent comme un prédateur face à la nature. Il n'en est pas propriétaire mais seulement locataire !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'homme a dû dompter la nature pour survivre, d'une certaine manière. Mais il l'avait fait en bonne intelligence. Siècles après siècles, il est devenu bien plus arrogant. Le développement durable ne doit pas rester un vain mot!

      Supprimer
  8. Très belle image de ce massif montagneux enneigé.

    RépondreSupprimer
  9. Chère Valaisanne
    Magnifique ce paysage de Piz Bernina ! Il figure dans mon carnet de courses pas par le Biancograt (hélas !) mais venant d'Italie par le Piz Zupo avant de descendre à skis par le glacier de Morterastch (difficile). Souvenir, souvenir ...
    Bises savoyardes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une très belle région en tous les cas mais moi, j'ai regardé la Bernina depuis en bas. :-) Bises alpines.

      Supprimer
  10. C'est beau c'est majestueux, c'est froid.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'ai déjà dit mille fois mon Loulou que tu dois te couvrir pour venir me rendre visite: bonnet et moufles au minimum.

      Supprimer
  11. La force tranquille de la montagne, une force qui rassure en même temps qu'elle nous interroge sur nos faiblesses. Que c'est beau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si seulement plus de monde sur cette planète s'interrogeait vraiment sur ses faiblesses. Que fait-on à la nature aujourd'hui? Comment est-ce qu'on cohabite avec elle?

      Supprimer
  12. Bonjour ma chère Dédé, Ta photo me fait rêver devant ta merveilleuse photo de ce superbe massif. Profitons encore de ces magnifiques montagnes et glaciers. Un grand merci ♥

    "L’homme se doit d’être le gardien de la nature, non son propriétaire" Philippe Saint-Marc.

    Je te souhaite un très bon week-end avec de gros bisous ♥


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ma chère. Malheureusement, les glaciers fondent à vue d'oeil. La planète terre a déjà vécu des périodes de réchauffement climatique bien avant celui que l'on vit aujourd'hui. Seulement, ce qui change, c'est que là, il semblerait que ce soit un peu à cause de nous que la nature est mise à mal. Il est urgent de réfléchir tout en continuant à contempler. Bises alpines.

      Supprimer
  13. Respect devant cette beauté majestueuse qui met en question notre "orgueil" et notre avidité pour avoir pillé la terre qui nous porte. Merci pour tous ces "Waouh !" que tu nous offres à chaque fois.
    Avoir nous avoir émerveillés, qu'elle nous ramène sur "le droit chemin" cette sidérante beauté des sommets.
    Merci Dédé, talentueuse photographe et conteuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'être humain est orgueilleux et n'apprend pas de ses erreurs. Après le premier confinement, on disait que la société allait changer de manière de faire: consommation plus locale, respect des valeurs, équité, justice. Force est de constater que dès que les magasins rouvrent, on s'y précipite pour acheter ce qui est bien souvent superflu, inutile. Quand est-ce que nous allons comprendre? Bises alpines.

      Supprimer
  14. Bonjour chère Dédé,
    C'est un texte court mais la pensée est élévée.
    C'est vrai qu'on ne se lasse jamais de la beauté de la montagne...
    Bonne journée à toi et gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Parfois, je m'exprime sans avoir besoin d'écrire des pavés. C'est quand je suis fatiguée. :-) Bises alpines.

      Supprimer
  15. Impressionnantes ces montagnes. Il y a ce goût de se lancer dans cette nature mais les dangers inhérents. L'ensemble, vu de loin, est appaisant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une montagne qui n'est pas facile. surtout qu'il y a un premier danger au premier plan, le glacier et ses crevasses. On le distingue moins en hiver quand il est recouvert de neige.

      Supprimer
  16. Bonsoir Dédé waouh d'accord avec toi j'adore les montagnes enneigées merci beaucoup gros bisous belle fin de semaine à+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les aime bien aussi mais là, je crois que j'ai envie d'un peu de printemps alors que dehors il neige. :-) Bises alpines.

      Supprimer
  17. Je ne pourrais m'en passer, ayant vécu aux pieds de ces colosses toute ma jeunesse valaisanne... Mais je me tiens à distance en hiver - et suis très prudente en été, leur rudesse me fait désormais peur! Une beauté redoutable!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut connaître ses propres limites quand on est en montagne. Mon père m'a appris ses dangers. Même en simple randonnée, il faut être vigilant. Foi de Valaisanne.

      Supprimer
  18. Tout est dit et résumé ici . Oui, l'homme est petit et il serait utile qu'il en prenne conscience afin de cesser de mettre en péril son cadre de vie. Je te souhaite un bon week end dans ton écrin blanc et pur .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quelques signes qui sont peut-être encourageants. Mais ce qui me dérange, c'est l’ambiguïté de l'être humain: capable de descendre dans la rue pour défendre le climat tout en vivant dans une société de surconsommation quotidienne. Et je suis pareil que tout le monde.

      Supprimer
  19. très joli texte et superbement illustré... la terre nous survivra et la nature reprendra ses droits j en suis certaine... gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, la terre nous survivra mais que deviendront nos descendants?

      Supprimer
  20. J'aime beaucoup, à la fois votre photo et le texte qui l'accompagne.
    Merci à vous pour votre message.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Madame Chapeau. Merci à vous de votre passage, qui rime avec message. :-)

      Supprimer
  21. Que ces montagnes sont belles et majestueuses, oui ! Et comme l'homme est petit et bien bas, en effet. Mais la nature aura toujours le dernier mot, et cela, il ne le sait pas.
    Belle fin de semaine à toi, chère Dédé. Et un beau week-end. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais toi tu le sais ma chère Françoise. ;-) Bises alpines et belle semaine entourée de tes oiseaux.

      Supprimer
  22. Bonjour Dédé, des phrases courtes mais avec d'immenses vérités.
    Cette photo force naturellement le respect, physiquement quand on est face à Elle, point de paroles, la contemplation inonde.
    Merci pour cette beauté, très bon weekend avec des bises de notre Isère !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que j'ai eu de la peine à la prendre cette photo! Il faisait tellement froid là-haut que mon appareil s'est bloqué à un moment donné, plus moyen de faire des mises au point, il avait trop froid et patinait dans le vide. Il a fallu que je le réchauffe et la batterie s'est vidée en très peu de temps. Heureusement, j'ai quand même pu prendre quelques portraits de la Bernina. Bises alpines et bonne semaine.

      Supprimer
    2. Alors cette photo prends encore plus de forces, merci pour cette passion de la Nature !
      Bises Dédé

      Supprimer
  23. Que dire de plus?

    Splendeur, majesté, intériorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 3 mots qui résument bien les choses. Merci Miss. Je vais t'engager pour devenir ma porte-parole. Tu vas à l'essentiel. :-)

      Supprimer
  24. Excellemment dit... tu as toujours les mots justes et l'illustration belle et forte.
    Merci Dédé !!
    Passe un doux weekend dans ce cadre si majestueux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Damned. J'ai failli ne pas valider ton commentaire! Les affres de blogger...merci de la visite. J'aimerais avoir toujours les mots justes...mais ce n'est pas toujours le cas. Bises alpines.

      Supprimer
  25. Coucou ma Dédé !
    Les belles montagnes enneigées sur fond de ciel bleu font de belles photos.
    De nos jours plus personne ne respecte rien comme on dit, et quand je dis rien, c'est un vaste sujet.
    Bon week-end et bises campagnardes, dans la froidure ce matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma Claude. Je dirai qu'une grande partie de l'humanité ne respecte plus grand-chose. C'est vrai. Pourtant, il y a des signes ici ou là d'une certaine prise de conscience mais le processus peut malheureusement être très long. Aujourd'hui, parler du réchauffement climatique, de développement durable, cela passe après les inquiétudes liées au COVID. Bises alpines dans les giboulées de mars.

      Supprimer
  26. Les montagnes vibrent haut et fort, et quand elles se parent de leur blanc manteau, c'est l'apothéose ! Juste savourer ce moment , merci Dédé, doux week end dans la beauté du monde. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Brigitte. Garder ses yeux ouverts sur la beauté du monde, s'en rendre compte, être humble. Tout un programme! Bises alpines et bonne pose.

      Supprimer
  27. Une iumage et trois lignes bien plus efficace que de longs discours .
    Bises .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas le courage de faire de grands discours et je ne sais pas si j'aurais été écoutée jusqu'au bout de toutes façons. :-) Bises alpines.

      Supprimer
  28. Comme toi chère Dédé je frissonne à la vue d'une montagne enneigée non pas de froid mais de plaisir ....symbole de la force mêlée à la pureté !Beau dimanche Bises occitanes pluvieuses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi frissonné de plaisir... mais surtout de froid puisqu'il faisait - 20 degrés environ. ;-) Bises alpines dans les giboulées.

      Supprimer
  29. Tiens mon commentaire a disparu.
    Sacré blogspot, qui fait des entourloupes même à ses abonnés...
    Que redire ? Que ta photo et le texte qui l'accompagne sont sublimes ?
    Et que je pense en te lisant à cette parole du célèbre chef indien Sitting Bull « « Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on s'apercevra que l'argent ne se mange pas. »
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Le grand chef indien était bien sage. De cette sagesse qui semble si souvent faire défaut à notre humanité! Bises alpines.

      Supprimer
  30. Une beauté à l'égal d'une coupe de chantilly. Belle et bonne journée pleine de beauté.

    RépondreSupprimer
  31. le beau nous remplit les yeux et la tête et le coeur... on ne s'en lasse pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans le beau, que deviendrons-nous? Mais sommes-nous toujours capables de le voir et s'émerveiller? Combien de gens blasés sur cette planète?

      Supprimer
  32. "Lorsque tous les glaciers auront disparu" j'ai bien peur qu'il n'y ait plus grand monde pour crier de désespoir.
    À propos de glaciers, je pense souvent à ceux qui donnent naissance au Rhône, ce fleuve servant de refroidisseur pour maintes centrales nucléaires disposées sur ses rives, tu vois le problème !..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Le glacier du Rhône se meurt petit à petit, comme nombre de glaciers en Suisse. Quant au rôle du Rhône dans le fonctionnement des centrales nucléaires... à quand un changement de politique radicale concernant les énergies renouvelables? Quand je vois que des associations écologiques font des recours contre des éoliennes, je me pose quand même quelques questions... Bises alpines.

      Supprimer
  33. Pourquoi voudrais-tu t'habituer à la majesté, à l'émerveillement ? C'est une qualité de savoir, encore et toujours admirer.
    Ici, sur ta photo, on entend aussi le bruit des craquements de la neige, de l'air qui circule...j'adore.
    Un beso

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi pas, mais quand je vois nombre de mes congénères tellement blasés devant les beautés de la nature, cela me fait réagir. Bises alpines.

      Supprimer
  34. Schmoutzy printanier et frisquet.
    Mais les forsythias sont de retour :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Ils fleurissent aussi en plaine mais la neige persiste en montagne. Il faut juste espérer qu'il n'y ait pas de dégâts dus au gel dans les cultures.

      Supprimer
  35. Je ne voudrais pas me retrouver seul, perdu dans la nuit quoique un bon duvet, un thermos de café, des effets chauds.
    Voir Vénus qui brille et s'endormir paisiblement.















    RépondreSupprimer
  36. L'hiver dans toute sa splendeur
    nous remplissant le cœur
    de bleu soleil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel spectacle en effet que l'hiver au soleil. Merci de la visite.

      Supprimer
  37. Coucou Dédé,
    Je vais très très bien, merci, et j'espère qu'il en est de même pour toi.
    Grandiose ce panorama, et comme toi, je ne me lasserai jamais d'une telle beauté de notre nature.
    Et sous ce grand ciel bleu, c'est de toute beauté.
    Bises et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Pascale. Contente de te retrouver par ici. Je vais bien aussi même si la période n'est pas des plus simples. Heureusement qu'on ne se lasse pas des beautés que la nature nous offre. Elles font partie de notre quotidien et peut-être encore plus lorsqu'on est photographes. Bises alpines.

      Supprimer
  38. Bonjour, oui mais ce jour là il sera trop tard, je te souhaite un bon week end, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il n'est jamais trop tard. On y croit! Bises alpines.

      Supprimer
  39. Admirons-les
    telles qu'elles
    enveloppées de calme
    et de sérénité
    leur beauté impose
    de les respecter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le respect envers les montagnes et toutes les créatures de la nature. Merci pour tes mots!

      Supprimer
  40. Majestueuses ces montagnes, Merci Dédé pour ton partage !
    Et dire que l'on croyait ces glaciers éternels...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On parlait de neiges éternelles sur les montagnes que j'ai côtoyées toutes mon enfance (pas celles-ci). Et aujourd'hui, quand je les revois, force est de constater que les neiges éternelles ont bien diminué, devenant des neiges tout court. Merci de la visite.

      Supprimer
  41. Bonjour Dédé,
    Tout comme toi, je suis fascinée devant la grandeur et la beauté de nos montagnes.
    Elles m'apaisent et savent me procurer un grand bien-être. Avec elles, je ne pense plus c'est un vide immense en moi qui me fais du bien. Belle fin de semaine Dédé. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elisa. C'est aussi ce que je ressens quand je suis face à elles. Je ne pourrai pas vivre dans un pays plat. N'en déplaise à Jacques Brel. Bises alpines des Alpes du Nord.

      Supprimer
  42. Merci pour votre passage sur mon blog !
    Magnifiques images de la Belle Suisse toute proche.
    J'ai habité de nombreuses années au Plateau d'Assy, et la montagne me manque !
    Bien amicalement et MERCI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et bienvenue ici. Je comprends que la montagne puisse manquer à celles et ceux qui l'aiment. Elle m'a manqué pendant des années et j'ai décidé, d'y revenir. Et je ne regrette pas. Je mesure chaque jour qui passe la chance que j'aie. Belle journée et à bientôt ici ou ailleurs.

      Supprimer
  43. Petit coucou... je pense que la neige commence à fondre... ici c est déjà tout fleuri... bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a fondu et là, j'ai de nouveau un mètre et plus devant la maison... Belle semaine et bisous.

      Supprimer
  44. Y a t-il des des restos en Suisse donnant sur une baie vitrée ou en terrasse?
    Avec de tels paysages splendides, comme sur la photo, ça doit être quelque chose la raclette suisse de Dédé et je ne parle pas du vin blanc sec et des desserts ;-)
    Bises du soir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. L'endroit où j'ai pris cette photo: Il y avait un petit resto. Mais comme le COVID est présent partout, même à plus de 3000 mètres, le resto était fermé et il fallait faire la queue à l'extérieur pour commander quelques babioles et du chocolat chaud. C'était une drôle d'ambiance. Bises du jour sous la neige.

      Supprimer
  45. Tu crois que les glaciers vont disparaitre ?
    moi je crois qu'il y aura toujours des personnes pour fabriquer et vendre de la glace
    c'est si bon la glace en été ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a aura toujours Pascal pour déguster des glaces en été car c'est un grand gourmand. ;-)

      Supprimer
  46. Tableau du Levant
    Guettant tout signe de voyage
    Mon coeur chante la mer

    ?

    RépondreSupprimer
  47. Jean Ferrat l'a fort bien chantée,
    toi, tu la photographie avec magie!
    Tu me donnes une vraie envie de partir au pays de cette belle lumière.
    Bises de ma Loire enfin retrouvée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. La lumière est belle dans bien des endroits. Si tu vas à l'endroit où ma photo est prise, il va falloir t'équiper chaudement. Car nous sommes à plus de 2500 mètres et il doit y avoir encore plus de neige aujourd'hui qu'en janvier quand j'ai pris la photo. Bises alpines.

      Supprimer
  48. Je partage votre avis : on ne peut pas s'habituer à la beauté. En être étonné chaque jour, s'en émerveiller, c'est aussi cela, vivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout cela vivre: continuer malgré tout à s'émerveiller pour tout et rien. Belle journée

      Supprimer
  49. Merci pour tes visites et tes vœux de rétablissement.
    Oui, la covid, pas seulement pour les autres.
    Et là, la Bernina, les glaciers, on y est monté.
    Pour toi, ça doit être au printemps ou en automne, nous n'avions pas tant de blancheur.
    Un train ne passe pas loin, le bernina express.
    Il a la particularité de parcourir un virage à 360° pour amoindrir la pente.
    Mais tu connais peut être.

    https://i.goopics.net/3ZV5W.jpg

    Amicalement. Yann

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Yannn! Contente de te savoir de retour parmi nous! J'ai pris la photo de la Bernina en janvier de cette année par une journée très très froide et avec un vent à décorner les boeufs. Je connais également le petit train que j'ai pris il y a de cela quelque années jusqu'en Italie. C'était un grand moment. J'aimerais le prendre une fois en hiver. Ce sera pour une prochaine fois. Bises alpines et merci de ta visite.

      Supprimer
  50. Oh que oui pour l'orgueil démesuré...
    La photo est très réussie 🙂

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tellement orgueilleux qu'on aimerait parfois lui mettre des coups de pied dans les fesses pour le réveiller. Merci de la visite. ;-)

      Supprimer
  51. Comme sur ton article d'aujourd'hui j'avais bien laissé un message, que se passe--il ?
    Le rouge-gorge est revenu avec la douceur béarnaise...
    Marine D

    RépondreSupprimer