vendredi 6 avril 2018

L'essentiel




Entre deux averses orageuses, la mer s’étire jusqu’à toucher le ciel et se confondre avec l’infini. Elle n’a pas besoin de barrières, voguant libre et majestueuse à la surface de la terre. Même les barques des pêcheurs, qui reprendront leur ronde au retour du soleil, ne briseront pas l’immensité bleutée.

Aucune colère du ciel ne ternit sa surface limpide, ce miroir qui fait disparaître toute poussière. Dans ce calme au gré du vent, des vagues, de l’ombre et de la lumière, je navigue sans crainte vers l’essentiel et nous nous rejoignons dans l’écume de nos deux corps enlacés. 

Dédé © Avril 2018

126 commentaires:

  1. Je te souhaite des vents favorables, ma douce, parce que sur ta photo, les masses assombries quasi verticales sur l'horizon, ce sont bel et bien des averses, foi de fille qui vit au bord de l'eau de mer...
    Signe que les orages s'éloignent?
    Bises d'embellie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Ma Dame. C'était bien des averses. Quand j'ai pris la photo, elles paraissaient bien loin et on avait presque l'impression qu'une embellie allait arriver par la droite. Et bien non, 30 mn après l'orage était de nouveau sur nous et j'ai vite rangé l'appareil de photo au sec. Toute la journée du samedi, cela a été ainsi. Orages, grosses pluies, accalmies et ainsi de suite. Et le lendemain, un soleil radieux brillait. La mer turquoise se prélassait et les sommets de montagnes au loin étaient tout blancs. Comme quoi, après la pluie, le beau temps! J'y crois! Bises alpines et belle fin de semaine.

      Supprimer
  2. Si beau. Nos angoisses et nos misères paraissent peu de choses, et nos émerveillements en sont plus vastes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Anne. Garder intacte notre capacité d'émerveillement. J'essaie de le faire tous les jours. Et cela fonctionne. Petit à petit. Je t'embrasse et beau WE.

      Supprimer
    2. "Garder intacte notre capacité d'émerveillement..." J'adore! C'est ce que j'appelle "garder le coeur jeune".
      Et ça se perd si vite dans bien des cas.

      Supprimer
    3. Pas de risque de crise cardiaque comme cela. ;-)

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Chaud, bouillant, hot. Allez mon Loulou, enlève une couche. :-))

      Supprimer
  4. Coucou Dédé.
    Tu es dans la grisaille ce jour...
    Imagine un marin au milieu de l’océan sans boussole, pas de vent...
    Bises bon weekend, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou mon cher Daniel. Ah non, aujourd'hui, le soleil brille généreusement. Enfin! La photo date de la semaine dernière, une journée faite de tempêtes, d'orages et de beaucoup de pluie. Je n'imagine pas le pauvre pêcheur, à moins qu'il ne soit guidé par une belle sirène. Bises et belle fin de semaine.

      Supprimer
  5. Rien ne peut perturber une balade poétique, le cœur peut voir ce que la raison ne voit pas.
    Passe une très belle journée
    Amicalement
    Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que ces balades poétiques sont belles aux yeux, à l'âme et au coeur. Merci de la visite et belle fin de semaine!

      Supprimer
  6. En effet on voit au loin les rayons de pluie qui veulent retrouver leur mère la mer. Mais ensuite, le jour console tout le monde, ciel et terre, avec des rayons de soleil ou des promesses de rayons de soleil. On les sent déjà dans l'air...

    Un jour après l'autre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma chère Dame du Nord. Les rayons sont arrivés le lendemain, généreux, presque chauds par moments, ils ont nettoyé tout le gris et ont remis du baume au coeur. Mais les tempêtes sont constitutives de la vie. Bises alpines.

      Supprimer
  7. une bien jolie pensée qui incite au calme et à l espoir... bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. On a juste envie de ralentir et de se reposer tranquillement, en attendant que la tempête passe. Bises et belle journée aussi.

      Supprimer
  8. Tu vas redonner espoir à ceux qui pensent que la terre est plate...
    Devant ta photo on se redresse, on respire à fond prêt à affronter même Poséidon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello. Ah oui, à cet endroit de la côte Ligure, la terre est plate. Je confirme. :-))
      Et devant un tel paysage et un tel déferlement des éléments, on ne peut que respirer à fond et se rendre compte que nous sommes infiniment petits face à l'immensité de la nature. Bises alpines.
      P.S. Poséidon n'a qu'à bien se tenir!

      Supprimer
  9. Réponses
    1. Comme la vie, une tragi-comédie. :-)

      Supprimer
  10. Réponses
    1. Tu nous diras une fois ce que c'était que ton rêve? ;-)

      Supprimer
  11. Émerveillement devant cette photo entre les ombres et la lumière!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme nos vies, entre ombres et lumières. Bises alpines et merci de la visite.

      Supprimer
  12. C'est une photo presque mystérieuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Martine. Que manque-t-il pour qu'elle soit totalement mystérieuse? ;-) (je t'embête). Bises alpines et belle fin de semaine sous le soleil printanier.

      Supprimer
  13. Coucou chère Dédé, comme tu as eu raison de prendre cette photo où mer et ciel se fondent à l'horizon. J'aime beaucoup ta photo avec ces différents tons de gris, je trouve beau et même sans soleil, il y a un côté magique.
    Je te souhaite un beau week-end et reçois mes bises chaleureuses ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma chère dame du bout du lac. J'aime aussi beaucoup cette photo, presque minimaliste mais qui dit pourtant tant de choses. Je m'essaie au noir et blanc depuis quelques temps et j'avoue que cela me plaît infiniment. J'ai l'impression d'aller directement à l'essentiel du paysage ainsi mais il faut qu'il y a une certaine lumière quand même. Bises alpines et profite de ce beau soleil.

      Supprimer
  14. Là réside l'essentiel .....se retrouver après les averses, les orages et se fondre l'un dans l'autre jusqu'à se confondre comme le font , là-bas, au bout de l'horizon de ta photo, les raies de pluie qui déchirent les nuages et se noient dand la profondeur de l'océan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dépasser les orages, attendre la fin de la pluie et se retrouver tout aussi amoureux dans le beau temps, un bel amour il est vrai. Merci de ta visite!

      Supprimer
  15. ...c'est le ciel comme disait ma grand mère, ta photo est magnifique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta grand-mère était sage. ;-). Merci Robert.

      Supprimer
  16. Bonjour Dédé,

    Belle unité sur cette photo. J'adore ce style épuré.
    Bises et bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Caroline. Te revoilà dans la blogosphère! J'ai eu de la chance d'avoir un tel ciel! Bises et belle fin de semaine.

      Supprimer
  17. Je comprends tout à fait le ressenti que provoque la vision de la mer. J'habite au bord de la mer, et j'y puise beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'habite à la montagne alors quand je vois la mer, je m'immerge dans un autre monde. Et c'est très vivifiant.

      Supprimer
  18. Réponses
    1. J'adhère entièrement à ton programme!

      Supprimer
  19. Toute la beauté d'un ciel gris
    Un unique ciel bleu
    une multitude de ciel gris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entre gris et noir surgisent la clarté et l'espoir. Merci mon cher poète.

      Supprimer
  20. C'est très poétique, chère Dédé!
    Je te souhaite un bon et calme week-end.
    bises franciliennes,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mo. Le soleil brille généreusement et j'ai pu aller me promener. Que du bonheur. Bises alpines.

      Supprimer
  21. Quel beau texte et photo chère Dédé, magnifique! Bise bon samedi tout doux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle et passe un bon we dans la douceur de vivre. Bisous.

      Supprimer
  22. Tout n'est que beauté dans cet horizon sans fin où l'eau est en miroir dans l'infinitude du ciel.
    Merci Dédé pour ce réveil tôt délicieux de notre essentiel.
    Bisou douce d'Âme !
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma Dame provençale. L'eau et le ciel se mariant, surgissent les instants de bonheur. Bisous ma belle.

      Supprimer
  23. Il se dégage de ta photo et des mots qui l'accompagnent une sérénité semblable à celle que l'on ressent dans le silence d'une abbaye cistercienne.
    Merci pour ce merveilleux partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! Sais-tu que j'adore me perdre dans ces abbayes-là. On dirait que le temps s'y est arrêté. Comme dans ce bord de mer balayé par l'orage. Merci à toi de ta visite.

      Supprimer
  24. Superbe noir et blanc ! ♥♥♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Minimaliste. Et beau. Que du bonheur.

      Supprimer
  25. "Je suis ce bateau, entouré d'amis, à quai, le dimanche, seul au milieu des tempêtes, la semaine"
    Paroles de Felix Leclerc qui me viennent à l'esprit,
    Comme des embruns qui jaillissent de mon ordi en voyant cette ligne d'horizon bien grise...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la poésie de monsieur Leclerc. Elle résonne dans cette image. Même dans les plus grandes tempêtes de la vie,les Amis, les vrais, continuent à ramer avec nous pour nous ramener sain et sauf au rivage de la vie. Merci mon cher Claude. Bises alpines.

      Supprimer
  26. sombre sombre, mais après la pluie le beau temps, comme tu dis, redonne nous de la couleur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Emma. Décidément tu n'apprécies pas trop le noir et le blanc 😊. Moi je trouve que cela donne une ambiance dramatique aux photos et ce n'est pas pour me déplaire. Bises alpines.

      Supprimer
  27. Bonjour Dédé,
    Tu dis tellement ici en peu de mots et en image. Voir la beauté de la mer en furie et en être fascinée, voilà qui m'épate.
    Ces dernières années, j'ai vécu, avec Laure, presque 6 ans au bord de la mer. Quel bonheur! J'adorais faire de longues marches en l'admirant.
    Elle n'était jamais pareille, toujours inspirante, beau temps mauvais temps. Et elle avait tellement de choses à dire. Encore faut-il savoir l'écouter, ce que tu fais si bien. Il faut aussi avoir conservé cette belle capacité d'émerveillement qui transpire de ton âme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou mon cher. J'ai la chance d'habiter depuis l'automne passé à la montagne toute l'année. J'y trouve le calme et la sérénité qui me faisaient défaut en ville. Chaque matin est un émerveillement lorsque le soleil illumine les montagnes. Pareil le soir. Mais quand je vois la mer, je suis toujours subjuguée par sa beauté et les couleurs toujours changeantes de l'eau. Respirer l'air iodé fait aussi beaucoup de bien. Je retourne ensuite revigorée à la montagne.

      Je pense que chaque endroit possède quelque chose dont on peut s'émerveiller. A condition de garder son âme d'enfant, les yeux et le coeur ouverts. Je t'embrasse!

      Supprimer
  28. Bonjour Dédé,
    Tu as de la chance! C'est fascinant de t'entendre parler des montagnes avec tant de passion. Et le plus merveilleux, c'est ta capacité de les apprécier. J'habite présentement dans une région réputée pour ses montagne. Ici, on peut faire du ski, en pleine ville, au mont Bellevue. Un jour, nous avons fait visiter le coin à des amis français de la Haute-Savoie. Ils ont bien ri de voir que nous appelions "un mont" ce qu'ils consiraient comme une petite bosse dans le paysage. Leur sourire en disait long. J'ai mieux compris lorsque nous avons été les visiter en Haute-Savoie. Mais je n'ai pu tout voir ce qu'ils voulaient me montrer. J'avais trop le vertige.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Jackss. Ah oui, je comprends que tu aies été sujet au vertige en Haute-Savoie. Je l'ai aussi parfois lorsque je fais des randonnées et ce n'est pas toujours facile à gérer. Je devrais venir au Canada. ;-) Bises alpines.

      Supprimer
  29. Le temps passe sur la mer en la caressant de ses ombres silencieuses.
    Belle photo.

    RépondreSupprimer
  30. J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages ! (Baudelaire, Petits poèmes en prose)
    Pour moi les merveilleux nuages de Baudelaire sont de l'eau qui bat des ailes, de l'eau volée à la mer, volant à tire-d'aile.

    En écho à ta photo et au texte qui l'accompagne si bien, voici chère Dédé, la seconde partie de "La Mer" de Nérée Beauchemin

    La mer aime le ciel : c'est pour mieux lui redire,
    À l'écart, en secret, son immense tourment,
    Que la fauve amoureuse, au large se retire,
    Dans son lit de corail, d'ambre et de diamant.

    Et la brise n'apporte à la terre jalouse,
    Qu'un souffle chuchoteur, vague, délicieux :
    L'âme des océans frémit comme une épouse
    Sous le chaste baiser des impassibles cieux.


    Bon dimanche Dédé, bises printanières (douces et humides !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tilia de me citer ces poèmes en réponse à mon texte. La mer est décidément inspiratrice pour nombre d'entre nous. Bises alpines et belle semaine.

      Supprimer
  31. Une photographie qui rappelle la peinture de Rothko, ou celle de Soulages, sobre, composée de plusieurs strates, et devant laquelle on pourrait rester à l'infini. A la regarder attentivement, on se demande si c'est l'averse qui va arriver ou une éclaircie. Il s'en dégage un sentiment de paix, orage ou pas. La mer est toujours belle, en N/B ou en couleur, et par tous les temps. Belle soirée... D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma Dad. Je ne peux pas dire que je sois une grande fan de Rothko et Soulages mais c'est vrai que cette photo rappelle certaines de leurs oeuvres. J'avais pris plusieurs photos en N&B et en couleurs et j'ai trouvé que le N&B rendait à merveille cette ambiance orageuse et quelque peu dramatique. Bises alpines.

      Supprimer
  32. Homme libre toujours tu chériras la mer......(Baudelaire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un tout grand ce Baudelaire. Merci de ta visite. ;-)

      Supprimer
  33. Un ciel comme je les aime.
    Doux dimanche :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et j'espère que ce dimanche t'a été bénéfique. Bises.

      Supprimer
  34. C'est un très beau texte.
    Ta photo toute grise n'est pas "ma tasse de thé" ... j'aime la lumière !
    Avec les années qui vont et partent .... on va à l'essentiel et c'est la sagesse.
    Un gros bisou à toi en ce dimanche après-midi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elisa. Je trouve que le N&B donne parfois un aspect intéressant aux photos et je suis une grande fan du travail de Ansel Adams. ;-)
      Tu as raison pour la sagesse. On l'acquiert au fil des années. Bises alpines et bon début de semaine pour toi et toute ta bande.

      Supprimer
  35. Troublante est cette mer à la fois impassible, calme, touchante quand elle s'enlace à l'infini du Ciel.
    Il s'y dégage, en tout cas, une sérénité dans ton texte qui fait du bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Il nous faut des moments de sérénité après les tempêtes de la vie. Bises et merci de la visite. Belle semaine.

      Supprimer
  36. Belle photo en noir et blanc, mais dans ton texte, le blanc a vaincu le noir .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et sent ciel
      Et sans ciel
      Essence ciel
      Est-ce sans ciel

      Supprimer
    2. Je choisis Essence Ciel. ;-) Merci pour le compliment concernant la photo. Et belle semaine ma chère Miss.

      Supprimer
  37. Coucou ma Dédé !
    Que c'est beau ! Cela me rappelle une chanson de Jacques Brel et un jour que nous descendions dans le midi un mois de juin où devant nous sur l'autoroute, il faisait tellement beauque le ciel touchait le bitume.
    Bon après ce que je t'ai dit précédemment, je vais aller donner un coup de main à mon Chéri.Il faut que j'aille à l'essentiel.
    Rebises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma Claude. Ce devait être beau puisque tu t'en souviens. Il y a des moments de contemplation dans la vie que l'on oublie pas. Alors bonne journée et bon travail à vous deux. Bisous. 😊

      Supprimer
  38. Bonjour Dédé,

    Votre ciel est digne de Turner, l'impressionniste anglais... Bravo, et excellente semaine. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Monsieur aux grandes oreilles. Et bien, en voilà une référence et une comparaison qui fait du bien le lundi matin. Du coup, j'ai l'esprit plus léger pour le restant de la semaine. Merci et belle semaine à vous aussi mon cher Monsieur. Soyez sage. Vos oreilles doivent être ravies, le printemps arrive!

      Supprimer
  39. Magnifique, le cliché comme le texte!

    RépondreSupprimer
  40. Réponses
    1. Tu parles du gros poisson que j'ai pêché? :-))

      Supprimer
  41. avec sérénité, superbe photo et texte
    Bon lundi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Eki. Passe une belle semaine.

      Supprimer
  42. Une très très belle photo, j'aime beaucoup !
    Tu as raison, Dédé, navigue sans crainte vers l'essentiel.
    Belle fin de journée. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Françoise. Parfois j'écope mais cela ne dure jamais très longtemps. ;-) Heureusement! Bises alpines

      Supprimer
  43. C'est ce beau ciel gris plombé que j'ai eu aux Iles Chausey ce we.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un superbe ciel pour les photos. Moins pour la randonnée à moins que tu ne sois bien...chaussé. 😂

      Supprimer
  44. A l"horizon, la bande orageuse raconte très bien l'évènement du moment au-dessus des flots imperturbables de la mer...
    Merci Dédé pour cet instant si joliment commenté !
    Belle journée ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Temps orageux mais si beau...quand on est à l'abri des trombes. Merci de la visite et bises

      Supprimer
  45. L'essentiel c'est le principal ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'essentiel, c'est l'essentiel. La quintessence de la vie.

      Supprimer
  46. L'écume c'est comme la bave de ces obsédés d'escargots ou plutôt celle en laquelle s'est transformée la petite sirène ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais? Mais? La bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe. 😂

      Supprimer
  47. La mer parait bien calme, le calme entre deux tempêtes dis tu ? En tout cas il y a bien longtemps que je ne l'ai pas vue ni sentie en vrai, prochaine fois programmée en juin et alors cure de poissons et de fruits de mer (mais je crois que tu n'aimes guère). Est ce que au moins tu t'es baignée pour enlever le sable dans lequel vous vous êtes roulés ?
    (Parce que si je lis bien ce n'est pas de l'écume de mer dont tu parles)
    Gros becs, Dédé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les orages sur la côte ligure ne soulèvent pas de grosses vagues. La mer était plutôt tranquille face au ciel menaçant. Quant à nos roulades...elles étaient bonnes. Bien fourrées. 😁😁😁😁

      Gros becs ma belle. Tu m'as fait rire.

      Supprimer
    2. C'est quoi la roulade pour toi ?
      Ça se mange, c'est comme un nem ?

      Supprimer
    3. Une bonne roulade au chocolat. :-)

      Supprimer
  48. Coucou Dédé,
    Un joli texte pour accompagner ce cliché.
    Je crois bien qu'à l'horizon, la pluie est là ;-)
    Bises et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pascale. Oui, elle était bien là. Et s'est abattue sur nous très rapidement. Heureusement j'étais bien au chaud et à l'abri. Bises alpines.

      Supprimer
  49. Les oiseaux me fatiguent les oreilles présentement de leur tui tui tui tui tui tui ! Les oiseaux ou plutôt un seul. Tu sais peut-être, toi qui voyages beaucoup du sud au nord de l'est à l'ouest, ce qu'il dit avec son accent pointu de Paris ?
    "Charrette" ? On criait dans l'atelier lorsque je faisais mes études : "charrette bo***l !" pour se motiver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la fin du lien tu peux lire "Cette expression a été adoptée dans les pays anglophones"...

      Supprimer
    2. Et, vois tu, j'ai un peu la nostalgie de cette époque bénie où nous étions étudiants et où les nuits se confondaient avec les jours...
      Tuit tuit !

      Supprimer
    3. J'entends aussi les oiseaux mais ils chantent moins fort. Parce qu'ils ont encore la voix enrouée de l'hiver. Et pas encore tout à fait celle du printemps. ;-)
      Charrette Bo... une bien belle expression ma foi. Je ne l'avais jamais entendue ou lue auparavant. J'irai me coucher plus intelligente ce soir. Bises alpines et belle soirée.

      Supprimer
  50. Etre en paix avec soi-même, ça, c’est essentiel…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si on est en paix avec soi-même, on est en paix avec les autres. J'en suis persuadée. Merci de la visite. Et belle journée!

      Supprimer
  51. Quel bel hymne à la nature quand dans son effervescence joyeuse ou vociférante, elle exprime la vie dans toutes ses façades, ses éternuements comme ces élans de joie, elle est inégale dans sa superbe! Le jeu de la mer avec le ciel, les nuages qui s'amoncellent comme pour interférer dans leur divertissement de titan, font la beauté du monde, la beauté de la vie. Merci Dédé pour ce plaisir de traduire par tes mots, les soubresauts de la nature dans son réveil nuit ou jour.
    Mes bises les plus éblouies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou mon cher poète du désert. ;-) Un ciel pareil, c'est comme un cadeau... du ciel. Même dans les plus grandes tempêtes, il y a de la beauté, comme dans les tempêtes de la vie. J'en parlerai vendredi. Bises alpines et prends bien soin de toi.

      Supprimer
  52. Le ciel est orageux mais beau, l'histoire est jolie puisque les corps s'enlacent à la fin Dédé !
    Bises Dédé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Marine. Finalement, tout est bien qui finit bien. Bises et belle journée!

      Supprimer
  53. Magnifique nuancier de gris !! On devine, derrière les nuages, les rais de lumière qui tombent sur l'eau.
    "L'essentiel" est cette lumière que d'autres appellent l'amour :-)
    Beaux voyages vers ton Essentiel, Dédé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Fifi. Je m'essaie au N&B depuis quelques temps et j'y prends beaucoup de plaisir. Je trouvais qu'il allait bien pour rendre cette atmosphère d'orage et de pluies au loin. Merci de l'apprécier et bises alpines ma chère Fifi.

      Supprimer
  54. C'est bien ça la vraie pôésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue ici. Sans poésie, on s'étiole.

      Supprimer
  55. J'aime ces paysages d'infini
    nous ouvrant sur le Grand

    RépondreSupprimer
  56. Bonsoir Dédé
    Ciel lourd avec des grains qui se profilent à l'horizon, le marin mettra à la cape dans la soirée ...
    Bises savoyardes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu possèdes le langage du marin. Je m'incline. Je n'ai pas le pied marin. La mer me donne souvent mal au coeur. Bises alpines.

      Supprimer
  57. Magnifique photo
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rose et bienvenue ici! Bon dimanche aussi.

      Supprimer