vendredi 23 mars 2018

Pile ou face

Bergamo, Italie




Envahie de neige, de pensées sombres, d’incertitude quant à l’avenir, il me fallait quitter ce quotidien presque monochrome et reprendre le chemin de la découverte.
  
Pile ou face. On dit que le Sud est plus doux que le Nord à cette saison, lumineux sur les façades des vieilles demeures, joyeux dans les ruelles et silencieux dans les églises. Franchissant alors la barrière des Alpes, encore immaculée en cet hiver sans fin, j’ai atteint les rayons de l’astre solaire qui rend les soucis presque légers. Vagabondant dans les petites rues de la ville haute, j’ai senti le pouls des vieux bâtiments respirant dans un espace intemporel et ma balade a entamé une partition guillerette. Devant cette église, sous un porche majestueux, un vieil homme m’a souri, hochant la tête comme pour me dire que la vie est belle, même au plus profond de mon hiver alpin. Et dans sa solitude, entouré seulement des lions de marbre, il a rempli la ruelle d’une simplissime joie de vivre.

Pile ou face. Le contraste était saisissant entre les deux façades de la même église. Le vieux savait pourtant qu’il avait choisi le meilleur endroit pour s’immerger dans le temps et laisser libre cours à son imagination alors que de l’autre côté, le brouhaha des passants remplissait jusqu’au plus petites alcôves gothiques du frontispice.

Sur la place principale, les terrasses étaient encombrées, seul jour de la semaine où il était possible de déguster un espresso forte le visage éclaboussé de soleil. En brassant délicatement la mousse du café, j’ai savouré avec délectation cette langue chantante qui planait et circulait entre les tables joyeuses. Les adolescents, agglutinés autour de la fontaine, donnaient l’impression que le temps était à l’école buissonnière pour tout le monde sur la place et que l’éternité s’étalait au-dessus des églises et des palais de la ville haute. Une envie subite d’écrire une missive, chantant les grands peintres du Quattrocento, la beauté de la Madone sur la peinture dans l’église là-bas et ce vieillard souriant à la vie en attendant calmement la mort me saisit. Et contemplant le grand escalier en bois qui menait dans un palais oublié, j’inscrivis dans mon cœur la joie, religieuse et métaphysique, comme une empreinte ineffable.

Le lendemain, dans le musée célébrant Raffaelo, la lumière s’étalait sur les tableaux, illuminant des visages harmonieux, comme frappés d’une élégance céleste. La beauté transperçait les toiles et le temps pour atteindre le cœur du spectateur, ébloui par ces visages impassibles depuis des siècles. Promesse de bonheur, cette grâce frappait au cœur, passant d’un visiteur à l’autre, jaillissant ici et là, caressant les âmes afin de les rendre plus lumineuses.

Pile ou face. Après une brève journée ensoleillée qui avait donné l’espoir d’un printemps à la Botticelli, le froid régnait à nouveau au-dehors et la pluie martelait les pavés lassés de ce déluge. Mars s’empêtrait encore dans cet hiver finissant, hésitant à avancer vers la lumière. Recroquevillé entre les demeures détrempées, il clamait aux passants pressés que c’était l’hiver le meneur du bal et qu’il n’avait pas dit son dernier mot. Même le bord du lac, plus au Nord, avait des allures de fjords norvégiens, estompé par des rideaux de giboulées impatientes.

De retour devant les remparts de la ville haute, j’ai franchi la porte blanche dans une tornade de vent et de pluie battante. Sur la place entre les édifices altiers, la valse des parapluies mettait de la couleur sur le dallage glacé. Mais de l’autre côté, les lions attendaient vainement le petit vieux, sans doute resté au chaud à compter les tourterelles sur le bord de sa fenêtre.    

Bergamo attendait aussi le printemps alors que je voulais l’y trouver désespérément afin d’effacer mon hiver. Mais malgré ces nuages bas et sombres qui avaient vite englouti le soleil, un sentiment fugace m’a traversée durant ce séjour italien.

Dans le dédale des ruelles, des musées, des palais, ici ou ailleurs, au Sud, au Nord, en montagne ou en plaine, à pile ou face, je suis et reste une particule de quelque chose qui me dépasse. L’être humain peint, construit, chante, compose, déclame des vers à l’amour éternel, et cela depuis la nuit des temps. Et certaines de ces œuvres qui traversent les siècles provoquent chez moi un bouleversement d’émotions, capables le temps de la contemplation de donner un sens à cette absurde aventure qu’on appelle pompeusement la Vie. 




Bergamo, Italie

Dédé © Mars 2018

112 commentaires:

  1. Bon jour Dédé,
    Tes émotions et sentiments sont comme toujours magnifiquement narrés, même s'ils sont très éloignés de ce que je ressens.
    Des incertitudes, comment ne pas en avoir, certes. Mais ce n'est pas ce à quoi je m'accroche, et je prends les choses telles qu'elles viennent, surtout concernant les saisons, puisque de toutes manières, elles sont ainsi et je m'y suis adaptée, apprenant à les aimer les unes après les autres en recherchant leurs charmes, parfois discret, je te l'accorde ;-)
    En 1992, j'ai vu "La belle histoire" de Claude Lelouch ou il est dit cette phrase qui m'a interpellée : "Il y a des vies pour apprendre à s'aimer et des vies pour s'aimer vraiment". Peut-être est-ce là le réel sens de notre existence ? Alors si tel est le cas, il y a du travail pour que ce sens devienne réalité ;-)
    Merci également pour ton partage photographique Italien.
    Bise et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pascale et merci pour ton commentaire fourni. Tu sais, j'exprime parfois des choses dans mes textes qui dépassent un peu ma pensée. Ou parfois ma pensée dépasse ma réalité. C'est le jeu de l'écriture. Reste que je suis souvent nostalgique et que cette fin d'hiver exacerbe ces sentiments un peu sombres. (la période n'est pas facile et ce n'est pas qu'une question de saisons).
      Quant à la citation de Lelouch, elle m'interpelle également. Je me demande dans quelle vie je suis actuellement. Tout ce que je sais, c'est que j'ai plaisir à partager mes sentiments, mes émotions, mes ressentis, en textes et en photos. (même si j'ai eu de la peine au cadrage!). Bises alpines et très belle fin de semaine.

      Supprimer
  2. Coucou Dédé.
    Ce voyage transalpin semble t'avoir transcendée ...
    Gros bisous très bon weekend, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou mon cher Daniel. L'Italie me fait toujours du bien, même si là, le temps était très perturbé. Mais rien ne vaut un petit séjour dans un fabuleux musée pour se réchauffer et s'en mettre plein les yeux. Bises alpines et très bon WE à toi aussi.

      Supprimer
  3. L'Italie reste un pays solaire même sous la pluie : on sait que le soleil a envie de venir, et que quelque chose le retient, mais ce n'est pas grave, il sera juste là un peu plus tard que prévu. Par contre ce qui est toujours là c'est l'humeur ensoleillée et heureuse, le goût et le parfum des choses, et la beauté n'est jamais, contrairement au soleil, cachée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Edmée. Tu as raison, l'Italie est belle, même sous la pluie. Mais quand même, ce bord de lac que j'attendais ensoleillé, était noyé dans les brumes et dans les bruines et l'atmosphère était glaciale. C'est un hiver très long même pour les Italiens du Nord! Mais les vieilles façades, les palais majestueux, les places marbrées, les peintures dans les musées, les grands maîtres, et ce goût de l'espresso, tout cela a du charme, même quand le temps est gris souris. Bises alpines et belle fin de semaine.

      Supprimer
  4. On dit que ......ce ne sont que des "on dit" car le sud a , certes, une certaine lumière , une certaine douceur palpable pendant que le Nord a la chaleur du partage , de la convivialité, de la "porte ouverte, ici tu es chez toi "; le brouillard qui enveloppe le Ch'nord est loin d'être terne. Pardonne moi, je sens vibrer en moi mes racines et suis depuis fort longtemps tiraillée entre le plat pays et la Provence.
    La vie n'est elle pas comme un parapluie que l'on ouvre ou que l'on ferme suivant l'usage que l'on veut en faire : soit se protéger des intempéries, soit l'utiliser en guise de canne ? Oui, c'est bien cel : un parapluie.... tantôt vive, colorée, chantante, guillerette, parfois, terne grise et dégoulinante. Du reste, essaye d'analyser le caractère des gens, leur tempérament suivant la couleur du parapluie qu'ils ont en main et tu risques d'être surprise. Pour terminer mon commentaire, je te dirai ô combien je comprends et partage ton ressenti , tes émotions devant une rencontre, une lumière, un instant fugace, une note de musique ou un tableau......c'est ce qu'on appelle le -syndrome de Stendhal-
    Oggi , il tuo articolo è veramente per me cosi morbido come una fetta di dolce - grazie mille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Chinou. Tu sais, je pense que chaque coin de pays a ses particularités, ses avantages et ses inconvénients et quand on vient d'un endroit chéri, que les racines sont toujours présentes et bien enfouies dans la terre nourricière, on défend ce que l'on a vécu et qui nous rappelle tant de bons souvenirs. J'imagine que le brouillard du Nord n'est pas toujours terne, comme ce Sud des Alpes n'est pas toujours ensoleillé et doux. Mais j'aime cette Italie, si belle, si majestueuse, si impétueuse, parfois vacillante sur ses fondations. J'aime la cuisine italienne, ses grands vins et les produits du terroir, toujours si bons.
      Quant à la vie, elle défile, tantôt colorée, tantôt terne. Pour ce qui est de la couleur de mon parapluie, il est noir! Que peut-on en déduire? ;-)
      Merci pour ton commentaire et ta visite dans mes murs italiens du jour.
      Felice che il mio articolo sia zuccherato come un buono dolce italiano.:-) Bises transalpines.

      Supprimer
    2. Personne ne peut déduire quoi que ce soit de la couleur de ton parapluie puisque c'est en toi que coule la couleur de la vie , la lumière que tu nous offres par tes lignes. J'ai dernièrement réalisé quelques toiles monochrome et tout de suite j'ai entendu "Vous êtes triste " !? Non , je ne l'étais pas ......puisque je posais sur ma toile le blanc des nuages, d'un soleil à contre jour qui m'envahissait d'émotion positive. Ciao Dédé ed a presto.

      Supprimer
  5. Quoi qu'il en soit, c'est chaque année l'heure d'un nouveau départ, plein d'espoirs et d'imprévus. Se déporter temporellement, spatialement, culturellement est un bon moyen pour faire le point, trianguler, et envisager tant que possible espoirs et imprévus ; et aussi pour faire le plein de nouveautés, de curiosités, d'émerveillements.
    Bergame semble être une bonne adresse !
    Bises giboulées et beau printemps Dédé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Francis le poète aux mots si doux. J'aime cette idée de se déporter culturellement. L'Italie est une belle adresse pour cela, il est vrai et l'exposition que j'ai vue dans ce beau musée m'a complètement emballée. Mais pas toujours besoin de faire des kilomètres pour s'en mettre plein les yeux. Il y a tant de belles choses près de chez nous. Je te conseille Bergamo et sa ville haute. C'est petit mais charmant, d'un charme désuet qui sent bon la douceur italienne, même quand la pluie du dimanche frappe les parapluies colorées. Bises alpines encore très hivernales.

      Supprimer
  6. Bonjour Dédé
    À travers tes lignes s'exprime la nostalgie d'un temps qui passe par opposition au temps qui ne bouge pas, celui des vieilles pierres qu'offre si bien l'Italie, celui des peintres que tu cites et ceux que tu n'as pas évoqués, celui du bonhomme posé là...
    Ce n'est pas cette saison qui me rend parfois morose, ce sont les mois de novembre et la première moitié de décembre et ce depuis longtemps, va savoir pourquoi ...
    Le soleil aujourd'hui rend les couleurs quelque peu printanières aussi j'envisage une escapade dans ton Valais, il faut bien que je passe chez Gianadda faisant précéder ma visite d'un petit parcours longeant un bisse (en basse vallée bien sûr) si la météo coopère quelque peu.
    Bises savoyardes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Christian. Et pourtant ces grands peintres traversent les siècles et continuent de ravir les yeux des visiteurs. Comme si le temps passé était toujours présent et sera encore, bien après nous.
      Je comprends ton ressenti pour le mois de novembre. Il est souvent gris et sombre. L'automne est parti mais l'hiver pas encore très présent. Quoique novembre 2017 a été enfoui sous la neige dès la moitié du mois!
      Cet hiver m'oppresse un peu parce qu'il est long, parce qu'il hésite à s'en aller. Mais ce matin, pour la première fois depuis que que je nourris les petits oiseaux, mes accenteurs alpins ont poussé la chansonnette. C'est un signe! (à défaut d'un cygne!). :-)

      N'hésite pas à venir voir Toulouse-Lautrec, l'exposition est vraiment intéressante et donne un éclairage sympa sur la vie des Montmartre au début du 20ème siècle. Bises alpines valaisannes.

      Supprimer
  7. un peu de soleil et de pluie chaude et le moral de Dédé remonte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon cher Barbu... tu n'as pas bien lu, la pluie était glaciale! :-)

      Supprimer
  8. Froide était la pluie, chaleureux était le décor, à pile ou face une belle méthode qué pour se remonter le morale...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pile ou face. Regarder la vie de tous côtés. Bises!

      Supprimer
  9. Ton texte reflète exactement mes pensées de ces derniers jours (moi c'est surtout janvier et février que j'ai du mal à supporter..) pas forcément gaies donc... Et comme toi un rayon de soleil qui chauffe une belle pierre me touche plein cœur , un arrêt sur image avec ce monsieur âgé savourant ces petits et simples bonheurs m'interroge sur l'être humain. Je crois que je vais suivre ton conseil ce week-end (enfin si le temps le permet) sortir visiter et du même coup aérer mon esprit, chasser mes idées sombres avec un petit vent printanier. Biz Lyne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Lyne. Le petit monsieur m'a vraiment fait plaisir. Il était tout seul et en même temps semblait vraiment heureux d'être là, à chauffer ses vieilles articulations au soleil. Et le voir ainsi, souriant, c'était comme de la joie en bonbon. Je ne peux conseiller les escapades, ici ou ailleurs, les découvertes, les visites, les rencontres. Cela nous permet de sortir de chez soi, de sortir de soi-même et d'aller vers autre chose, d'autres gens. Bises alpines et belle fin de semaine avec quelques rayons de soleil!

      Supprimer
  10. La vie c'est le mouvement, non? Au moins au sens de ce qui émeut!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Anne, la vie c'est le mouvement, la rencontre de l'autre, qui sait nous émouvoir. Bises alpines.

      Supprimer
  11. Réponses
    1. Il me semblait bien que tu avais le sang chaud! ;-) Je le savais!

      Supprimer
  12. La vie n'a peut-être d'autre sens que celui que chacun de nous lui donne... comme toi, ce jour, cette minute où le soleil italien a caressé tes joues de lumière, colorant ton cœur de cette joie indicible: la conscience d'être vivante et d'appartenir au monde.
    Bises sans ombre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. C'est vrai, la vie est telle qu'on la voit. Mais avec un peu de soleil, les choses paraissent plus légères. Comme le chantait Aznavour. Merci de la visite et bises alpines avec un tout petit peu de soleil tout froid. ;-)

      Supprimer
  13. bonjour Dédé , ah oui je découvre cette ville avec ces 2 photos magnifiques !! beaux monuments avec plein de sculptures j'aime ++++++++++++ !
    pas de chance pour la pluie ! merci pour ton récit ! et ... j'aime gros bisous passez un beau weekend a+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Bébert. Je te conseille cette ville si tu veux visiter le nord de l'Italie. Par contre, il faudra laisser le CC à l'extérieur des murailles qui entourent la ville haute. Bises alpines et bon WE à vous aussi!

      Supprimer
  14. Bonjour Dédé très jolies photos et batiment :) à choisir entre la pluie et la neige , je préfére la neige mdrrrrr , tkt elle vas bien finir par fondre lol , merci à toi de ton passage et ravi que tu aimes mon logo , amitié d'Auvergne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Steph. Je suis comme toi, je préfère la neige à la pluie en hiver. Mais là, l'hiver doit s'en aller! :-)Amitiés du Valais.

      Supprimer
  15. même le chien bergamasque est beau :))) et cette ville aussi..mais pas les coups de vent sur la place :))) bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elfi. Quand j'ai pris la 2ème photo, les coups de vent avaient cessé. Autrement, j'aurais eu plein de parapluies retournés et pantelants. :-) Bises et belle fin de semaine.

      Supprimer
  16. merveilleux carnet de voyage dans l'espace, l'histoire et l'esprit. merci, oui à tous ces bâtisseurs et créateurs de beauté qui nous parlent depuis des siècles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Emma. J'aime écrire ces lettres d'ailleurs et surtout, quand le voyage est terminé depuis quelques temps, j'aime les relire pour m'imprégner à nouveau de ces atmosphères fugaces. Bises alpines.

      Supprimer
  17. J'ai vécu quelques temps sur la côte d'Azur et ce soleil que tu décris aux tous débuts du printemps me parle.
    Le chêne vert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. L'Italie dont je parle n'est pas encore au bord de la mer, juste à peine de l'autre côté des Alpes mais peut-être que la luminosité rappelle celle de la Côte d'Azur. Cette dernière avait vécu un mois de janvier bien doux mais après il y a eu la neige, le froid et encore la neige. Le printemps est un petit filou mais on doit s'en accommoder. Bises alpines et bon WE et bonjour à Dame Mira et ses petites oreilles.

      Supprimer
  18. Comme j'aime quand tu baguenaudes et tu te distrais dans ces lieux paisibles et chatoyants, comme la chaude et généreuse Italie. Tu décris magnifiquement la joie et la beauté qui te transcendent et t'élèvent ton âme au firmament et t'emportent ton coeur vers les sublimes bonheurs d'être, d'exister. Je te lisais et je te suivais à travers les mots qui palpitaient dans ton coeur, et qui résonnaient de ces lumières éclatantes, et de ces chefs d’œuvres de ces grands peintres italiens que tu citais comme des gloires et des empreintes indélébiles que l'Italie avait laissés du passé. J'ai vraiment aimé ! les mots peuvent transcrire la joie et la beauté que nous ressentons pour ces lieux féeriques quand ils sont si bien décrits et toi, Dédé tu le fais si bien. Merci
    Bisous amie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou le poète. Et moi j'aime partager ces impressions de voyage, les bâtiment, les petits plaisirs du palais (mmmmmm, ce bon café incomparable mis à part peut-être celui de la Turquie!), les grands peintres exposés, les gens qui profitent du soleil ou se recroquevillent sous un parapluie. J'ai la chance d'habiter si près de cette belle Italie qui m'a toujours transcendée. Franchir la barrière des Alpes, c'est aller dans une douceur de vivre qu'en Suisse, nous connaissons moins. Merci de ta visite dans mes allées italiennes du jour et bises alpines ami!

      Supprimer
  19. ah! les lions stilophores de ... Santa Maria Maggiore ? Bergamo alta a un charme certain, avec ou sans pluie. J'adore ta phrase "... à pile ou à face, je suis et je reste une particule de quelque chose qui me dépasse". Tout est dit. c'est exactement à ça que j'ai pensé depuis le réveil aujourd'hui. Beau WE, ma Dédé, profite du beau soleil qu'on nous promet. Profite et chaque chose trouvera sa place (c'est en tout cas ce que je te souhaite profondément) D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Dad. Il s'agit bien de Santa Maria Maggiore! Bravo! Tu as gagné... toute mon admiration. ;-) J'ai beaucoup aimé la ville haute et ses petites ruelles, certes un peu sombres. Et depuis la ville haute, on a une très belle vue sur la ville basse. Le tout est très harmonieux. J'espère que je pourrais profiter un peu du soleil car mon WE est assez chargé quand même, je vais changer de vallée. Bises alpines et profite bien aussi.

      Supprimer
  20. Cette ville qu'on appelle Bergame, et qui m'a tant fait rêver depuis la chanson...
    Comme tu en parles bien, avec tes mots richement ornés de tes sensations d'artiste, j'irais presque jusqu'à dire "de peintre"
    Pluie ou soleil, pile ou face, comme les deux faces d'un même amour, d'une même admiration, pour la foule des jeunes ou le petit vieux.
    Solitude ? ou rencontres...Les voyages sont multiples et tellement beaux au coeur de celui (ou celle) qui s'ouvre à l'ailleurs...
    Et on ne pourra jamais te reprocher de ne pas savoir le faire !
    Tu m'a emportée, comme à chaque fois.
    Bisous célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Célestine. Tiens, c'est gentil de me dire que j'écris un peu comme un peintre. Impressionnisme peut-être? Par petites touches? En accentuant les détails? ;-) Je vais me pencher sur la question.

      Le petit vieux m'a tellement plu. Je regarde avec tendresse cette photo. Quant aux voyages, comme je le disais à je ne sais plus qui dans les commentaires, j'ai de la chance d'habiter tout près de cette Italie si riche. Je ne m'en lasse jamais chaque fois que j'y vais. Mais là, j'ai eu un peu de peine à regarder ce lac qui était bien gris. D'ailleurs les photos du lac ne donnent pas grand-chose alors je me suis repliée sur les parapluies. Bises alpines ma belle et bon WE à toi. Profite bien de tout.

      Supprimer
  21. Coucou ma chère Dédé, merci pour ton merveilleux billet et tes superbes photos. J'aime la couleur chaude et l'ensoleillement de la première avec ce monsieur assis. Je trouve cette photo très touchante, lui au soleil et loin du brouhaha. C'est superbe. L'autre sous la pluie me plaît aussi, malgré le temps, je ne la trouve pas triste. Comme d'habitude, j'ai bu tes mots et je me suis sentie un peu en Italie en dégustant un délicieux café. Je suis heureuse pour toi que tu aies eu du plaisir à visiter.
    Il fut un temps ou je passais sur l'autoroute pour aller près de Venise. Merci Dédé pour ton récit chaleureux.
    Gros bisous et agréable week-end ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma chère Denise du bout du lac. Ah, le petit monsieur assis. Il me plaît beaucoup avec son chapeau. Si les lions n'étaient pas de marbre, il aurait pu les nourrir! ;-) Quand j'étais petite, on passait tout le temps sur cette fameuse autoroute pour aller en vacances au bord de la mer. Je lisais les panneaux indicateurs et j'apprenais le nom de toutes ces villes italiennes. Mais nous ne nous arrêtions jamais. Maintenant que je suis "grande", ;-) je profite de visiter. Mon père nous a plutôt fait visiter toute l'Autriche. Bises alpines et belle fin de semaine.

      Supprimer
  22. c est bien joli et surtout décrit avec tant de charme... je ne connais pas cette ville mais ai presque l impression de m y promener sans but juste pour le plaisir... bisous bon week

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Chris. C'est comme cela que l'on devrait visiter les villes, sans but précis, en se laissant aller à la découverte des monuments et des places et aussi des autochtones. Je t'embrasse et te souhaite un excellent WE.

      Supprimer
  23. Toujours de très belles photos et des textes de grande qualité…
    j'ai beaucoup aimé ton dernier paragraphe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Alain. C'est aussi le paragraphe que je préfère. Quoique, l'évocation du bonhomme assis, des grands peintres, non c'est un tout finalement. ;-) Bises alpines et belle fin de semaine.

      Supprimer
  24. Bonsoir Dédé,
    De bien belles images dans les photos et dans le texte aussi. J'aime bien le petit vieux assis devant l'église.
    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mo. Il va faire l'unanimité ce petit vieux s'il continue ainsi sous son chapeau! :-) Merci pour la visite et ta lecture attentive de mon texte...italien. Bises alpines et belle fin de semaine je l'espère avec un peu de soleil pour vous.

      Supprimer
  25. Chaques fois que je passe le Simplon, avec une pause à Gondo pour bien sentir la montagne que je quitte en allant en Italie, j'ai la chanson de Reggianni qui me suit...ou me précède, c'est selon !
    "Venise n’est pas en Italie
    Venise, c’est chez n’importe qui
    Fais-lui l’amour dans un grenier
    Et foutez-vous des gondoliers
    Venise n’est pas là où tu crois
    Venise aujourd’hui c’est chez toi
    C’est où tu vas, c’est où tu veux
    C’est l’endroit où tu es heureux" ...de quoi continuer cette absurde aventure, même sous la neige !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Claude. Tu t'arrêtes toujours à Gondo? Ce n'est pas l'endroit le plus sympathique que je connaisse dans les Alpes. D'ailleurs je me demande comment font les gens pour vivre là-bas. Mais s'ils y sont heureux c'est que c'est peut-être aussi bien que Venise! 😁 bises alpines.

      Supprimer
    2. Beaucoup d'endroits, ou de gens, sont pas sympa au premier abord, puis, en fouillant un peu... L'autre face de Gondo https://imagesenballade.blogspot.ch/2015/05/un-dimanche-gondo.html

      Supprimer
    3. Coucou. Lorsque j'arrive à Gondo, je suis toujours oppressée par ces falaises qui surplombent le village. Alors bravo à toi d'avoir renoncé au Lac Majeur pour découvrir les hauts de Gondo. C'est vrai que ces cascades et ce vert tendre sont magnifiques. Et je partage entièrement ton avis concernant les journalistes qui, bien souvent, manquent d'éthique dans le traitement de l'information. Mon frère avait été aidé à Gondo lorsqu'il y avait eu ces éboulements dans le cadre de la PC. Il en était revenu chamboulé. Merci pour le partage de ton bel article et bises alpines mon cher. Passe une belle semaine dans le fond de ta vallée qui a l'air quand même bien bouché à l'heure où je t'écris!

      Supprimer
  26. Un très BEAU récit de ton séjour en Italie. Sous la lumière,les couleurs chantent et ce vieux monsieur assis là, t'a permis de concrétiser ton image ; superbe! Bonne soirée Dédé ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chris. C'est l'Italie qui me fait rêver en mots et en photos. Bises et belle fin de semaine.

      Supprimer
  27. Bonjour Dédé, votre prose est de même nature que ces chefs-d'œuvre architecturaux : sophistiquée, belle, parfaite... Merci de nous gâter ainsi. Et bravo !

    Bon week-end ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Monsieur aux grandes oreilles. Et là-bas à Bergamo on joue aussi de la belle musique. Vos grandes oreilles auraient aimé. 😊 belle fin de semaine et couvrez-vous. L'hiver n'a pas dit son dernier mot.

      Supprimer
  28. Bonjour Dédé l'Italie me fascine ...
    Les couleurs, les saveurs, les paradoxes, les gens qui s'expriment avec leurs corps, leurs voix qui savent bercer nos oreilles.
    On sent tout cet amour pour ce pays dans tes récits.
    Le printemps qui arrive nous fait languir de jeter les oripeaux de l'hiver et de repartir gonflés d'espérance.
    Excellent week-end ☺️
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Les Italiens parlent beaucoup avec les mains. 😊
      Oui, j'aime l'Italie. Elle me fait vibrer à chacune de mes visites. Bises alpines et belle fin de samedi

      Supprimer
  29. Pile ou face
    d'une pièce unique
    sublimée par ton regard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle pièce italienne. Dont les acteurs sont artistes en mots et en peinture.

      Supprimer
  30. Bonjour Dédé,
    Un très beau récit de ton séjour dans le Sud. Tu as parfaitement raison la luminosité est un facteur de bien-être.
    Nous avons quitté des contrées froides pour venir nous installer dans les Alpes du Sud. L'ensoleillement est en moyenne de 300 jours par an et tu ne peux savoir combien j'apprécie.
    J'espère que ta pause va t'aider à voir plus clair et que ton futur avec les beaux jours sera appaisé.
    Je t'embrasse et je te souhaite de tout mon coeur de meilleurs moments

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Elisa. Ce qui m'a beaucoup manqué cet hiver, c'est du soleil. Il a fait souvent gris et très froid et mes articulations et mon moral aspirent à retrouver la lumière.

      Tu as de la chance de vivre dans une telle région. Il faut en profiter et dans tes billets on ressent souvent ce beau soleil du Sud. Bises alpines encore hivernales.

      Supprimer
  31. Oui l'homme peut être l'égal d'un dieu par ses création mais aussi l'égal d'un diable par ses actes ! Ce sont les cotés pile et face d'une même créature !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou le cascadeur. C'est malheureusement toute l'ambivalence de notre humanité. Merci de la visite!

      Supprimer
  32. Oui la vie est une aventure. On peut y mettre du soleil et de jolies couleurs comme un tableau. Nous sommes les peintres de notre vie !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais malheureusment nous ne sommes pas tous égaux devant nos palettes. Certains ont plus de couleurs que d'autres. Heureusement que l'on peut faire des mélanges!

      Supprimer
  33. Belle conclusion sur la contemplation (... un point qui m'est cher)
    et cette manière finalement d'entrer "dans le tableau" quel qu'il soit
    en se laissant "aspirer".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mister K. La contemplation est quelque chose de primordial pour moi. S'imprégner du spectacle de la nature, parcourir un musée, écouter une musique et regarder la vie autour de moi me permet de me sortir de bien des déboires. Je crois que je me ressource pleinement dans la posture de la contemplative. Merci de la visite.

      Supprimer
  34. L'Italie vous séduit, on le sent. J'aime bien votre première photo. Cet homme est sans doute posté au même endroit tous les jours ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le viel homme. Une belle rencontre qui a eu lieu simplement par le regard. J'imagine aussi qu'il doit venir se poster là tous les jours quand il fait beau. A bientôt!

      Supprimer
  35. Bonjour Dédé, comme toujours ma vision propre de tes lectures me donnent foi en l'humain comme ta rencontre avec ce vieil homme. Pourtant je ne suis pas toujours positif en l'humanité, pour ça il me faut comprendre la Vie. Merci Dédé pour tes balades!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello JP. Heureusement que ces rencontres, même furtives, apportent un peu de joie et font croire en la bonté de l'être humain. Merci de tes visites!

      Supprimer
  36. La vie, une absurde aventure, dis-tu ? Lorsque je te lis, que je regarde tes photos, je me dis que la vie vaut vraiment la peine d'être vécue ! :-)
    Beau week-end à toi, chère Dédé. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Françoise. Je cherche toujours un sens à cette vie et bien souvent je la trouve pleine de contradictions et difficile. Mais c'est sans doute cela qui la rend intéressante et pleine de rebondissements. Merci de la visite et belle fin de we. Bisous.

      Supprimer
  37. J'aurais perdu je pensais à Florence, je ne connais pas Bergame. Superbes tes deux photos .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille Bergame. Moins grandiose que Florence mais moins de touristes aussi! Bises

      Supprimer
  38. Bonjour
    Avec tes mots, je me promène à chaque fois dans un rêve éveillé!
    La vie peut-être meilleur pour certains pire pour d'autres. La vie est une perpétuelle montagne russe, il y a des haut et des bas, mais malgré tout, la vie vaut la peine d'être vécue!
    Bisois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou la Louve. Oui, la vie est une montagne russe, quand on est tout en bas, on remonte, quand on est tout en haut, il faut en profiter. Mais tu as raison, c'est toute la beauté de cette vie. Bises alpines et merci de la visite.

      Supprimer
  39. Quelle allégresse printanière tout au long de ton billet! Quel hymne à la beauté de la scène, de la vie, à la beauté de l'architecture, de quoi oublier les intempéries. Il n'y manquait qu'une envolée de cloches mais il aurait fallut attendre jusqu'à Pâques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Thérèse. J'aurais pu parler des cloches car j'en ai entendues bien sûr. Mais je trouve que les cloches italiennes ont un son souvent très métallique, et parfois un peu faux. ;-)

      Supprimer
  40. Quel bel équilibre avec cette première photo: cet homme pilier de vie au milieu des piliers de cette basilique n'en donne que plus de poids à l'ensemble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Je suis décidément bien contente de cette photo. Si le bonhomme savait qu'il est à la une! :-)) Bises alpines et belle semaine à toi.

      Supprimer
  41. Contempler,
    laisser la lumière réchauffer notre cœur,
    l'emporter tel un trésor rare et précieux
    pour l'offrir en partage à tous ceux que nous côtoierons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Anne. J'aime bien cette idée d'emporter un peu de lumière et de la distribuer aux autres. C'est ce qu'on appelle le partage. Une belle image. Merci de la visite et belle semaine.

      Supprimer
    2. « tu écris à la manière d’un peintre », c’est très juste. Je me suis plu à me représenter l’intérieur de l’église- visitée il y a longtemps..Pas sous la pluie.
      « La vie est belle », affirmaient Benigni , dans un registre tragi-comique et Frank Capra.

      Supprimer
    3. Coucou Miss. C'est une très belle église que j'ai eu aussi grand plaisir à découvrir, comme le reste de la ville haute. Cela vaut vraiment la peine de s'arrêter à Bergame, sans doute moins connue que d'autres villes moyenâgeuses italiennes mais tout aussi belle à sa manière.
      Oui, la vie est belle, parfois il faut juste changer son regard sur les choses qui nous arrivent. Et cela va tout de suite mieux! Bises alpines et belle semaine.

      Supprimer
  42. la neige fond ?
    le soleil revient
    pour réchauffer tes vieux os

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Barbu. La neige fond un tout tout tout petit peu. Lentement mais sûrement... Mes os se réjouissent du chant des petites mésanges dans l'arbre là-bas. Et le soleil, même pâle, donne une atmosphère presque chaleureuse à l'ensemble. ;-)

      Supprimer
  43. La neige n'est pas prête de fondre par chez toi mais le soleil parfois te rend visite. Et puis tu n'as pas long à faire pour te dépayser totalement et aller à la rencontre du printemps comme les habitants de Bergame n'ont pas loin pour se rafraîchir. Pile ou face les photos mais la pluie n'est pas loin sur la première à la calade humide et le soleil pas loin sur la seconde dont on devine la lumière frôlant les toits luisants. Je ne sais pas si l'élégant homme au chapeau attend la mort ou s'il jouit seulement de l'instant, tendant son visage au soleil et balayant du regard la place dans l'espoir d'une silhouette amie qui viendra égayer sa solitude tranquille, loin de la foule des parapluies...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Cergie. Comme je le dis à Bergson dans mon commentaire précédent, la neige fond un tout petit peu aujourd'hui et les oiseaux chantonnent. Mais le fond de l'air reste froid.
      J'ai de la chance de ne pas habiter loin de la frontière italienne, ce qui permet de faire régulièrement quelques petites virées pour s'imprégner d'une atmosphère différente. Pour le vieil homme, il attend sagement c'est vrai, mais on ne sait pas trop ce qu'il attend. Aimerait-il avoir de la compagnie pour briser sa solitude du moment ou préfère-t-il dévisager les passants qui se baladent comme moi avec leur appareil de photo et manquent s'étaler sur les pavés parce qu'ils ne font pas attention où ils mettent les pieds? Mais tu as raison, il était vraiment très élégant. C'est quelque chose que j'aime beaucoup chez les Italiens, cette manière d'être toujours sur leur 31, même si on était le 16 mars. ;-)

      Supprimer
  44. Un petit Coucou pour te souhaiter une bonne semaine. Que de bonnes et belles choses. Bises des Alpes du Sud

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elisa. Une belle semaine aussi pour toi! J'espère que nous aurons un peu de soleil. Pour l'instant, il neige. Bises alpines et tout de bon pour toi aussi.

      Supprimer
  45. la vie nous envoie des situations de pile ou face pour apprendre des leçons et évoluer.
    Belles prises de vues et j'admire ta narration.
    bon lundi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Eki! Et belle suite de semaine.

      Supprimer
  46. Cette image d'un endroit si tranquille, si propre à la méditation, me plaît infiniment.
    En découvrant ta photo, je ne sais pas pourquoi le vieux monsieur m'a fait penser à celui qui ne quitte pas sa place, assis sur le muret auprès de la fontaine de la "Chiesa della Croix", dans une rue de ma ville d'origine, à quelques pas de la maison où habitaient les parents de ma meilleure amie.
    Dans ma vie, mises à part celles de la Suisse et de la Belgique, je n'ai pas eu souvent l'occasion de franchir les frontières de la France. Je n'ai jamais mis un pied en Italie (juste une fois en Espagne pour une journée, et une petite semaine en Allemagne le long du Rhin).
    Alors merci de me faire voyager. Tu racontes si bien, que je m'y croirais.
    Bises humides (le temps est encore à la pluie, par ici)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma chère Tilia. Ah oui, je suis d'accord, c'était un endroit très tranquille, juste parfait pour regarder les gens qui passent et voir la vie qui défile. Ton monsieur à toi a l'air aussi un peu seul, j'espère qu'il a quand même quelques visites sur son petit muret, des copains avec qui il peut aller boire l'apéro et deviser sur le monde.
      Je suis contente si je peux faire voyager les gens par mes textes. Lorsque je visite une ville, un pays, j'aime m'imprégner des moindres petites choses que j'inscris ensuite dans ma tête et que j'ai plaisir ensuite à retranscrire. Les émotions ressenties sont faites pour être partagées. Je te souhaite une belle suite de semaine et bises alpines encore hivernales.

      Supprimer
  47. Ben mince alors ! J'ai lu ton texte et j'ai oublié de commenter, Du coup je ne sais plus ce que je voulais dire.
    J'avais l'impression que tu parlais du sud de la France côté Provence, mais non c'était de l'Italie. C'est normal
    je n'avais plus tes photos sous les yeux.
    C'est un sacré contraste entre ta montagne et les couleurs chaudes italiennes.
    Je ne suis jamais allée en Italie et quand mon Chéri sera à la retraite, je compte bien aller y faire un tour,
    J'aurai un guide privé à Rome.
    Merci pour ce beau pile ou face.
    Bises trempées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma Claude. Tu es un peu tête en l'air. :-)) Non, la Provence est un peu loin depuis chez moi, je devrais prévoir plus de jours pour y aller. Tu as raison pour le contraste, cela me change d'aller dans ces belles villes italiennes. Mais j'aime revenir dans mes montagnes et retrouver le silence. Car on ne peut pas dire que les Italiens soient très calmes. ;-)
      Je te souhaite de visiter bientôt ce beau pays. Bises alpines ma belle.

      Supprimer
    2. Tu sais en Provence surtout à Marseille ce sont des excités, surtout sur la route. Mon Chéri pourrait t'en parler de la circulation à Marseille. Il est comme toi, il aime bien le calme de sa Sarthe native.
      Bises à la rillette !

      Supprimer
  48. S'éloigner des turpitudes humaines et retourner en arrière pour contempler ce que les artistes bâtisseurs nous ont laissé de plus beau, merci Dédé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Marine. Les bâtisseurs, peintres et autres troubadours nous ont laissé tellement de belles choses. Il faut savoir les admirer. Bises alpines.

      Supprimer
  49. Bonjour
    Je te souhaite un bon mardi!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  50. Bonjour Dédé,
    Ah, L'Italie. Un émerveillement permanent. Autant dans ses villes que dans ses campagnes. Et je ne parle même pas de sa langue si douce, si envoûtante, et à la fois si chaude et si bruyamment belle. Bergame, je ne connais pas, mais j'ai senti à travers tes mots et vu sur ces deux photos, combien cette cité est belle. Finalement, même si le printemps ne s'y est pas aventuré de manière ferme durant ton séjour, tu en as rapporté autre chose de bien plus précieux. Merci de l'avoir partagé avec nous.
    Bises. Bel après-midi alpin.
    Fabrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Fabrice. J'ai ramené un tout petit peu de soleil quand même et tous ces beaux souvenirs que je partage avec plaisir. Merci de la visite. Bises alpines et neigeuses.

      Supprimer
  51. J'ai beaucoup aimé ce cri du coeur à vouloir arriver le printemps, ce main je regarde par la fenêtre et le temps est gris de la pluie annoncée pour toute la journée, ta première photo je la trouve charmante avec ce vieux monsieur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Robert. Oui, j'attends avec impatience mais il n'arrive pas encore le fameux printemps. Ici, on a des giboulées de neige et la fin de semaine ne s'annonce pas fameuse, encore une fois.
      Pour ce qui est du vieux monsieur, il fait l'unanimité. :-) Une vraie star.

      Supprimer
  52. Grâce à toi, j'ai pu voir que Bergamo n'est finalement pas si éloignée de là où la famille de mon mari habite. Tu me donnes une idée de destination, d'une escale par la ville de Bergamo. merci pour cette description, tu en parles si bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. N'hésite pas à y aller. Cela vaut le détour. Une petite ville italienne pleine de charme. 😊

      Supprimer
  53. Pluie ou soleil, c'est toujours émouvant de passer dans ces lieux où tant d'autres nous ont précédé, ont construit, vécu et aimé. J'aime beaucoup la première photo. A quoi pense t-il, ce solitaire ? Sans doute à la même chose que toi...
    La seconde me fait plus penser à Florence, dont je gardais un souvenir ébloui d'il y a 30 ans, et où j'ai été tellement déçue il y a 2 ans. La sensation que le tourisme a tout gâché... Mais c'est un sentiment à dépasser sans doute, il faudrait plus de temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois ce que tu veux dire concernant Florence. J'ai trouvé que la ville était belle mais malheureusement je me suis sentie happée par une ambiance de stress et je n'ai pas trop aimé cela. Pareil et même encore plus à Pise. Heureusement visiter les Offices de Florence a été un véritable plaisir.

      Bergamo est plus confidentielle et heureusement mais jusqu'à quand? Bises

      Supprimer