vendredi 24 février 2017

Conte glacé




« Il est midi. Les cloches du village dans le lointain ont sonné, leur chant cristallin assourdi par cette blancheur qui envahit tout. La neige devient légèrement bleue sous l’éclaircie qui découvre les crêtes. Et le silence retombe brusquement, à peine perturbé par le bruit de ses pas crissant sur ce tapis glacé. 

Ce jour-là, il n’y a pas dans l’air cette douceur qui sent parfois le bois. La neige s’accroche de toutes ses forces aux branches des sapins et des mélèzes, les enserrant de ses doigts gourds et leur donnant des formes décharnées hurlant dans le milieu du jour. 

Dans cette montée du froid qui étreint son cœur, elle tente maladroitement de tenir debout alors que le chemin est presque verglacé. Sous l’effort que demande cette fuite éperdue dans la neige, son esprit découvre alors avec stupeur l’étendue de la terre et l’immensité du ciel qui déborde. 

Elle s’arrête brusquement, le souffle court et les membres engourdis. Elle sait confusément que si elle reprend sa route, elle sera définitivement perdue aux hommes. Le monde frissonnant est bien trop vaste en ce jour. 

A côté du sentier s’écoule un ruisseau impatient de descendre plus bas dans la vallée et de se réchauffer aux rayons du pâle soleil. Elle ne lui jette qu’un regard vide, préférant voir au loin, vers ce col qui mène aux confins du monde, là où aucun des villageois ne s’est encore aventuré.

Puis, dans un murmure de voix blanches, elle plonge son âme dans celle de la terre, afin de sonder son humeur. Ses pieds sentent battre le cœur de la vieille dame et captent son irrésistible envie de printemps. Mais cette sensation de chaleur, remontant jusqu’à son cœur, est brusquement balayée par le souffle de l’hiver, descendant en cascades des sommets environnants, martelant comme un grand fou ce monde trop impatient de revoir les fleurs et l’herbe verte. 

Elle reprend alors sa course sur cette route ensevelie, immaculée et vierge de tous pas.
Enlacée par cette froidure implacable, son souffle jaillit par volutes de sa bouche, jusqu’à former un manteau de dentelles blanches s’enroulant autour des troncs des arbres nus. 

L’esprit aiguisé, elle sait alors qu’elle doit partir et quitter ce monde trop orgueilleux pour comprendre sa souffrance. Il est temps d’abandonner les hommes et les chalets de bois de son enfance. Car plus rien n’a de sens depuis qu’il est parti. Elle est seule, définitivement. 

Le village entier avait scruté sans concession cet homme venu de nulle part, lui inventant un sombre passé et un avenir incertain, le rejetant hors des cercles familiers. Mais elle, elle l’avait accueilli avec chaleur dans ce présent sans fin, lui confiant les clés de son paradis et de ses rêves les plus secrets. Il l’avait réchauffée alors le soir venu avec ivresse et désespoir car il savait au plus profond de lui-même que sa route ne s’arrêterait pas là, à l’ombre de ces fières montagnes. Son destin était ailleurs.

Quand il n’a pas reparu, un soir, puis un autre, elle a attendu des heures, sous la lune attendrie et les étoiles émues. Et les larmes ont fini par la rendre vieille avant l’heure, creusant des sillons profonds sur ses joues auparavant si pures. Un matin, le miroir lui a rendu son image, celle d’une amante perdue, ravagée par l’absence de l’être aimé. 

Aujourd’hui, elle court puis trébuche et se relève dans cette immensité glacée. Petit à petit, elle se rapproche de la paroi de neige qui conduit vers l’inconnu. Gravissant avec l’énergie du désespoir les flancs abruptes de la pente, s’écorchant les mains sur les rochers saillants, elle n’entend que les battements précipités de son cœur alors que la montagne s’ébroue avec fureur. On ne s’attaque pas à ses flancs ainsi et elle décide de punir l’imprudente qui s’y aventure. 

En voyant cette vague blanche envahir le fond de la vallée en quelques secondes, les villageois se sont sentis minuscules face à ces roulements furieux, comme ceux du tonnerre lors des orages d’été. Et après cette déferlante, un silence prodigieux monte dans toute la vallée, comme après une guerre au corps à corps. Puis, les gens sortent sur le pas des portes, regardant avec stupeur cette plaie béante qui s’ouvre vers le col, comme une tranchée meurtrière. 

Elle n’a jamais reparu au village. Seul le curé a compris ce qui s’était passé, lui qui l’avait vue partir au matin vers les abîmes de son destin. Il a prié longuement pour le repos de son âme et pour les villageois bornés. Et depuis, tous les printemps, il fait fleurir sur un tertre une rose rouge, celle de la passion. » 

Je me réveille en sursaut, le vent secouant avec force la charpente de la vieille maison de bois. Le souffle court, je reprends alors lentement mes esprits, m’ébrouant comme si je sortais d’une bourrasque blanche. Puis, je me lève et à travers la fenêtre, je contemple longuement la nuit profonde.
Il neige. 
L’hiver n’a pas dit son dernier mot. 





Dédé © Février 2017

75 commentaires:

  1. Tu as l'Art Dédé de vagabonder entre rêve et silence, un réel parfois violent, entre ce que l'on croit lire entre tes lignes, et ce qui est en vrai. Le sais-tu toi qui contes si bien et racontes la vie, la montagne et ragaillardis les âmes solitaires à la chaleur de tes mots, ceux qui se perdraient dans l'immensité blanche qui envahit tout en ce mât-teint glacé, se mesureraient en vain à la grandeur de ses à-pics, et trébucheraient dans l'ombre de ses abîmes encavés.
    Nul mot ne peut décrire mon ressenti tant mon coeur se perd dans ce gigantisme à la fois rutilant de beauté, et pourtant à risque pour les intrépides.
    Le printemps murmure ici, et se découvre à ma vitre en ribambelles parfumées.
    Les amandiers fleurissent chaque jour un peu plus sur la route qui file et tourne vers mes tous-petits, à l'intérieur des terres odoriférantes, et de là je t'envoie un brin de mon arbre au coeur vierge.
    Merci Dédé, pour la si belle poésie de ton billet.
    Il illuminera mon jour grâce à sa lecture plus que mâtinale.
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Den. Merci pour le brin de ton arbre au coeur vierge. Il va réchauffer cette journée mouvementée, venteuse et grise.
    Ramuz faisait dire à un de ses personnages qui avait assisté à un éboulement (dans "Derborence"), "la montagne, elle est méchante". Je pense qu'il a un peu raison. Il ne faut pas s'y frotter quand on ne le connait pas. Car elle se venge très vite. Mais elle est tellement belle qu'on lui pardonne ces frasques et ceux qu'elle nous a enlevés.
    Merci de ta visite ici et je te souhaite de passer une douce journée à l'ombre des amandiers. Bises!

    RépondreSupprimer
  3. C'est triste et beau, violent et doux, Courage le printemps arrive, les oiseaux chantent d'une autre façon...

    RépondreSupprimer
  4. un conte noir dans la nuit blanche ... un très beau texte Dédé, ou la douceur des images le dispute à la violence qui sourde des sommets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci espiguette. C'est vrai que le noir et le blanc sont profondément liés. C'est la montagne dans ce qu'elle a de plus beau et de plus tragique aussi. Bises et merci de ta visite.

      Supprimer
  5. Mourir engourdie d'amour et de neige, mourir sur le refus de voir se lever un autre jour sans lui... c'est un beau conte... où quelqu'un met le point final soi-même!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'amour peut rendre fou. L'hiver qui engloutit tout conclue aussi. Une saison en montagne où tout peut devenir danger. Merci et à bientôt.

      Supprimer
  6. très beau texte qui touche au coeur !

    RépondreSupprimer
  7. C'est parfois drôlement violent, l'amour. Un conte beau et triste et deux superbes photos, avec une préférence pour la première, qui laisse plus de respiration. On en a besoin après avoir lu. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Toi qui prends de superbes clichés je suis contente si tu apprécies mes photos. Et tu as raison, l'amour est parfois violent donc tragique. Bises!

      Supprimer
  8. Très touchant, triste et beau... Bise, bon vendredi tout doux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle. Passe une belle fin de semaine. Bisous

      Supprimer
  9. Heureusement ce n'est qu'un cauchemar...Mais il a des accents de rêve éveillé et de touchante vérité qui le rend terriblement présent.
    Vivre ! Continuer à vivre même quand l'autre est parti. C'est ce que nous devons aux défunts : ils n'aimeraient pas que l'on s'arrête en chemin et se laisse submerger par l'avalanche de la tristesse.
    Je sens aussi de la joie dans ce coeur qui bat.
    Bisous ma belle

    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un cauchemar aux accents de vérité. Tu as raison. Les esseulés doivent continuer à vivre. Merci Célestine. Et bisous.

      Supprimer
  10. L'hiver en effet n'a pas dit son dernier mot et j'en suis fort aise car j'aime cette saison même si elle inspire des contes tristes comme celui-ci. Ces lignes me font penser à la tradition et au rite funéraire inuite .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue chinou!j'aime aussi l'hiver car c'est une saison silencieuse. Et j'aime le silence. Il permet de se recentrer au fond de soi. Merci de ta visite et à bientôt.

      Supprimer
  11. Je passe juste te souhaiter une bonne soirée et t'informer que je reviendrai aux aurores pour lire ton joli conte blanc... il ne peut être que joli ☺
    A demain
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prends ton mouchoir demain. Bisous ma poétesse.

      Supprimer
  12. Que de l'enchantement à te lire Dédé, tu portes les rêves les plus émouvants, les plus sensibles, les plus élevés; Ta description de l'ambiance de la montagne avec sa couverture de neige qui murmure à chaque pas sonore et qui s'agite quand elle ne foudroie pas tous ceux etc elles qui se trouvent sur son chemin embrasé. Le fil de l'histoire, du conte est trop déchirant et poignant. Ton rêve est aussi beau qu'une fleur qui se lève un matin toute en blanc pour sourire à la paix retrouvée d'un couple heureux de se retrouver là haut dans le ciel. Merci Dédé, c'est tout simplement sublime. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir cher poète. Tu décris le désert. Je décris la montagne. Nul doute que les amants sont réunis dans le ciel. Il ne peut en être autrement. Ce serait trop important juste si ce n'était pas le cas. Merci mon ami des mots. Bises

      Supprimer
  13. Que c'est beau Dédé, tes mots sont très émouvants et lorsque je te lis, mon coeur fait boum-boum. Un grand merci pour ce magnifique billet où tout est réuni, superbes photos et mots.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir dame du bout du lac. Il ne faut pas que ton coeur fasse trop de boum boum. Je n'ai pas de défibrillateur. 😊 merci de ta visite. Gros bisous chère Denise.

      Supprimer
  14. Non seulement tu fais des photos magnifiques, Dédé, mais en plus tu es une conteuse née ! J'ai lu ton récit avec beaucoup d'émotion. Merci pour la qualité de tes billets, c'est un plaisir de venir chez toi. :-)
    Passe un beau week-end. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Françoise. Souvent la photo est prise et le texte vient ensuite. Les mots me trottent dans la tête. L'écriture est un exutoire. Bisous et merci de ta visite.

      Supprimer
  15. Ton texte est si émouvant, plein d'humanité en accord avec cette photo de la montagne si belle mais dangereuse, mystérieuse même... C'est très bien écrit Dédé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. La montagne restera un mystère même pour celles et ceux qui la connaissent bien. Bises!

      Supprimer
  16. Coucou Dédé.
    Toujours romantique...
    Je me régale avec ses photos de neige, elle si rare par ici guère plus de deux fois en une vingtaine d'années!
    Bises, Bon weekend, A + ⛄️ ⛄️ ⛄️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Daniel! On n'a pas eu beaucoup de neige dans les Alpes cette année et cela me manque. J'aime les hivers neigeux et froids. Les photos datent de l'année passée. Bises!

      Supprimer
  17. Coucou, me revoilà et le soleil est déjà bien haut...
    J'avais oublié les mouchoirs... je suis redescendue dans la vallée les chercher... ☺

    Mourir d'aimer, mourir du silence et de l'absence, des sentiments autour desquels je navigue régulièrement et ce froid, cet hiver du coeur et celui qui refroidit les os me remuent tellement, tellement tant je les ressens au plus profond de mon âme...

    Te dire que j'ai apprécié serait un euphémisme, j'ai adoré...

    Je te souhaite un bon week-end ☺
    Mes bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'auras pas la médaille d'or pour le premier commentaire.😊Le soleil est trop haut dans le ciel. Mourir d'aimer. C'est terrible. Mourir de l'absence aussi. Viens Michèle. On va faire un grand feu et se raconter plein de choses. Merci de ta visite et prends encore un petit mouchoir. Bisous et bon dimanche.

      Supprimer
  18. Je viendrais bien volontiers me perdre dans ces décors blancs... et j'aurais certainement du mal à revenir parmi les Hommes...
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le silence de l'hiver est majestueux. Mais il ne faut pas s'y perdre. Bienvenue...à toi qui disparais et réapparais plus vite que ton ombre. 😊

      Supprimer
    2. Je disparais et réapparais parce que je n'ai aucune place en ce monde...
      ;-)

      Supprimer
    3. Tu as tout à fait ta place ici. Le sais-tu?

      Supprimer
  19. Une très belle et triste nouvelle en accord avec les photos ....la neige est un beau et doux linceul !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue ici! Tu connais la montagne et tu sais que certains n'en reviennent pas. Elle devient leur tombeau. Triste pour ceux qui restent.

      Supprimer
  20. La montagne n'a fait que l'accompagner
    du mieux qu'elle pouvait
    vers son destin qu'elle s'était choisie
    La mort comme un retour à la source de la vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle vision. La mort comme un retour à la vie. Merci Pascal et à bientôt.

      Supprimer
  21. Très belle plume Dédé...
    Très émouvant...

    Excellent week-end en espérant que l'hiver balbutie ses derniers mots... et que
    le printemps enfin nous revienne en force...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Leeloo. En tant que montagnarde je sais que l'hiver n'a pas encore tiré sa révérence. Mais profitons de ce que la nature nous offre. Bises!

      Supprimer
  22. Quelles magnifiques photos et quel beau poème, Dédé ! Je vois dans le lointain la vieille dame déambulant sur les pentes.
    Le vaste espace, les montagnes, la neige, le vent, et un amour profond inébranlable défiant la mort. Mais la nature l'a engloutie, et l'amour l'a emportée vers le monde merveilleux des êtres qui s'aiment....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage dans l'hiver blanc qui règne encore ici. J'espère que les amants sont réunis dans l'éternité.

      Supprimer
  23. Coucou Dédé.
    Passe une belle semaine, Bises.
    A + 🗻 🗻 🗻

    RépondreSupprimer
  24. Ce conte me rappelle un récit qui nous a tenus en haleine dur quelques épisodes. C'était l'histoire d'une jeune femme dont il nous a fallu longtemps pour apprendre qu’elle se prénommait Blanche et était brune (si ma mémoire st bonne). Le chagrin ne l'avait pas prématurément vieillie mais elel avait eu à spuffrir de la vindicte du village et de la cruauté d'un homme. TOut est dit dans ce conte, et le climat est bien rendu, que ce soit par le son de la nature ou de la vie des hommes, le chemin vierge à gravir...

    "Je me réveille en sursaut" conclues tu. Peut-être était-ce un mauvais rêve comme il m'arrive d'en faire. Alors on pense "ouf, j'ai eu très peur mais cela n'arrivera pas c'est incroyable"
    "Il neige.
    L’hiver n’a pas dit son dernier mot." Et oui, l'hiver est encore là mais le printemps reviendra, c'est la ronde des saisons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bonne mémoire. J'avais écrit dans le passé une histoire à rallonge qui avait eu son lot de lecteurs attentifs. L'histoire s'était aussi mal terminée. A croire que je ne sais pas écrire des histoires avec des fins heureuses? ;-)
      L'hiver est encore là mais il peine vraiment à s'imposer ces derniers jours. J'espère cependant que la ronde des saisons ne provoquera pas de grosses chutes de neige à Pâques. Merci Marguerite de ton passage et mille bises.

      Supprimer
  25. C'est un merveilleux conte et de si belles photos.
    Je suis contemplative et admirative devant tant de beauté.
    Pourrais tu me dire à quels endroits sont pris ces clichés ?
    Bravo à l'artiste que tu es.
    Bon début de semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou! Merci pour tous ces compliments. Les photos ont été prises l'hiver dernier dans le Lötschental en Suisse. C'est une charmante vallée un peu oubliée du temps et des hommes. Je te laisse aller regarder sur internet. A tout bientôt pour de nouvelles aventures. ;-)

      Supprimer
  26. Diable mon com a sauté pas la peine d'arriver dans les premiers
    du coup je me rappelle plus quel etait mon propos

    mais je préfère la pluie blanche comme chez toi que par ici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fait très doux aussi ici. Le printemps avant l'heure, on va le payer tôt ou tard. Quant à ton commentaire, et bien je suis déçue parce que tu avais sans doute sorti quelques mots finauds. Tant pis, ce sera pour une autre fois. Bises mon barbu!

      Supprimer
  27. Des photos éclatantes de blancheur
    Une histoire triste, mais si bien contée, aux confins du rêve et du mythe, car bien des légendes locales, montagnardes ou pas, brodent sur les éléments naturels d'un paysage , leur donnant une explication humaine- ou surnaturelle.
    Une histoire de dame blanche, en quelque sorte, écrite par une dame que ne saisit apparemment pas l'angoisse de la page banche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Miss-Yves. Il est vrai que les légendes locales s'inscrivent dans le paysage naturel du lieu où elles naissent. Quant à l'angoisse de la page blanche, elle m'arrive aussi, et plutôt deux fois qu'une. Je suis en train de me dire que publier tous les vendredis devient difficile. Enfin, on verra ce que l'avenir me réservera. Merci de ta visite!

      Supprimer
  28. J'ai presque frissonné de froid en lisant ton titre mais la beauté de ton texte
    m'a de suite réchauffée. Tes photos sont très belles.
    Moi aussi j'ai écrit une histoire dont l'héroïne s'appelle Blanche, histoire triste.
    Triste pour elle mais qui finit bien pour la morale.
    Bise ma Dédé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne frissonne pas trop, couvre-toi Claude. Il ne fait pas si chaud dans les montagnes. Bisous et merci de ton passage ici.

      Supprimer
  29. C'est une très belle histoire mais si triste!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, les histoires tristes peuvent être belles, aussi. Même si elles comportent leur lot de souffrance. Merci de ton passage.

      Supprimer
  30. Oui, triste fin pour cette femme sans homme. Mais, ignorait-elle donc que chacune a son chacun, et que patience et longueur de temps font parfois bien les choses ? Paix et repos à son âme.

    Et bonne soirée à vous Dédé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle n'avait pas envie d'attendre. Et on ne peut pas lui en vouloir. Bonne soirée monsieur aux grandes oreilles.

      Supprimer
  31. Merci Dédé de ta visite et des traces de pas que tu as laissé sur mes pages. Ici, je reviendrai.

    RépondreSupprimer
  32. Bonsoir Dédé,

    Tu es venue chez moi (merci pour tes mots déposés), et me voici dans ton espace pour te découvrir. Honnêtement, je n'ai pas lu tes textes trop longs pour moi, mais j'ai parcouru plusieurs de tes pages et j'aime tes photos de grande qualité, sans compter que nous partageons le même pays. Je reviendrai avec grand plaisir pour découvrir tes photographies. On ne peut pas s'abonner à ton blog par mail?
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir et bienvenue. Alors je ne sais pas du tout si on peut s'abonner par mail... mais tu as apparais maintenant dans la liste des abonnés.
      Souvent mes photos sont accompagnées de textes. Elles les illustrent. Souvent, je prends la photo et elle m'inspire un texte. Mais c'est un travail un peu fastidieux, il est vrai. ;-)
      A bientôt alors.

      Supprimer
  33. Une histoire triste mais, comme toujours, si bien contée.
    Il y a un petit côté japonais dans cette histoire de vieille dame qui part dignement mettre fin à ses jours dans la montagne, comme celle de La Ballade de Narayama.
    Des deux, je ne sais quelle absence de l'aimé est la plus dure à supporter : celle qui a duré toute une vie de solitude, ou bien la brutale séparation par la mort de l'époux après une longue vie à deux, comme n'a pas pu la surmonter Georgette Agutte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Tilia. J'espère que tu vas mieux! Je ne connais pas le film que tu mentionnes mais je vais m'y atteler.

      Dis...Pas très joyeux tout cela. Mais ce que je retiens, c'est que certaines personnes ne peuvent vivre sans leur moitié. Ensemble elles forment un tout. Séparées elles ne sont plus rien. Est-ce cela l'amour véritable? Bises alpines.

      Supprimer
  34. Chère Dédé, j'aurai le temps ce soir de parcourir les textes. Les image me remplissent de bonheur au premier coup d'oeil !
    Belle après-midi !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fifi. A bientôt. 😊

      Supprimer
    2. Ton texte est beau comme tes images, beau et triste comme la vie parfois.
      Bravo pour ta page !

      Supprimer
  35. Bonjour Dédé, moi qui vient d'un pays nordique j'ai trouvé ton texte très touchant, ce qui est extraordinaire c'est que ces mots sont une valeur ajoutée à la photo que tu nous présentes, j'aimerais en faire autant avec les miennes! Je compte explorer d'autres trésors qui me sont offerts et si tu as le goût, viens faire un tour sur mon blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Robert. Merci pour ton passage ici. J'aime écrire et prendre des photos et je trouve que les deux choses peuvent se compléter. Je suis passée plusieurs fois sur ton blog mais je n'arrive pas à mettre des commentaires. J'espère que cela va être réparé. A bientôt!

      Supprimer