vendredi 8 juin 2018

L'orage



L’air était empreint d’une tension palpable qui laissait les hommes nerveux, dans l’attente impatiente de quelque chose qui tardait pourtant à venir. S’accumulant dans le ciel, les nuages sombres filtraient encore un peu de la lumière de l’astre solaire mais on sentait qu’un vent impétueux allait balayer d’un revers de main les bois encore tranquilles. 
 
Je regardais les fleurs des champs qui dodelinaient de la tête, peu conscientes encore de la tempête qui se préparait. Elles me rappelaient ces années d’insouciance heureuse, lorsque je n’avais qu’à caresser le tronc des arbres de la forêt magique sans imaginer qu’un jour ils pourraient se craqueler, trop vieux pour supporter encore le poids des ans.
 
En peu de temps, le ciel a pris une teinte noirâtre, rendant la scène opaque et angoissante. Un souffle fulgurant a surgi de nulle part, emportant sur son passage les quelques oiseaux téméraires. Rugissant des entrailles de la terre, un grondement a rempli l’atmosphère et des rideaux de pluie ont jailli de ce plafond lugubre, noyant les sommets dans un tourbillon erratique.
 
Il n’y avait plus rien à dire, comme quand les hommes fâchés ne peuvent plus prononcer un seul mot, dans ces disputes violentes conduisant à un pesant silence. Le seul moyen d’en réchapper était d’attendre et de contempler, avec l’espoir que le calme reviendrait rapidement.
 
Et mes pensées ruisselantes, de celles qui m’envahissent parfois, m’ont fait tanguer dans les bourrasques.
 
A ce moment-là, j’aurais voulu avoir à nouveau huit ans, retrouver mon âme d’enfant et le grand sapin, celui qui avait accueilli tant de mes chagrins lorsque j’allais le retrouver en cachette. 
 
Il a plu longtemps ce soir-là.


Dédé © Juin 2018

126 commentaires:

  1. Soir d'orage en montagne quand la colère du ciel résonne entre les parois de la montagne et encercle les villages de vallée dans une puissante étreinte, enfant j'étais fasciné par ce spectacle grandiose ou toute la nature semble se soulever contre la folle prétention des humains
    Passe une belle journée
    Amicalement
    Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello le penseur et le sage. Je me rappelle qu'enfant je me bouchais les oreilles pour ne pas entendre les coups de tonnerre. Je me recroquevillais dans mon lit en espérant que cela passe très vite. Aujourd'hui, je suis plutôt fascinée par ces déferlements de la nature. Heureusement bien souvent à l'abri car lors de cet orage que j'ai pris en photo, il ne fallait pas être dehors. Bises alpines et merci de la visite.

      Supprimer
  2. enfin quelqu un que les arbres console… je ne suis plus seule alors… très joli ce texte et bien de circonstance tant pour le ciel que pour le monde… bonne journée ma montagnarde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Chris. Les arbres ont toujours une source d'enchantement pour moi. Se promener dans une forêt est paraît-il très bénéfique pour la santé morale. J'y crois volontiers. Bises alpines.

      Supprimer
  3. Bon jour Dédé,
    Merci pour ce plaisir à te lire dans chacun de tes articles.
    Jolie cette photo d'un orage qui se prépare. C'est vrai que ces derniers temps ils font monter l'angoisse. Vont-ils être violents, va t'il y avoir de la grêle, y aura-t'il des dégâts ???? Ils sont rarement anodins en ce moment.
    La nature nous rappelle à notre humilité. Les humains passent leur vie a essayer de la supprimer de leur environnement, bétonnant, coupant les arbres, mais elle sait nous rappeler que nous ne sommes finalement que peu de choses.
    Bises et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pascale. J'essaie toujours de faire au mieux pour mes articles, certaines fois avec plus d'inspiration que d'autres. Là, j'avais cette photo que j'aime beaucoup avec ces rideaux d'eau qui descendent du ciel. Tu as raison pour les orages de ces derniers temps. J'habite dans une région dans laquelle nous n'avons pas eu de dégâts mais en Suisse alémanique, plusieurs cantons ont été gravement touchés.

      La nature, quand elle se déchaîne, ne fait pas toujours dans la dentelle. Bises alpines et merci de la visite.

      Supprimer
  4. Ton beau sapin roi des forêts...S'il te plait un seul http...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon loulou. Les joies de l'informatique avec les http. Promis, je vais faire attention. Merci de la visite et de l'évocation de mon grand sapin. ;-) Bises alpines.

      Supprimer
  5. Bonjour Dame Dédé,

    Dans cette photo se retrouvent les ingrédients d'une tragédie, les tensions, les sombres desseins, la noirceur d'une intention...

    Effectivement, nous nous sentons bien petits face à ce déchaînement de forces naturelles. En même temps que bien à l'aise dans un endroit abrité de la pluie et du vent, à contempler les déferlements naturels.

    En vous souhaitant un week-end le plus ensoleillé possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Monsieur aux grandes oreilles. En effet, lors d'un pareil orage, les bestioles qui ont des grandes oreilles comme vous doivent faire attention à ne pas être sous les arbres pour ne pas être prises par la foudre. Elles doivent se cacher dans leur terrier et attendre bien sagement que cela passe. Bises alpines Monsieur. ;-)

      Supprimer
  6. "Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
    ...
    Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits..."
    Joli cliché de ce voile aqueux s'abattant entre les genoux de la montagne.
    Et hop, un petit verre de chasse-spleen ! De l'espoir à la confiance, du déluge à l'averse orageuse passagère. La fin de tout n'est pas encore pour maintenant !
    Bises alpines Dédé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Ah, ce bon vieux Charles Baudelaire. Il n'avait pas son pareil pour faire monter l'angoisse par ses mots toujours bien choisis.
      Je prendrai encore volontiers un petit verre de chasse-spleen. :-))
      Tu as raison, la fin, ce n'est pas aujourd'hui. ;-) Bises alpines cher Francis.

      Supprimer
  7. Même si l'orage est emprunt d'une certaine angoisse, il n'en reste pas moins que c'est beau et après parfois on a un bel arc-en-ciel comme une promesse…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Martine. Il vaut mieux être à l'abri pendant les orages en montagne. Ils peuvent être particulièrement violents et dangereux quand les torrents décident de déborder et de tout emporter sur leur passage. Ces derniers jours, le temps est vraiment mitigé et les orages tournent dans les vallées encerclant la plaine. Pas une seule journée avec une beau ciel bleu qui reste. C'est ainsi, nous ne pouvons rien faire contre la météo, juste admirer et attendre l'arc-en-ciel. Bises alpines

      Supprimer
  8. Quel beau texte... On sent le parallèle entre en effet les émotions humaines et celles de la nature. Et j'imagine que, comme après une grosse dispute, tout est en état de torpeur et lent re-démarrage :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pendant les orages, les oiseaux se taisent et recroquevillent dans leur cachette. Et puis, quand tout est passé, ils se remettent à discuter entre eux de plus belle. Après la pluie... le beau temps. C'est ce qu'on pourrait espérer dans les relations humaines mais ce n'est malheureusement pas toujours le cas. Bises alpines.

      Supprimer
  9. Coucou ma Dédé !
    J'aurais pu écrire semblable texte en mois beau après ce qui nous est arrivé il y a deux samedis.
    Il avait fait tant chaud et si lourd dans la journée que le ciel s'est mis en colère et a fait rouler des nuages noires
    tel un rouleau à pâtisserie, et là, ce ne fut pas du gâteau, mais presque l'apocalypse.
    Cela a commencé par de fortes bourrasques faisant tomber tout sur leur passage. mobilier de jardin, citronnier vert en pot, jardinière de fenêtre de l'étage que j'ai failli prendre sur la tête pendant que je rentrais les dessus de chaises du salon de jardin. Ensuite il s'est mis à tomber des chats et chiens et la foudre est tombée sur un pylône électrique, et tel un feu d'artifice il y a eu trois explosions, on a pu voir 3 belles blanches.
    Impressionnant d'éclairs et de coups de tonnerre. J'avais peur comme quand j'étais petite fille en vacances à la campagne où mon Pépé me disait que c'était le Bon Dieu qui se mettait en colère. Alors ce soir là il était furibond tant qu'il nous a privé de lumière.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma Claude. Le Bon Dieu n'est pas toujours de bonne humeur et quand il faut supporter ses sautes d'humeur, ce n'est pas toujours jojo. Je vois bien ce que tu décris, la brusquerie du premier coup de vent et ensuite les éléments qui se déchaînent. Heureusement, tu n'as rien ramassé sur la tête et tu as pu rentrer te mettre à l'abri.
      En montagne, si je dois partir en randonnée pendant l'été, je regarde toujours ce qu'il en est des orages car ils sont particulièrement dangereux. Je me rappelle d'une fois où je devais partir avec deux amies et que la météo annonçait des orages. Elles voulaient partir pour une longue marche. J'ai refusé et j'ai bien fait car les orages sont venus très vite.

      Bises alpines et belle journée...sans orage.

      Supprimer
    2. Fais chaud et lourd ce tantôt, pourvu que ça ne pète pas et qu'il ne pleuve pas, c'est la Saint Médard.
      Bises campagnardes

      Supprimer
  10. Joli ce texte métaphorique sur la colère de la nature...on sent l'électricité, les grosses gouttes qui font vibrer les feuilles et cette odeur si excitante de la terre après la pluie.
    Merci pour cette page où poésie et philosophie se mêlent devant un des plus beaux spectacles de la nature...
    Bises célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello frangine. La colère de la nature n'a d'égale que celle des hommes. Si seulement, dans certains pays, les arcs-en-ciel pouvaient se mettre à briller.... Bises alpines ma belle.

      Supprimer
  11. Que de chaleur et d’orages cette année ! On n’est que début juin et il semble déjà vivre au cœur de l’été. Inquiétant. Cela dit, depuis l’enfance, j’ai toujours été fascinée par ces moments intenses. Ces phénomènes atmosphériques sont similaires à nos crises intérieures ou relationnelles : La tension de l’attente, l’explosion et puis le relâchement, avec le ciel délavé. Ton texte décrit très bien tout cela (les orages en montagnes doivent être particulièrement impressionnants ?). Ta photographie me rappelle que les orages suppriment les couleurs. D’un coup, le monde devient gris et froid. En attendant l'éclaircie. Détrempée ou pas, te souhaite une très belle journée! D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ma Dad. J'ai une vision un peu différente des choses car la journée je suis en plaine et ensuite je remonte à la montagne. Il n'y fait pas si chaud et chaque soir depuis plusieurs semaines, les gros nuages sombres s'accumulent et on ne sait jamais ce qui va nous tomber sur la tête.

      L'autre jour, je regardais le site de météo suisse et il y était expliqué que le printemps avait été très chaud. J'avais la vision exactement inverse, justement parce que tout est perturbé en montagne et qu'on n'a de loin pas l'impression d'être en été. Même en plaine, pas de ciel bleu qui tienne toute la journée. Les orages tournent dans les vallées.

      Bien vu pour l'appréciation du choix du N&B pour la photo. La couleur n'aurait franchement rien apporté à la scène que j'avais devant les yeux. Tout était dans les tons gris et noirs.

      Bises alpines et merci de la visite.

      Supprimer
  12. Belle photo, beau texte, émotion profonde. C'est exactmeent ça.
    Merci Dédé.
    Bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anne d'apprécier ce billet. ;-) Bises alpines douce poétesse.

      Supprimer
  13. la photo parle bien et elle est bien accompagné de ton texte ... les meilleurs photos on les fait par un temps pourri... seule consolation...! bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou. Je dirais plutôt ceci: les meilleures photos de paysage sont celles où il y a de la lumière et une masse nuageuse qui peut la filtrer. Difficile de donner du contraste à une photo quand le ciel est...désespérément bleu. :-)
      Bises alpines

      Supprimer
  14. toi et tes visiteurs ont tout dit sur notre insignifiance face à la nature...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et pourtant il y aurait encore tant de choses à dire. ;-)

      Supprimer
  15. Orages de ces derniers jours qui prouvent que l'homme est bien petit face à la nature

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est bien petit mais ne fait pas tout ce qu'il devrait pour en prendre soin.

      Supprimer
  16. Bonjour chère Dédé, ta photo en noir et blanc est magnifique. Je distingue bien ce rideau de pluie, les orages en montagne sont très impressionnants.
    Avant qu'un orage éclate, j'ai constaté que les oiseaux volaient dans tous les sens pendant un moment. Ensuite, il y a un grand silence avant la les éclairs, la foudre et le tonnerre.
    Merci pour tes mots en accord avec la photo.
    Bon week-end Dédé avec mes bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Denise. C'était un beau rideau...de pluie devant ma fenêtre. ;-) J'ai aussi remarqué que l'orage arrivant fait paniquer les oiseaux. Ils reprennent leur musique dès la fin de la tempête, comme si de rien n'était. Merci de la visite et bises alpines.

      Supprimer
  17. Bonsoir Dédé
    Avant que l'orage n'éclate vraiment, la nature se fige dans un grand silence : les oiseaux ne chantent plus, les feuilles sont au "garde-à-vous". N'en va-t'il pas de même dans la vie ? Avant un affrontement , l'homme essaye d'ordonner des objections, des répliques, des arguments Au moment même du face à face , un grand vide s'établit, précédant le flot de paroles désorganisé, perturbé. Les belles résolutions se sont envolées. Petit à petit le calme reviendra, l'esprit reprendra ses droits. Ainsi est faite la nature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Chinou. Ton évocation de cette nature humaine et cette nature tout court est belle et juste. Après la tempête, le calme revient et l'arc-en-ciel souvent remet du baume au coeur.

      Supprimer
  18. Tellement de parallèles entre ce qui se passe dans la nature et dans nos vies. Rien que cette image avec tes montagnes qui par texte interposé deviennent un peu les nôtres. Tu avais ton sapin, j'avais mon séquoia contre lequel je venais m'appuyer... Des rideaux d'eau qui sont un peu les nôtres: les émotions sont de la partie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être un bon massage?

      Supprimer
    2. Je t'imagine entourer le séquoia de tes bras... tu dois avoir de très grands bras. :-)

      Supprimer
    3. Oui, oui en effet. En fermant les yeux on arrive à tout.

      Supprimer
  19. Bonsoir Dédé,

    Une très belle photo (j'aime ton choix du noir et blanc), et des mots qui, en les lisant, m'ont fait t'imaginer dans cette montagne, sereine et admiratrice des éléments. Personnellement j'adore l'orage, surtout en montagne.
    Bises et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Caroline. Je ne pouvais pas choisir la couleur, il n'y en avait presque pas. Tout était si sombre. Et plus j'avance et plus j'aime faire des photos en N&B. Je ne sais pas trop pourquoi d'ailleurs.
      J'étais effectivement dans la montagne mais bien à l'abri! :-) Bises alpines.

      Supprimer
  20. Actuellement les orages sont nombreux et violents ! La nature ne se maîtrise pas. L'homme devrait en prendre conscience ! Bon We sans orage mais sous un beau ciel bleu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop nombreux et violents alors que l'été n'a pas encore vraiment commencé... Quant au WE, il a été bien nuageux mais quand même avec quelques rayons de soleil. A quand le vrai ciel bleu?

      Supprimer
  21. Superbe spectacle en ouvrant la fenêtre sur les Impermanences ! Et oui, ça va péter, le tonnerre gronder en écho dans les montagnes, la foudre s'abattre, la pluie tomber ... Quand j'étais enfant ma mère me disait "le bon dieu range ses meubles" :-) Le bon dieu je voyais pas trop, je me l'imaginais en géant, traînant des grosses armoires :-) L'ambiance menaçante "de l'avant" est bien restituée, autant dans la photo que dans le texte. Je ne suis pas fière non plus les soirs d'orage ... et en ce moment, on est servis aussi ici dans l'hexagone !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Espiguette. Oui la France paie un lourd tribut aux orages. En Suisse, c'est surtout la partie alémanique qui a eu des dégâts importants. Et le bon Dieu, je trouve quand même qu'il pourrait prendre des déménageurs au lieu de traîner les grosses armoires tout seul! Cela ferait moins de bruit! :-) Bises alpines.

      Supprimer
  22. Bonsoir Dédé,

    Cela peut être terrible, les orages et même les pluies violentes en montagne. Tu en sais quelque chose, bien entendu...
    Bisous bretons,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mo. J'en sais quelque chose et j'avoue que je garde des souvenirs d'orages violents où il fallait arrêter la randonnée et rebrousser chemin pour se mettre à l'abri. Jamais drôle et surtout très dangereux quand on est en haute montagne. Je préfère regarder la tempête derrière mes vitres... même si parfois elles ramassent la pluie et se retrouvent toute sales ensuite. :-)) Bises alpines.

      Supprimer
  23. Une photo , un texte
    Tout cela est riche
    Et oui avec les saisons on apprend à relativiser
    La météo change si vite
    Ce qui compte c'est le regard du photographe qui s'enrichit
    à chaque clic c'est une émotion
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Rose et bienvenue. Je crois que c'est la première fois que vous venez ici. Mais je ne peux pas cliquer sur le pseudo pour arriver à votre site. Dommage.
      Le photographe tire parti de chaque saison. Et j'ai aimé particulièrement pour cette photo la texture du ciel bas et ces rideaux de pluie. Merci de la visite et belle fin de dimanche.

      Supprimer
  24. J'aime ton billet qui nous pose au cœur de la colère des éléments.
    Enfant, je n'avais pas peur des orages, ils me fascinaient. Aujourd'hui, je les redoute.
    Les colères de la nature me semblent de plus en plus redoutables. Comme pour nous ramener à la sagesse.
    Saurons nous répondre à ses menaces?
    Bises ligériennes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou le poète de la Loire. Enfant, je détestais les orages, je me terrais sous mes couvertures en attendant que cela passe, je me bouchais aussi les oreilles. Aujourd'hui, je peux admirer la beauté des éléments... mais à l'abri! Et cette nature qui se déchaîne nous rappelle à chaque instant combien nous devons en prendre soin. Bises alpnes.

      Supprimer
  25. Quel meilleur moment que l'après orage ?! La tension qui retombe, le calme qui revient, l'arc en ciel qui apparait et le merle qui chante ! D'ailleurs je vois déjà une éclaircie sur mon Besso, au pied duquel je vis ! Bises d'en face !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Le chant du merle. Il est si beau et si plein d'espoir. J'aimerais bien savoir chanter comme lui. :-))
      Actuellement, ton Besso semble bien pris dans les nuages... et Sion 2026 aussi... Bises alpines et belle fin de dimanche.

      Supprimer
  26. Bonjour Damalpine ;-)
    Ce texte me fait penser à la fois à Baudelaire et à Brel,
    ciel bas et noir, couvercle
    ciel bas et humilité

    Et au'delà de la fin du texte, orage et désespoir,
    gardons les yeux et nos pensées fermement calés vers l'espoir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mister K. Tu as raison, l'orage et la tempête ne sont qu'un moment, il y en a d'autres bien plus apaisés qui permettent de respirer, de reprendre son souffle. Merci de la visite.

      Supprimer
  27. C'est toujours enchantant de te lire Dédé, la musique dans tes mots est ravissante et joyeuse, même quand ça parle de tempête et d'orage. Quelle belle chute en conclusion, quand tu rappelles ton enfance, où tout était joie et insouciance et du plaisir tendre d'être happer par des rideaux de pluie. Magnifique !
    Mes bises méditerranéennes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci poète des sables. La nature m'inspirera toujours. Autant par les mots qu'avec les images qu'elle me donne à voir chaque jour. Bises alpines et merci de la visite.

      Supprimer
  28. Réponses
    1. ça a pété et ça va encore péter. Du pétouillage constant.

      Supprimer
  29. bonjour Dédé , c'est un très beau texte ... !!! et ton cliché est magnifique et tu as saisi l'instant en partage ... j'aime +++
    gros bisous bon weekend A++ amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand j'ai vu les rideaux d'eau, je me suis précipitée pour aller chercher mon appareil photo et immortaliser ce bel instant. Belle fin de We à vous deux.

      Supprimer
  30. C'est un beau texte sombre et mélancolique comme ce ciel bien bas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassure-toi, le ciel a relevé la tête. ;-)

      Supprimer
  31. Bonjour Dédé, quand je regarde ta photo on peut comprendre facilement qu'une petite angoisse se faufile dans nos esprits et dans l'attente d'un calme d'avant la tempête. On ne sait pas quand est-ce que ces épisodes orageux vont prendre fin? En attendant on vit avec...Bises de l'Isère avec un fond de l'air chaud ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello JP. Il n'y a pas un seul jour ici depuis des semaines où le ciel ne se charge pas de nuages sombres dès la mi-journée. On ne sait jamais ce qui va arriver et c'est bien difficile de prévoir des sorties en extérieur en haute montagne. Mais comme tu le dis, on doit faire avec et respecter dame Nature.

      Supprimer
  32. J'ai entendu gronder le tonnerre sur la page,
    La pluie tomber en rideaux sur ta photo,
    Le calme est revenu s'est profilé en partage
    Comme au temps de ton jeune âge !

    Merci Dédé pour ta jolie poésie des mots qui m'en chante à chaque fois...

    bisous de la nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma poétesse provençale pour tes mots poétiques en lien avec mon billet. Profitons du calme car il est éphémère dans ce bas monde. Bisous de fin dimanche.

      Supprimer
  33. Bonjour
    Rien qu'à voir la photo, on voit que la pluie allait durer!!
    Il fait lourd, c'est normal que ça pète!!
    Mais vaut mieux se cacher!!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou la Louve. Oui, il vaut mieux se terrer à l'abri quand les orages arrivent en montagne et apprécier le spectacle à l'abri. Bises alpines et beau dimanche.

      Supprimer
  34. petite visite du Week… gros bisous

    RépondreSupprimer
  35. Tu décris superbement ces instants suspendus, quand ciel et terre semblent cesser de respirer, et que nous-mêmes, les nerfs vrillés, retenons notre souffle en attendant le fracas libérateur des premières gouttes...
    Ici c'est lourd aussi, mais rien ne craque.
    Bises marines

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello. Ici, cela craque très régulièrement ces temps-ci, mettant les nerfs un peu à l'épreuve car on ne sait jamais quand ça va arriver. Mais c'est un tel spectacle, quand on est à l'abri, qu'on pardonne à dame nature ses déchaînements intempestifs. Bises alpines et belle semaine.

      Supprimer
  36. Une belle description de l'attente, du temps qui passe comme de celui qu'il fait. L'enfant que tu étais avait sûrement déjà choisi comme ami un arbre (un sapin) déjà bien chenu. La nature attend et les fleurs se réjouisse de l'eau du ciel bienvenue même si elle fait tomber trop vite les pétales, elle fait du bien aux racines. Il pleut ce matin sur la fenêtre de toit, j'aime bien la pluie, elle prolonge le printemps et donne un délai pour travailler le sol après l'averse. Nous avons eu notre lot de temps moiuillé lors de la présence de Little Jo la semaine dernière. Peut-être parce qu'il était là j'ai été plus sensible au chant des oiseaux. Ils aiment eux aussi la pluie car elle les désaltère et leur autorise des ablutions

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta photo m'en rappelle pour le rendu une autre que tu as publiée ICI. Elle me fait penser à une oeuvre de Roy Lichstenstein qui aimait utiliser les points Benday. Mais oui, regarde bien tes montagnes au loin, elle semblent surgies d'un de ses tableaux de paysage
      A voir aussi ICI

      Supprimer
    2. Coucou ma belle. C'est normal que ma photo te rappelle une autre photo. Je les ai prises au même endroit mais à des saisons différentes. Je suis toujours émerveillée de voir ces montagnes en face qui se parent de couleurs le soir venu, qui se cachent derrière les nuages, qui se recouvrent de neige. Là, en l'occurrence, elle étaient derrière un rideau d'eau. La pluie, je peux l'apprécier, mais à petites doses et là il faut dire que nous sommes quand même passablement arrosés depuis un mois environ alors que nous vivons dans une région plutôt sèche d'habitude.

      Les anciens manquaient d'eau pour les cultures et ont construit nombre de bisses dans la région. Aujourd'hui, les bisses vagabondent, remplis d'eau.
      Et pour finir, je ne suis pas une grande fan de Roy mais je peux trouver un certain intérêt à ses créations et à son processus créatif. Merci ma belle pour ta visite et bises alpines.

      Supprimer
  37. "Il a plus longtemps ce soir-là"
    Les jours pleurent
    en larmes chagrines
    le tonnerre gronde
    en colères rentrées
    l'éclair déchire le ciel
    en lumière fracassante
    quelques soit mon âge
    ma faiblesse est la même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! Mais il ne faut pas que les jours pleurent trop! Le soleil doit revenir les faire sourire. Merci pour ta poésie madame l'alphabet.

      Supprimer
  38. Réponses
    1. Il a plus plu aujourd'hui que hier. 😊

      Supprimer
  39. Bonjour Dédé,
    Un très beau texte mélancolique. L'attente puis ta photo .... cela semble pesant.
    J'espère que ton moral est meilleur ... Je sais la pluie tombe et cela n'arrange pas les choses.
    Mais un dicton dit bien "après la pluie le beau temps" Le calme reviendra, la sérénité et la douceur ....
    J'ai hâte de voir "tes montagnes" colorées.
    Bon début de semaine. Bises des Alpes du Sud dans la grisaille également

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elisa. C'est vrai que ce printemps pluvieux me tombe sur le moral et que ma santé est en déficit de lumière. Mais j'espère encore que l'été sera beau et j'attends aussi de pouvoir aller randonner plus haut quand la neige sera toute partie. Bises alpines détrempée.

      Supprimer
  40. Bonjour Dédé magnifique texte sur cet événement assez intense qu'est l'orage , et encore plus en montagne :) , merci pour ce joli partage , passes une belle journée , amitié d'Auvergne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trois coups de tonnerre ce matin et des pluies diluviennes. C'est beau la montagne! 😊 merci de la visite et bises alpines.

      Supprimer
  41. Nos vies traversent parfois des tempêtes et les moments heureux que nous avons connu dans notre enfance nous aident à les affronter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas seulement ceux connus dans l'enfance mais tous les événements heureux. Et heureusement qu'il y en a pour faire contrepoids aux jours orageux. Bises alpines le cascadeur.

      Supprimer
  42. Grimper aux cordes de pluie
    pour voir plus loin que les nuages
    L'age de ses huit ans ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! Que j'aime cette expression "grimper aux cordes de la pluie"! C'est très joliment dit. Et c'est vrai que plus haut que la pluie, il y a le soleil qui brille. Merci Pascal.

      Supprimer
  43. Bonjour Dédé
    L'orage en montagne est plus impressionnant qu'en vallée ou en plaine, sans doute parce que le bruit des roulements du tonnerre atteint un niveau que les gens de la plaine ne connaissent pas. Mieux vaut être à l'abri car être pris par l'orage en altitude - ça m'est arrivé - a quelque chose d'irréel vite angoissant...
    Bises savoyardes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Christian. Je me souviens de ce chalet d'alpage accroché à la paroi d'une montagne. La foudre tombait juste au-dessus et c'était un bruit effrayant. C'est clair que les gens de la plaine ne connaissent pas ce bruit.
      Bises alpines bien humides encore. A quand le soleil? Il est par chez toi? :-))

      Supprimer
  44. Bonjour, en ce moment on est servi, depuis hier il tombe des seaux d'eau; ta photo est impressionnante, je n'aimerais pas me trouver dessous; je te souhaite une bonne journée, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici, on dit qu'il tombe des "pelleux". Mot patois pour désigner des grosses gouttes de pluie. Bisous!

      Supprimer
  45. Le ciel se déverse sur la montage et toutes les nuances de gris l'accompagnent.
    Retrouver une journée de son enfance, j'en rêve aussi, même par "gros temps" :-) Revoir ce qui fut mais que de toute façon nous portons en nous.
    Bon et beau mardi, Dédé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les 50 nuances de gris. :-)) Je porte mon sapin c'est vrai, parfois il est quand même un peu lourd. ;-) Bises alpines ma chère Fifi.

      Supprimer
  46. Ta photo en n et b traduit excellemment le climat de sourdes tensions développé dans ton texte.
    Tu analyses bien ces impressions d’enfance où l’on croit ne faire qu’un avec la nature.
    Je suis en train de lire
    Bison,
    de Patrick Grainville où ce thème est traité, dans les souvenirs de jeunesse du peintre Georges Catlin, devenu amoureux des peuples indiens et peintre de leurs coutumes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Miss. Et bien je te remercie du conseil de lecture. Je vais aller jeter un oeil à cet ouvrage. ;-)

      Supprimer
  47. chez nous aussi il y a eu un peu d'orage
    Chateaubriant a fait tous les journaux télévisés
    un succès sauf pour les pauvres bougres qui serpillent
    je ne fut pas du nombre heureusement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien heureusement que tu ne fais partie du nombre. En espérant que les autres puissent reprendre une vie normale rapidement et que dame nature se calme un peu.

      Supprimer
  48. il crée un beau ciel que l'on est heureux de voir partir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on le voit, on l'admire...mais pas trop longtemps.

      Supprimer
  49. Coucou Dédé.
    Je passe en survol, enfin Hier nous sommes passé sur les Alpes...
    A suivre, bisous, Bon weekend, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu prends ton envol mon cher Daniel. J'espère que les Alpes étaient belles! Bisous et belle fin de semaine aussi.

      Supprimer
  50. Bonjour, je me suis trouvée prise par l'orage au cirque de Gavarnie, le parking étant à trois quarts d'heure à pied, tu imagine les dégâts ! du coup je n'ai pas vu grand chose de ce cirque, je te souhaite une bonne journée, et un bon w end, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine sans peine les dégâts mais l'essentiel est que tu n'as pas été victime d'une bourrasque ou de la chute d'un arbre. Il faut toujours voir le positif. ;-) Bisous.

      Supprimer
  51. Au bout de l'orage quand tout se tait, on a comme un vertige, moi aussi j'aimerais tant retrouver cette insouciance et ces sensations de mon enfance quand la nature nous découvrait sa puissance et sa magie...
    Merci Dédé pour ce beau texte...
    Bisous du matin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour retrouver l'insouciance, il faut serrer les poings très fort et fermer les yeux, et revoir toutes les belles choses. Parfois, cela fonctionne. ;-) Bises alpines et merci de la visite.

      Supprimer
  52. un petit coucou… je pense que tu as récupéré du beau temps tout comme nous… bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Chris. Un peu de beau temps oui mais pas le grand beau temps encore. On l'espère! Bises alpines et belle fin de WE.

      Supprimer
  53. Bonjour
    Je te souhaite une bonne semaine!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  54. Ta photo est superbe, et tu racontes bien les fâcheries du ciel et des hommes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah si les hommes étaient un peu moins fâchés... vœu pieux?
      Merci de la visite.

      Supprimer
  55. merci Dédé pour tes coms , et tes articles dont je regarde les photos à chaque fois que je viens merci c'est magnifique gros bisous belle semaine a +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Bébert. Profite, profite. :-) Gros becs.

      Supprimer
  56. Juste un petit coucou pour venir prendre de tes nouvelles.
    J'espère que tout va bien. Un gros bisou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elisa. C'est gentil de passer pour prendre de mes nouvelles. J'avoue avoir moins de temps pour publier tous les vendredis alors je vais tenter de le faire un vendredi sur deux. Manque de temps et manque d'énergie. Mais apparemment le soleil est en train de revenir et l'été n'est pas loin. Cela va me faire du bien. Bises alpines ma belle.

      Supprimer
  57. Magnifique cliché de cet orage qui se prépare, accompagné d'un texte tout aussi magnifique et plein de nostalgie...
    Douce soirée Dédé... Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chris... il faut parfois être un peu nostalgique et se replonger dans les souvenirs...mais à petites doses! Bises alpines.

      Supprimer
  58. Ta photo, chère Dédé, est sublime, au sens romantique du terme : beau et inquiétant à la fois.
    Et ton texte développe parfaitement l'ambiance tragique de ce paysage impressionnant.

    Bises (aucune réponse au mail que je t'ai envoyé le 7 mai... L'aurais-tu loupé et git-il tout desséché au fond de ta boîte à lettres ?..)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma chère Tilia. Tu as raison de me tirer les oreilles. J'ai du retard dans ma correspondance mais je vais me rattraper! Mille excuses mais je ne t'oublie pas.
      Quant au tableau romantique... c'est vrai que la beauté est souvent liée aux ambiances dramatiques. Heureusement, l'orage est passé et l'été arrive! Bises alpines et bel été!

      Supprimer
  59. Coucou Dédé.
    Plus trop tu n’écrit ces temps ci !
    C'est toujours un plaisir d'avoir tes gentilles visites.
    Gros bisous, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Daniel. J'ai diminué la fréquence de mes billets. Au lieu d'être tous les vendredis, ce sera un vendredi sur deux. Je n'arrive plus à suivre avec le travail et je manque singulièrement d'énergie. Mais j'essaie de passer régulièrement rendre visite aux blogs amis et tu en fais partie, bien sûr. Bises alpines et bon jeudi.

      Supprimer